Ouvrir le menu principal
Mario Atzinger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
AvignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Mario Atzinger (1908-1990), est un photographe de nationalité autrichienne, résident Français], déporté à Buchenwald, qui fut ami de Jean Vilar et photographe officiel du Festival d'Avignon.

Sommaire

BiographieModifier

Aîné d'une famille nombreuse, il naquit à Fulpmes, près d'Innsbruck, le [1].

JeunesseModifier

Sportif et passionné de montagne, il devint moniteur de ski puis guide de haute-montagne. À la suite d'une grave chute, les pieds gelés, il dut subir une amputation partielle et rester hospitalisé un an[1].

Fermement opposé au nazisme, lors de l'occupation de l'Autriche par les armées d'Hitler, en 1938, il quitte son pays, gagne la Suisse puis la France et s'installe à Paris[1].

Séjour à ParisModifier

Le jeune homme, doué pour les langues - il parlait déjà l'allemand et l'italien, langue de sa mère - apprit rapidement le français et l'anglais. Ce qui lui permit de rentrer comme guide au musée du Louvre. Alors qu'il était recherché par la police allemande, lors d'une visite dans une galerie de peinture parisienne, il tomba nez à nez avec Hermann Göring et eut l'audace de discourir en plaisantant avec lui[1].

De la Légion Étrangère à BuchenwaldModifier

Pour échapper à un ordre de mobilisation de l'armée allemande, il préféra s'engager dans la Légion étrangère et fut affecté à Colomb-Béchar, en Algérie. Rendu à la vie civile, il s'installa à Avignon où il fut dénoncé et arrêté par la Gestapo. Incarcéré à la prison des Baumettes, à Marseille, il fut condamné à mort pour haute trahison. L'attentat contre le Führer, le , le sauva du peloton d'exécution mais il fut déporté à Buchenwald. Libéré, avec les survivants en avril 1945, il s'engagea dans les troupes d'occupation américaines en Allemagne puis revint à Avignon quand il fut démobilisé[1].

Photographe du Festival d'AvignonModifier

Passionné de photographie, il ouvrit un studio tout près du palais des papes. Il rencontra Jean Vilar, en 1947, lors de sa première manifestation dans la cité de papes, « Une semaine d'Art en Avignon ». Une relation amicale durable s'installa entre l'homme de théâtre et le photographe, et celui-ci put, chaque année, fréquenter en toute liberté les coulisses et les plateaux du Festival où il prit des milliers de clichés[1].

Son livre sur les œuvres de PicassoModifier

Une première exposition de Picasso se tint au palais des papes de mai à . Elle fut suivi d'une seconde qui se déroula du 23 mai au et comprenait 201 peintures[2]. En cette occasion fut édité par Rulliére-Libeccio d'Avignon en collaboration avec la Galerie Louise Leiris « Photographies en noir et en couleurs : Mario Atzinger », un ouvrage de 236 pages préfacé par René Char[3]. Il décéda à Avignon le [1].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Geneviève Peyron (préf. Georges Wilson), Atzinger : trente ans de festival en Avignon, 1947-1977, Aix-en-Provence, Édisud, , 317 p. (ISBN 978-2-744-90024-2).
  • Marc Maynègre, Mario Atzinger (1908-1990), in Fontaine de Pétrarque, no 21, mai-juin 2008.

Liens internesModifier

Liens externesModifier