Marie Gayot

athlète française

Marie Gayot
Image illustrative de l’article Marie Gayot
Marie Gayot lors du meeting de Reims 2013
Informations
Disciplines 400 m
Période d'activité 2007 - 2017
Nationalité Française
Naissance (33 ans)
Lieu de naissance Reims
Taille 1,71 m
Poids 58 kg
Club EFSRA Reims
Entraîneur Bruno Gajer
Records
50 s 97 (2015)
Palmarès
Championnats du monde - - 1
Championnats d'Europe 1 2 -
Champ. d'Europe en salle 1 - 1

Marie Gayot (née le à Reims) est une athlète française, spécialiste du 400 mètres, licenciée au club d'EFSRA Reims et retraitée depuis le .

Carrière modifier

En 2006, elle remporte le titre de championne de France cadettes à Dreux. Gayot est alors sélectionnée pour la première fois en équipe de France junior sur 400 m.

Elle se classe cinquième du 400 m et quatrième du relais 4 × 400 mètres lors des Championnats d'Europe juniors de 2007. La même année, elle s'adjuge les titres nationaux juniors du 400 m en salle et en plein air.

En , Marie Gayot remporte la médaille de bronze du relais 4 × 400 m lors des Championnats d'Europe en salle de Paris-Bercy aux côtés de Muriel Hurtis, Floria Gueï et Lætitia Denis. L'équipe de France, qui établit le temps de 3 min 32 s 16, s'incline face à la Russie et le Royaume-Uni[1].

Elle remporte le 400 m lors du Meeting Femina 2012 en 53 s 71. Lors des championnats de France en salle 2012, elle remporte la finale du 400 m dans un temps de 53 s 16 devenant ainsi championne de France 2012 du 400 mètres en salle.

Le , lors des Bislett Games d'Oslo, pour sa première participation à un meeting de la Diamond League, elle termine 7e du 400 mètres en 52 s 47, loin derrière la gagnante et championne du monde en titre Amantle Montsho (49 s 68) et de la seconde Patricia Hall (50 s 71, PB)[2].

Elle décroche la médaille d'argent du relais 4 × 400 m lors des Championnats d'Europe 2012 d'Helsinki, en compagnie de ses compatriotes Phara Anacharsis, Floria Gueï et Lénora Guion-Firmin. L'équipe de France, qui établit le temps de min 25 s 49, est devancée par l'Ukraine.

À l'occasion des Jeux olympiques à Londres, l'équipe de France composée de Marie Gayot, Muriel Hurtis, Phara Anacharsis et Floria Gueï s'est classée 6e en finale avec un temps de 3 min 25 s 92. À la suite des dopages de l'équipe Russe, la France se classe finalement cinquième de cette finale.

Lors des championnats de France en salle à Aubière le 17 février 2013, elle établit un nouveau record personnel en 51 s 98, s'emparant au passage du record du championnat[3]. Lors des championnats d'Europe en salle à Göteborg, elle établit aux côtés de Muriel Hurtis, Myriam Soumaré et Phara Anacharsis, le record de France du 4 x 400 m indoor en 3 min 28 s 71[4].

Lors des Championnats du monde de Moscou, Marie Gayot participe au 400 m et au relais 4 x 400 m. Sur la première épreuve, elle prend la 3e place de sa série en 51 s 83, ayant dans sa série la future championne du monde Christine Ohuruogu. En demi-finales, elle est éliminée, courant en 51 s 54. Elle termine ses mondiaux avec une belle 4e place sur le relais 4 x 400 m aux côtés de Muriel Hurtis, Lénora Guion-Firmin et Floria Gueï. La médaille de bronze leur sera réattribuée en 2017 à la suite de la disqualification de la Russie pour cas de dopage[5]. L'IAAF annonce le qu'une cérémonie pour remettre la médaille aura lieu le pendant les Championnats du monde de Londres[6].

Après six années passées au sein du CRAC Soissons, de 2004 à 2010, puis trois saisons à l'Amiens UC, de 2011 à 2013, elle signe à l'EFSRA Reims[7].

Le 17 août 2014, elle remporte la médaille d'or du relais 4 x 400 m en finale des Championnats d'Europe de Zürich, en 3 min 24 s 27, en compagnie de Muriel Hurtis, Agnès Raharolahy et Floria Gueï. Elle obtient ensuite le titre continental en salle à Prague en mars 2015, peu après avoir fini à la cinquième place de son 400 m individuel, épreuve où elle était en première position dans la course avant de se faire bousculer[8].

Le , elle améliore à Nancy ses 51 s 54 de Gateshead et de Moscou en réalisant 51 s 39 puis abaisse ce temps à 51 s 27 lors des Championnats de France à Villeneuve-d'Ascq. Aux Championnats du monde de Pékin en août, elle est éliminée en demi-finale (douzième) malgré son nouveau record personnel en 50 s 97. Qualifiée avec l'Équipe de France sur le relais 4 x 400 m, Agnès Raharolahy chute à la suite d'une bousculade avec l'athlète du Nigeria alors qu'elle était en troisième position. L'Équipe de France termine septième de la finale en 3 min 26 s 45.

Le , elle devient vice-championne d'Europe du relais 4 x 400 m à l'occasion des Championnats d'Europe d'Amsterdam en 3 min 25 s 96[9]. Elle participe avec le relais 4 x 400 m aux Jeux Olympiques de Rio. La France est éliminée en demi-finale.

Parallèlement, elle termine en 2016 son cursus d'ingénieur [10] à l'Université Technologique de Compiègne (UTC). Le , après une parenthèse d'une année, elle annonce qu'elle arrête sa carrière pour se consacrer à sa vie professionnelle[11]. Le suivant, elle officialise sa retraite sportive[12].

Le , elle annonce reprendre sa carrière et s'entrainera avec Teddy Tamgho à l'INSEP[13]. En raison de la pandémie COVID et du report des Jeux Olympiques de Tokyo, Marie met fin à ce dernier challenge sportif. Apaisée, elle tire définitivement la page du sport de haut niveau[14]. Elle est désormais responsable d'équipe MOA et chefs de projets[15] au sein du Groupe RATP.

Palmarès modifier

Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2007 Championnats d'Europe juniors Hengelo 5e 400 m 53 s 98
4e 4 × 400 m 3 min 37 s 82
2011 Championnats d'Europe en salle Paris 3e 4 × 400 m 3 min 32 s 16
Championnats d'Europe espoirs Ostrava 6e 400 m 53 s 86
3e 4 × 400 m 3 min 31 s 73
2012 Championnats d'Europe Helsinki 2e 4 × 400 m 3 min 25 s 49
Jeux olympiques Londres 5e 4 × 400 m 3 min 25 s 92
2013 Championnats d'Europe en salle Göteborg 4e 4 x 400 m 3 min 28 s 71
Championnats d'Europe par équipes Gateshead 3e 400 m 51 s 54
3e 4 × 400 m 3 min 29 s 55
Championnats du monde Moscou 3e 4 × 400 m 3 min 24 s 41 [16]
Jeux de la Francophonie Nice 2e 400 m 52 s 33
2014 Relais mondiaux de l'IAAF Nassau 4e 4 × 400 m 3 min 25 s 84
Championnats d'Europe Zurich 7e 400 m 52 s 14
1re 4 × 400 m 3 min 24 s 28
DécaNation Angers 2e 400 m 52 s 17
2015 Championnats d'Europe en salle Prague 5e 400 m 53 s 11
1re 4 × 400 m 3 min 31 s 61
Relais mondiaux de l'IAAF Nassau 4e 4 × 400 m 3 min 26 s 68
Championnats du monde Pékin 6e 4 x 400 m 3 min 26 s 45
DécaNation Paris 2e 400 m 51 s 56
2016 Championnats d'Europe Amsterdam 2e 4 x 400 m 3 min 25 s 96

Records modifier

Épreuve Temps Lieu Date
200 m Plein air 23 s 05   La Roche-sur-Yon
En salle 23 s 86   Lyon
400 m Plein air 50 s 97   Pékin
En salle 51 s 98   Aubière

Notes et références modifier

  1. « Du stress et du plaisir », sur lequipe.fr, (consulté le )
  2. (en) 400 m Women, www.diamondleague-oslo.com, consulté le 8 juin 2012
  3. « "Je suis prête" »
  4. Records (Actuel) - National sur le site bases.athle.com, consulté le 4 aout 2014.
  5. « IAAF: 4x400 Metres Relay Result | 14th IAAF World Championships | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le )
  6. « IAAF: medal reallocations IAAF world championships », sur iaaf.org (consulté le )
  7. « Marie Gayot quitte la Picardie », sur lequipe.fr, (consulté le )
  8. « Le mental en or des relayeuses françaises », sur spe15.fr (consulté le )
  9. « Competitions - European Athletics Championships - European Athletics », sur european-athletics (consulté le )
  10. « Marie Gayot, étudiante à l’UTC et athlète olympique », sur webtv.utc.fr (consulté le )
  11. Courrier picard, « Marie Gayot est passée à autre chose », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  12. « Marie Gayot tire officiellement sa révérence - Track and Life », Track and Life,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Marie Gayot retrouve les pistes et s'entraînera avec Teddy Tamgho - Athlé », sur L'Équipe (consulté le )
  14. « Marie Gayot « apaisée » malgré son retour inachevé sur la piste », sur L'Équipe (consulté le )
  15. Catherine Giaccobi, « RATP : la bonne voie pour une meilleure qualité de ville ! - L’interview de Marie Gayot », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le )
  16. L'équipe de Russie est disqualifiée pour dopage en 2017, l'IAAF a modifié le classement et les françaises récupèrent le bronze

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :