Ouvrir le menu principal

Melgar (Colombie)

municipalité colombienne dans le département de Tolima
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Melgar.

Melgar
Blason de Melgar
Blason
Drapeau de Melgar
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Tolima.svg Tolima
Alcalde Eduardo Dafud Tautiva
Code DANE 73449
Démographie
Gentilé melgaruno
Population 32 636 hab. (2005[1])
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 12′ 26″ nord, 74° 38′ 44″ ouest
Superficie 29 000 ha = 290 km2
Localisation
Localisation de Melgar
Carte de Melgar

Géolocalisation sur la carte : Colombie

Voir sur la carte topographique de Colombie
City locator 14.svg
Melgar
Liens
Site web http://www.melgar-tolima.gov.co

Melgar est une ville de Colombie, située dans le département de Tolima, à 98 km, soit deux heures et demie de route environ, au sud-ouest de Bogota.

Elle se trouve dans la vallée du rio Sumapaz, tout près de sa confluence avec le rio Magdalena.

La municipalité de Melgar est limitée au nord par le département de Cundinamarca, à l'est par la municipalité de Icononzo, au sud par el Carmen de Apicalá y Cunday et à l'ouest par Carmen de Apicalá.

Melgar est connue en Colombie sous le surnom de "Ville des piscines" (Ciudad de las piscinas) ou "Mer de piscines" (Mar de piscinas) ou encore "Mer intérieure de Colombie" (Mar interior de Colombia), en référence au nombre élevé de bassins privés ou publics qui s'y trouvent. Il y en aurait plus de cinq mille en 2008 d'après les prospectus et sites web touristiques.

Son climat est chaud et plutôt sec, avec des températures variant entre 28 et 35 °C.

Melgar est un lieu de villégiature, notamment pour les habitants de Bogotá et aussi pour les militaires. En effet, ses environs, “el Valle de Melgar”, permettent la pratique de nombreux sports d'eau vive et de plein air comme le canoë, le kayak, la baignade, la spéléologie, l'escalade, la randonnée pédestre… Plus de 75 hôtels en 2008 attendaient les touristes locaux et internationaux.

Melgar abrite également plusieurs bases militaires :

La Route panaméricaine passe par Melgar, ainsi que l'autoroute qui relie Bogotá à Girardot.

Sommaire

Données généralesModifier

  • Altitude : 323 mètres au-dessus du niveau de la mer
  • Température maximale: 36 °C
  • Température mínimale : 28 °C
  • Distance de Bogotá : 98 km
  • Distance à Ibagué (capitale du département): 96 km
  • Extension de la commune' : 196 km²
  • Aire urbaine : 4 km² (selon les statistiques du DANE pour l'année 2006)
  • Aire rurale : 192 km² (selon les statistiques du DANE pour l'année 2006)
  • Population de la commune: 31.920 habitants (selon les statistiques du DANE pour l'année 2006)
  • Maire : Eduardo Tautiva Melano
  • Diocèse : El Espinal
  • District Judiciaire : Ibagué
  • Circonscription électorale : Tolima

HistoireModifier

À l'époque précolombienne, la région où se trouve aujourd'hui Melgar était peuplée d'indiens de type caribéen, les Panches, dominant d'autres tribus Sutagos (ou Sutagaos), Analíes (ou Amalíes), Cualamanes (ou Cualamanaes), Pantàgoras, et Pijaos.

Les Espagnols Hernán Peréz de Quesada (frère de Gonzalo Jiménez de Quesada), Hernán Vanegas Carrillo et Baltazar Maldonado conquirent le site sur les indigènes Panches.

Un établissement y fut fondé par les frères Dominicains avant 1536. Il fut dénommé Cualamana par le cacique Cuala, du nom d'une des tribus indiennes locales. Un des premiers évangélisateurs fut Fray Pedro García Matamoros.

En 1537, Juan López de Herrera donna à l'établissement le nom de Villa de Nuestra Señora de Altagracia.

