Ouvrir le menu principal

Marie Stuart (téléfilm)

film de Stellio Lorenzi

SynopsisModifier

L'action se déroule lors des derniers jours de la vie de Marie Stuart, au château de Fotheringay en Angleterre, où elle emprisonnée par sa cousine, la reine Élisabeth 1re d’Angleterre, non seulement pour avoir prétendument tenté d’assassiner son mari Darnley, mais aussi et surtout à cause de sa revendication au trône d'Angleterre. Mortimer, neveu du geôlier, épris de Marie et converti lui aussi au catholicisme, est résolu à sauver la reine d'Écosse. Le Comte de Leicester, favori d'Elisabeth mais également amoureux de Marie, organise une entrevue entre les deux rivales. Elisabeth, jalouse de la beauté et du rayonnement de Marie, la rabaisse. Marie lui répond en digne reine qu'elle est, ce qui provoque la fureur d'Elisabeth et aboutit à la condamnation de Marie[1].

Fiche TechniqueModifier

DistributionModifier

Caractéristiques de l'adaptationModifier

Stellio Lorenzi a adapté le drame romantique de Frederic Schiller en partant d'une traduction universitaire. La pièce durant plus de deux heures trente, le réalisateur a réussi le tour de force d'en réduire la durée à une heure quarante, la norme pour un spectacle télévisé. Il a supprimé des scènes entières, comme celle où, dans l'acte V, Leicester resté seul, écoute et rapporte les bruits de l'exécution. Lorenzi s'est efforcé également d'estomper et de rendre acceptables toute la fureur et le paroxysme romantiques, tout en restituant la pensée de l'auteur[2].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

  • Janick Arbois, « Une tragédie romantique à la télévision : "Marie Stuart", de Schiller », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (en) The Tudors on Film and Television, McFarland, (lire en ligne), « Marie Stuart (November 14, 1959) ».

Liens externesModifier