Margret Fusbahn

Margret Fusbahn (1907-2001) est une aviatrice allemande[1] née à Saint-Gall (Suisse) le sous le nom de Rosa Margaretha Billwiller. Son prénom est orthographié Margret, Margaretha, Margrit ou Margeret selon les publications de l'époque.

Margret Fusbahn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
SintraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

À 16 ans, elle perd son père, entrepreneur dans le textile et hérite d’une fortune. En janvier 1928, Margret épouse l’ingénieur allemand Heinz-Werner Fusbahn et déménage à Heidelberg.

Les premiers vols en EuropeModifier

C'est le que Margret effectue son premier vol (en double commande - instructeur de vol: Weller) à l'école de Böbligen. Dès elle est breveté pilote avec la mention "très bien" et devient la première femme pilote de l'école de Böbligen. Elle y rencontre l'aviateur Ludwig Werner Fusbahn qui devient son mari. Leur couple est surnommé "le couple volant".

Elle participe à des meetings aériens, remporte des prix (palier cible, largage de sac postal) surclassant des pilotes renommés de l'époque comme Fritz Siebel ou les frères Hirth (Hellmut Hirth et Wolf Hirth. En , elle porte le record mondial d'altitude sur avion léger en atteignant 15,900 pieds (4,850 m), soit près de 3,000 pieds (900 m) de plus que le record précédent[2],[3],[4].

Les vols en AfriqueModifier

Avec son mari ils vont réaliser en Afrique des vols long-courrier exceptionnels pour l'époque. 1932-1933 : les vols "abyssins", entre l'Égypte et l'Abyssinie - l'actuelle Éthiopie. L'absence de présence logistique requiert des compétences de mécanicien, même si Margret déclare que la technique lui pose parfois des soucis que son instinct l'aide à surmonter, mais qu'elle reste une pilote dans l'âme. Le vol est tellement difficile que les deux pilotes se relaient toutes les 10 minutes.

En 1935 ils relient le Maroc.

Margret divorce de son mari le et s'installe à Bâle, puis elle épouse un Portugais de 16 ans son ainé qu'elle a connu sur un bateau en revenant d'Afrique. Le couple s'installe à Sintra (Portugal). Elle aura avec lui deux filles, Belizanda en 1942, et sa sœur Hortensia un an plus tard[5].

Elle décède à l’âge de 93 ans, le , sous le nom de Rosa Margaretha Rodrigues à Sintra (Portugal).

La ville de Sindelfingen a donné le nom de Margret Fusbahn Straße, à une rue du quartier de Flugfeld situé à l'emplacement de l'ancien terrain d'aviation de Böblingen.

RéférencesModifier

  1. (de) « Sportfliegerinnen im Dritten Reich », sur http://www.klassiker-der-luftfahrt.de (consulté le 19 juin 2017)
  2. (de) bücher.de IT and Production, « Margret Fußbahn und Ludwig Werner Fusbahn (eBook, PDF) », sur www.buecher.de (consulté le 5 février 2017)
  3. (en) Lynne-Marie Hoskins Frame, Forming and Reforming the New Woman in Weimar Germany, Berkeley, University of California, , 171 p.
  4. (en) Fred F. Marshall, « Airway Age, Volume 11, 1930 », Airway Age, Simmons-Boardman Publishing Company, vol. 11,‎ , p. 726 (Google Books)
  5. Roman Rey, Higgs.ch Swissinfo.ch, le 9 mai 2021.