Centre de documentation des violations en Syrie

Le Centre de documentation des violations en Syrie (en arabeمركز توثيق الانتهاكات في سوريا ; en anglaisViolation Documentation Center in Syria, abrégé VDC) est une ONG syrienne de défense des droits de l'homme[1].

Centre de documentation des violations en Syrie
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Fondateur
Site web

HistoireModifier

Le Centre de documentation des violations en Syrie est fondé en juin 2011, lors de la guerre civile syrienne[2]. Au cours du conflit, l'organisation documente et tient le décompte des morts et des exactions commises par les belligérants[3]. Le groupe établit ses bureaux à Douma, dans la Ghouta orientale, mais il est ponctuellement la cible de frappes aériennes du régime syrien et d'intimidation de la part des rebelles salafistes de Jaych al-Islam, hostiles aux voix dissidentes[3]. En 2013, la militante des droits de l'homme, Razan Zaitouneh, cofondatrice du Centre, et trois de ses collègues — son mari Wael Hamada, Samira al-Khalil et Nazem al-Hamadi — sont enlevés par des hommes suspectés d'être des membres de Jaych al-Islam et sont depuis portés disparus[3],[4].

Dès la semaine suivante, leurs collègues ouvrent de nouveau le bureau, « nous voulions envoyer le message que nous ne nous rendrions jamais. Ils ne réfrèneront jamais notre détermination » affirme Osama Nassar, militant des droits humains[5]. Le VDC continue de documenter et compiler des informations dans une base de données qui détaille l'identité des victimes et disparus, causes des décès, témoignages et éléments de preuves de crimes[6].

En janvier 2020, Majdi Naameh, un ancien cadre de Jaych al-Islam, suspecté d'être impliqué dans leur enlèvement et leur disparition forcée est arrêté en France[7].

RéférencesModifier

  1. Benjamin Barthe, En Syrie, déluge de feu du régime et de la Russie pour briser Alep, Le Monde, 28 septembre 2016.
  2. Site du Centre
  3. a b et c Laure Stephan, Syrie : dans la Ghouta orientale, tenir le journal du martyre des civils, Le Monde, 20 mars 2018.
  4. Le dernier témoignage de la militante syrienne Razan Zaitouneh, Le Monde, 13 décembre 2013.
  5. « Assiégé et bombardé. La vie d’un militant en Syrie depuis 2011 », sur www.amnesty.org (consulté le 8 mars 2020)
  6. (en-GB) Daniel Boffey, « From kidnap to torture, the database rigorously logging every Syrian atrocity », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 16 juin 2019)
  7. Thomas Clerget, « Un Syrien poursuivi en France pour la disparition d’opposants à Bachar al-Assad », sur Mediapart (consulté le 20 octobre 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier