Ouvrir le menu principal

Marie-Victoire de Noailles

aristocrate française

Marie-Victoire-Sophie de Noailles, marquise de Gondrin, puis comtesse de Toulouse et duchesse de Penthièvre, est une dame de la noblesse française née à Versailles le et morte à Paris, à l'hôtel de Toulouse, le .

BiographieModifier

Fille du maréchal duc Anne Jules de Noailles (1650-1708) et de Marie-Françoise de Bournonville (1656-1748), elle épousa en premières noces en 1707 Louis de Pardaillan, marquis de Gondrin (1689-1712), brigadier des armées du roi, fils aîné du duc d'Antin, fils légitime issu du mariage de Madame de Montespan et du marquis de Montespan, dont elle eut deux fils.

Veuve en 1712, elle se remaria le 2 février 1723 avec le comte de Toulouse, prince légitimé que Louis XIV eut de Madame de Montespan, à qui elle donna un fils.

Dans ses Mémoires, le Saint-Simon écrit :

« Il y avait assez longtemps que le comte de Toulouse avait pris beaucoup de goût pour la marquise de Gondrin aux eaux de Bourbon. Elle était sœur du duc de Noailles qu'il n'aimait ni n'estimait, et veuve avec deux fils du fils aîné de d'Antin, avec qui il avait eu toujours beaucoup de commerce et de liaison de convenance, parce qu'ils étaient tous deux fils de Mme de Montespan. Mme de Gondrin avait été dame du palais sur la fin de la vie de Mme la Dauphine, jeune, gaie et fort Noailles, la gorge fort belle, un visage agréable, et n'avait point fait parler d'elle. L'affaire fut conduite au mariage dans le dernier secret. »

Veuve pour la seconde fois en 1737, la comtesse de Toulouse sut gagner la faveur de Louis XV en protégeant ses amours avec les sœurs de Nesle.

EnfantsModifier

Avec le marquis de GondrinModifier

  1. Louis de Pardaillan de Gondrin (1707-1743), 2e duc d'Antin,
  2. Antoine-François de Pardaillan de Gondrin (1709-1741), marquis de Gondrin.

Avec le comte de ToulouseModifier

  1. Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre (1725-1793)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :