Marguerite Ward

Martyre catholique anglaise, sainte

Marguerite Ward
Image illustrative de l’article Marguerite Ward
Statue de Marguerite Ward dans l’église de St Etheldreda, à Londres.
Sainte, martyre
Naissance v. 1550
Congleton, comté de Cheshire, royaume d'Angleterre
Décès le   (v. 38 ans)
Tyburn, royaume d'Angleterre
Nationalité Anglaise
Béatification 1929
par Pie XI
Canonisation le 25 octobre 1970 Rome
par Paul VI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 30 août, 25 octobre (martyrs d'Angleterre et du pays de Galles)

Marguerite Ward (en anglais : Margaret Ward), née à Congleton (Angleterre) vers le milieu du XVIe siècle et exécutée le à Tyburn (d’où son surnom de perle de Tyburn), est une martyre catholique condamnée pour avoir aidé un prêtre à s’évader de prison sous le règne d’Élisabeth Ire. Elle est canonisée en 1970 par le pape Paul VI, en tant que membre du groupe des martyrs anglais et gallois commémorés le 25 octobre. Sa fête personnelle est fixée au 30 août[1].

BiographieModifier

Marguerite Ward était au service du dame de premier rang à Londres, lorsqu’elle apprend la maltraitance sévère dont est victime Richard Watson, un prêtre retenu prisonnier à Bridewell Palace[2]. Elle obtient la permission de lui rendre visite. Au début, elle est soigneusement fouillée avant et après ses visites, mais les autorités deviennent peu à peu moins regardantes, et elle parvient à faire passer en cachette une corde au prisonnier. Watson s’échappe, mais se blesse lors de son évasion, et laisse pendre la corde de sa fenêtre. Le batelier que Ward avait engagé pour le conduire en sécurité refuse alors de prendre en charge le blessé. Ward se tourne alors vers un autre batelier, John Roche, qui accepte de l’aider. Il lui procure un bateau, et échange ses vêtements avec le prêtre. Watson parvient à s’échapper pour de bon, mais Roche est arrêté à sa place, ainsi que Ward, qui était sa seule visite.

Marguerite Ward est alors gardée aux fers pendant huit jours, suspendue par les mains, et fouettée [2], mais refuse catégoriquement de divulguer les motivations du prêtre. Lors de son procès, elle admet avoir aidé à l’évasion de Watson, et se réjouit d’avoir « libéré un agneau innocent des mains de ces loups sanguinaires »[trad 1]. On lui offre la rédemption si elle accepte d’assister à une messe protestante, mais elle refuse. Elle est pendue à Newgate le , en compagnie d’Edward Shelley, Richard Martin, Richard Leigh, Richard Lloyd, et John Roche.

VénérationModifier

Marguerite Ward est canonisée par le pape Paul VI le , en tant que l'une des quarante martyrs d'Angleterre et du pays de Galles, avec un souvenir commun le . Quant à sa fête personnelle, c'est le [3].

La sainte est représentée sur des panneaux à l’église Saint-Joseph à Sale, et à l’église Saint-Alban à Wallasey[2]. Plusieurs écoles portent son nom, dont St Margaret Ward Catholic Academy, à Stoke-on-Trent dans le Staffordshire, où le chanteur Robbie Williams a étudié.

Un foyer d’hébergement de l’association de St Vincent a également été baptisé en l’honneur de Marguerite Ward ; il est situé à Rochdale, dans la région de Manchester.

Notes et référencesModifier

Notes de traductionModifier

  1. having delivered an innocent lamb from the hands of those bloody wolves
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Margaret Ward » (voir la liste des auteurs).

RéférencesModifier

Liens externesModifier