Ouvrir le menu principal

Masao Horino

photographe japonais
Masao Horino
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
Nom dans la langue maternelle
堀野正雄Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Masao Horino (堀野 正雄, Horino Masao?, - ) est l'un des plus importants photographes japonais de la première moitié du XXe siècle.

BiographieModifier

Né à Tokyo, il finit ses études universitaires de l'École supérieure technique de Tokyo, aujourd'hui l'université de technologie de Tokyo. Il devient membre de la Shinkô Shashin Kenkyukai (新興写真研究会, Nouvelle société de recherche en photographie), fondé par Sen'ichi Kimura en 1930.

En 1932 Horino publie une monographie, Camera, Eye x Iron, Construction (カメラ・眼×鉄・構成, l'un des ouvrages les plus importants de la photographie moderne japonaise. Cette monographie consiste de photographies de bateaux et d'architecture en acier, dont des ponts, des tankers et des gratte-ciel, tous photographiés selon son idée de la « beauté des machines » (機械美学), directement dérivé des théories du critique de l'art Takaho Itagaki. Il utilise notamment le zoom et l'angle bas. Cette œuvre peut donc être considéré une collaboration entre Horino et Itagaki.

Horini publie ses photographies utilisant une technique de montage dans certains magazines : par exemple, Caractère du Grand Tôkyô (Dai Tôkyô no Seikaku, 大東京の性格), dans l'édition d'octobre 1933 du magazine Chûôkôron, avec édition et design par Takaho Itagaki, ou Coulant dans la ville - Album du fleuve Sumida (Shutokanryû - Sumida-gawa no Arubamu, 首都貫流-墨田川のアルバム), publié dans l'édition de décembre 1931 du magazine Hanzai Kagaku, avec édition et design par Tomoyoshi Murayama.

Horino est l'un des premiers photographes à avoir pensé professionnellement, tandis que la plus grande partie des photographes au Japon de l'avant-guerre étaient amateurs et ne faisaient pas publier leur travail.

Après les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les photos de Horino aidèrent le monde à comprendre les effets des bombes sur ces deux villes et alimentèrent le mouvement contre l'usage de la bombe atomique[réf. nécessaire].

Après la Seconde Guerre mondiale il fonde une société de fabrication de flash électronique pour les appareils photo, Minicum, et s'en occupa jusqu'à sa mort, délaissant la photographie elle-même.

AnnexesModifier

SourceModifier

BibliographieModifier

  • (en) Kaneko Ryûichi. Modern Photography in Japan 1915-1940. San Francisco: Friends of Photography, 2001. (ISBN 0-933286-74-0)
  • (en) Tucker, Anne Wilkes, et al. The History of Japanese Photography. New Haven: Yale University Press, 2003. (ISBN 0-300-09925-8)
  • (ja)/(en) Camera, Me x Tetsu, Kosei (Camera, Eye x Iron, Construction (カメラ・眼×鉄・構成), Mokuseishashoin, 1932. Facsimile edition: Tokyo: Kokushokankōkai, 2005. (ISBN 4-336-04486-4) The facsimile edition comes with short commentaries in both Japanese and English.
  • (ja) Kōtarō Iizawa. Eyes for Cities, Japanese Photography in 1920s and 1930s (Toshi no Shisen, Nihon no Shashin 1920-30 nendai, 都市の視線 日本の写真1920-30年代). Tokyo: Sôgensha (創元社?), 1989 (ISBN 4-422-70054-5). Revised edition by Heibonsha (平凡社?), 2005 (ISBN 4-582-76555-6)
  • (ja) Recollection of Japanese colonists settled in Manchuria and Mongolia, 50 years ago (Manmokaitakudan no Kaiso, Sono Shuhen 50 nenmae no Kiseki, 満蒙開拓団の回想 その周辺50年前の軌跡), Masao Horino, publié par Horino Yoko Kinen Shin'yo-kai Jimukyoku (堀野洋子記念親洋会事務局?), 1993.
  • (ja) Exhibition Catalogue for "Rhapsody of Modern Tokyo" (Modern Tokyo Kyoshi-kyoku, モダン東京狂詩曲ラプソディ), Musée métropolitain de photographie de Tokyo (東京都写真美術館?), 1993.
  • (ja) Exhibition Catalogue for The Founding and Development of Modern Photography in Japan (日本近代写真の成立と展開展?), Musée métropolitain de photographie de Tokyo (東京都写真美術館?), 1995.
  • (ja) Horino Masao (『堀野正雄』, Masao Horino?). Nihon no shashinka (日本の写真家?, , Japanese Photographers), vol. 9. Tokyo: Iwanami Shoten (岩波書店?), 1997. (ISBN 4-00-008352-X)

Liens externesModifier