Meinardus Siderius

homme politique français

Meinardus Siderius, né le à Leeuwarden et mort le à Wolvega, est un homme politique néerlandais.

Meinardus Siderius
Image dans Infobox.
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Siderius sort diplômé de droit de l'université de Franeker le . Le , il s'installe comme avocat à Leeuwarden. En 1781, il devient secrétaire de la commune de Doniawerstal et s'installe à Langweer, en Frise.

Dans les années 1780, il est connu comme étant favorable aux patriotes. Au début de l'année 1795, en pleine Révolution batave, il intègre le comité révolutionnaire de la Frise et, le , Siderius est élu à l'assemblée provisoire de Frise. En juin, il est désigné pour représenter la Frise aux États généraux mais ne siège pas. Le , il est élu député à la première Assemblée nationale batave par le district de Wolvega. Le , il est nommé à la commission constitutionnelle, où il siège aux côtés des fédéralistes. Il préside l'Assemblée nationale du 6 au . Il est réélu lors des élections du et est nommé secrétaire de l'assemblée le .

Comme tous les députés fédéralistes, Siderius est expulsé de l'Assemblée par le coup d'État unitariste du . Il rentre alors en Frise et fait partie de l'administration provisoire du département. Le , il est élu député au Corps législatif batave par le district de Drachten. Après la mise en place de la constitution de 1801, Siderius est confirmé au Corps législatif pour représenter le département de la Frise. L'année suivante, il est nommé au conseil d'administration de l'université de Franeker.

Le , la République batave change de régime et Siderius perd son siège de député. L'aristocrate Hans Willem van Aylva a mis son veto à sa nomination car il ne souhaitait pas siéger à ses côtés. Le , il obtient une fonction judiciaire dans les communes de Weststellingwerf et Ooststellingwerf. Le , il devient juge de paix du canton de Wolvega. Il est nommé maire de cette commune en octobre suivant et siège au conseil d'arrondissement de Heerenveen jusqu'au départ des Français en 1813.

En 1818, il devient juge au tribunal de première instance de Heerenveen.

De 1810 à sa mort, Siderius est président du comité agricole de Frise.

BibliographieModifier

  • (nl) P.J. Blok et P.C. Molhuysen, Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek, vol. 9, Leyde, A.W. Sijthoff, (lire en ligne), p. 1031-1032
  • (en) Simon Schama, Patriots and Liberators : Revolution in the Netherlands 1780 - 1830, New York, Collins, , 745 p. (ISBN 0-00-216701-8)

Liens externesModifier