En 1601, ce nom fut changé en La Candelaria, par le Capitaine Juan Lopez de Herrera.

Ultérieurement, la ville prit le nom de Melgar, en hommage à doña Maria López de Melgar, grande dame locale.

La ville brûla lors de fêtes religieuses, à la suite de l'imprudence d'un jeune garçon appelé Cédas. Elle fut reconstruite quelque temps plus tard, en 1798, au bord de la rivière rio Sumapaz.

En 1824, la ville faisait partie du département de Cundinamarca, canton de Fusagasugá.

En 1843 la ville comptait 2802 habitants; en 1851, elle n'en comptait plus que 2600.

En 1855, la ville fut intégrée, avec Cunday et Carmen de Apicalá, à la province de Neiva.

Par décret du 13 novembre 1871, Melgar accède au statut de Municipalité (Municipio) à compter du 1er janvier 1882.

ÉconomieModifier

Les principales activités de Melgar sont le commerce et le tourisme.

Le secteur agricole repose sur la culture de la banane, du coton, du yuca, de la canne à sucre et du café.

Fêtes localesModifier

  • 29 juin - 2 juillet : Fêtes de Saint-Pierre (Fiestas del San Pedro ou Festival de San Padrino).
  • 4 octobre : Fêtes patronales de Saint-François-d'Assise (Fiestas Patronales de San Francisco de Asis).

Sites et édificesModifier

  • Parc Bulira (Parque Bulira), parc urbain au centre de la ville ;
  • Les Têtes de Doima (Las Tetas de Doima), monticules jumeaux au Nord de Melgar ;
  • Église Saint Sébastien (Iglesia San Sebastián), construite fin 1800, c'est un lieu de pèlerinage chaque 20 janvier, pour la fête du Saint ;
  • Rivière Opia (Río Opia), avec ses huit vasques d'eau médicinale dans lesquelles sont élevées des huitres d'eau douce ;
  • Le Rioprado (Rioprado), avec sa "Cascade de l'Amour" (Cascada del Amor) et la "Lagune Enchantée" (Laguna Encantada) ;

Aux environs, outre les nombreux centres balnéaires (balnearios), il existe des grottes aquatiques : les "grottes de Palestine" (cuevas de Palestina).

Hymne de MelgarModifier

Melgar n'échappe pas à la tradition latinoaméricaine des hymnes locaux :

Paroles et musique de Reynaldo Murillo

REFRAIN :

El turismo melgarense
Que al visitante fascina
Hace de nuestra ciudad, Melgar, un mar de piscinas, (bis)
Melgar... amable
Melgar... turística
Cosmopolita...Melgar,
Melgar, Melgar, Melgar

I. En el centro de Colombia,
A orillas del Sumapaz,
En valla próspero y fértil,
Allí floreció Melgar.

II. La Melgara y la Palmara
con sus aguas cristalinas
y el mirador del tablazo son
baluartes del Tolima. (Bis)

III. Indios Sutagaos y Panches,
ante el asedio español,
Combatieron fieramente
Prefiriendo la extinción.

IV. Inalí con sus hechizos y
Cuala con su valor,
resistieron los embates
del español invasor.

V. Primero fue en Altagracia
Y después en Candelaria
El origen primigenio
de esta ciudad centenaria

VI. Sacerdotes ominicos
Doña María de Melgar,
Los Verástegui y Cadena
Lo acabaron de fundar.

VII. El Teniente Nicomedes
Y el Sargento Afanador,
Sus vidas las frendaron
Por libertar la Nación.

VIII. Antonio María Lozano
Con tiza y un pizarrón
Desde la escultura urbana
Impartió la educación.

IX. Con CAATA y Tolemaida
Gustavo Rojas Pinilla
Contribuyó al progreso
De nuestra querida Villa.

X. Las fiestas de San Francisco
Y el Festival de San Padrino
Son la muestra cultural
Del ancestro campesino.

Personnalités liées à la municipalitéModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier