Marie Joseph Chalier

révolutionnaire français

Marie Joseph Chalier, né le [1] dans la paroisse de Beaulard, aujourd'hui commune d’Oulx (Piémont), mort guillotiné le à Lyon (Rhône), est un révolutionnaire français, jacobin. Orateur polémique, soutenu par les miséreux, honni par la bourgeoisie, il prononce des discours contenant des mesures sociales[2].

Marie Joseph Chalier
Marie Joseph Chalier.jpg
Portrait peint de Joseph Chalier ceint d'une écharpe tricolore.
Toile attribuée à Jean-François Garneray, Paris, musée Carnavalet, vers 1793.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Beaulard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Plaque ICI HABITA JOSEPH CHALIER, Rue de la Bourse (Lyon).jpg
"Ici habita Joseph Chalier", rue de la Bourse à Lyon.

BiographieModifier

Joseph Chalier est le fils d'un notaire de Beaulard. Novice chez les Dominicains à Lyon, puis précepteur, il entre au service de négociants en soie lyonnais comme commis-voyageur pour le compte desquels il parcourt l'Europe méditerranéenne.

En 1789, il adhère avec enthousiasme aux idéaux révolutionnaires. Le 14 juillet, il participe à la prise de la Bastille, à Paris. Puis il se signale par ses articles dans Les Révolutions de Paris en janvier-février 1790.

De retour à Lyon, Chalier participe au pillage de l'Arsenal de Lyon le 7 février 1790. Depuis les violentes grèves de 1786, Lyon connaît des mouvements populaires chroniques ; le conservatisme du patriciat favorise l'ascension de Chalier. À la tête d'un important mouvement représenté par les 6 000 membres des clubs de sections (coordonnés par un Club central), il devient officier municipal en , membre de la commission du commerce et de l'industrie, puis juge au tribunal de commerce. Il est adulé des ouvriers soyeux comme de l'ensemble des petites gens qui voient en lui un défenseur de leurs intérêts contre les notables et les maîtres-marchands.Toutefois, à cause de son impétuosité lors des visites domiciliaires qui inquiètent la bourgeoisie lyonnaise, menacée dans ses biens et ses personnes, il est accusé d'abus de pouvoir et suspendu en janvier 1792 par le Directoire du département ; il se rend à Paris pour demander justice où l'Assemblée Législative le réhabilite le 10 août 1792[3].

La chute du trône, issue de la journée parisienne du 10 août 1792,conduit au remplacement des administrateurs du département de Rhône-et-Loire par des républicains proches de Jean-Marie Roland de La Platière, cependant que Chalier réhabilité rentre à Lyon. Face à la mairie girondine, les partisans de Chalier (appelés les « Chalier ») mobilisent les sans-culottes lyonnais autour de revendications sociales : abolition du commerce privé des grains, nationalisation des moulins, administration des subsistances par l'État, salaire minimum journalier pour les tisserands en soie. À partir de novembre 1792, au moment des élections municipales, ils prennent le contrôle du Club central et de plusieurs assemblées électorales. Chalier arrive en tête des candidats à la mairie, et son rival girondin, Nivière-Chol, ne doit qu'à la mobilisation des bourgeois girondins et feuillants de l'emporter sur son rival. De nombreux "Chalier" obtiennent cependant des sièges municipaux, et Chalier obtient la place de président du tribunal de district, qu'il tente de transformer en tribunal révolutionnaire.

Dans ses discours, Chalier adopte le ton prophétique et la rhétorique vengeresse de Marat. Soumise à la pression des « Chalier », la municipalité doit accepter progressivement de prendre des mesures sociales.

Le , le Club central organise une réunion secrète, au cours de laquelle, semble-t-il, il est décidé d'organiser une journée révolutionnaire afin de s'emparer de l'Hôtel de ville et d'envoyer les rolandins devant le tribunal. Informé du complot, Nivière-Chol provoque la crise, en démissionnant : il est réélu triomphalement le 18 février avec 80 % des suffrages. Mais, devant le poids nouveau pris par les royalistes, il finit par se retirer. Alertée par la mise à sac du Club central, la Convention envoie trois commissaires montagnards, Rovère, Legendre et Basire, qui favorisent l'élection d'Antoine-Marie Bertrand, un ami de Chalier, le 8 mars 1793. Enfin libres d'agir à leur gré, ils multiplient les décisions extrêmes[précision nécessaire] et se trouvent très rapidement fortement impopulaires. Sous la pression des "Chalier", qui renforcent leurs liens avec le club des Jacobins et établissent un comité de salut public du Rhône-et-Loire, une armée révolutionnaire est levée et le Club central renforcé.

De leur côté, les modérés investissent les assemblées de sections et prennent, dès avril, le contrôle de 22 comités de surveillance et de 14 clubs de sections. Leur progression est favorisée par l'incapacité des "Chalier" à améliorer la situation sociale et le poids de la taxe levée pour équiper l'armée révolutionnaire.

Le , 23 des 32 sections marchent sur l'Hôtel de ville. Une manifestation tourne à l'émeute et le , Chalier et ses partisans sont arrêtés et la municipalité suspendue.

Ces évènements se produisent à contre-courant de la situation parisienne : les et , alors que les girondins tombent à Paris, Lyon se considère comme autonome. Une municipalité provisoire est créée, qui chasse les envoyés de la Convention et fait juger Chalier. Celui-ci est exécuté le 17 juillet sur la place des Terreaux. Le couperet, manié par des mains néophytes, doit tomber trois fois, et le bourreau doit achever la décollation au couteau.

L'annonce de cette exécution provoque la rupture entre Lyon et la Convention et accentue le caractère contre-révolutionnaire de la révolte lyonnaise. La Convention décrète le siège de la ville et élève Chalier au statut de martyr de la Liberté, aux côtés de Lepeletier de Saint-Fargeau et de Marat.

Notes et référencesModifier

  1. 12 septembre comme l'indique le recueil de textes commentés "La révolution en Lyonnais et en Beaujolais" édité par la Direction des Archives départementales du Rhône.
  2. J.-P. Gutton, Les Lyonnais dans l'histoire,Privat, 1985
  3. Portrait et biographie de Chalier par Jean-François Martin et Jacqueline Rambaud dans un Recueil de textes commentés sur "La révolution en Lyonnais et Beaujolais 1789-1792" édité par la Direction des Archives départementales du Rhône en 1989

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, PUF, 1989. Article de François Wartelle.
  • Martin Basse et Jo Basse (préf. Frédéric Dugoujon), Histoire de Caluire et Cuire : Commune du Lyonnais, Lyon, Éditions FOT, , 281 p., p. 39-.

Article connexeModifier

Liens externesModifier