Marcii

gens romaine

Marcius, parfois écrit Martius, était le nomen d'une ancienne famille d'abord patricienne puis plébéienne romaine, la gens Marcia. Elle faisait partie des cent gentes aux origines de Rome et son nom provient de la divinité sabine au nom osque Mavors ou Mamers, assimilée plus tard à Mars.

Cette gens d'origine sabine affirmait descendre du quatrième roi de Rome, Ancus Marcius. La gens faisait frapper l'effigie de Numa Pompilius et d'Ancus Marcius sur ses monnaies et une des familles de la gens portait même le nomen Rex (en latin : roi). Malgré cette antiquité supposée, on ne trouve cependant aucun patricien portant ce nom dans les premiers temps de la République, à l'exception de Coriolan. Ce n'est qu'après la promulgation des lois liciniennes que l'on trouve des membres de cette famille atteignant la charge consulaire, le premier étant Caius Marcius Rutilus Censorinus, consul en 357 av. J.-C..

La seule branche patricienne de la famille portait le nom de Coriolanus. Les branches plébéiennes, à l'époque de la République, avaient pour nom Censorinus[1], Crispus, Figulus[2], Libo, Philippus, Ralla[1], Rex[1],, Rufus, Rutilus[1],[3], Scilla[4], Septimus, Sermo[4] et Tremulus[1],[5].

Un devin Marcius serait à l'origine des ludi apollinares (jeux apollinaires) en 212 av. J.-C. et c'est également à un des membres de cette famille, Quintus Marcius Rex, que Rome doit la construction du fameux aqueduc Aqua Marcia.

Sous la Royauté modifier

  • Marcus, (v.-760 - ?)
  • Sous la République modifier

    Marcii Rex modifier

    Autres modifier

    Marcii Ralla modifier

    • (Marcius Ralla), (v.-260 - ?);
      • Marcus Marcius Ralla, (v.-240 - ap.-202), préteur urbain en -204;
      • Quintus Marcius Ralla, (v.-230 - ap.-192), tribun de la plèbe en -196[4],[10];

    Autres modifier

    • Quintus Marcius Scilla, tribun de la plèbe en [4],[11]
    • Marcus Marcius Sermo, tribun de la plèbe en [4],[11]

    Sous l'Empire modifier

    Marcii Barea modifier

    • Caius Marcius, (v.-55 - ?);
      • Caius Marcius, (v.-30 - ?);
  • Marcii Turbo modifier

    Autres modifier

  • Notes et références modifier

    1. a b c d et e BNP, s.v. Marcius.
    2. BNP, s.v. Figulus.
    3. BNP, s.v. Rutilus.
    4. a b c d e et f Morelli 2021, p. 193, n. 26.
    5. BNP, s.v. Tremulus.
    6. Tite-Live, VI, 1, 6.
    7. Liv Mariah Yarrow, The Roman Republic to 49 BCE : using coins as sources, Cambridge et New York, CUP et ANS, coll. « Guides to the coinage of the ancient world », , 1re éd., vol., XXXVII-273 p., 13,8 × 21,6 cm, rel. (ISBN 978-1-107-01373-5 et 978-1-107-65470-9, EAN 9781107013735, OCLC 1334667657, BNF 46798226, DOI 10.1017/9781139005173, SUDOC 263456064, présentation en ligne, lire en ligne), p. 176-177.
    8. Hubert Zehnacker, Moneta : recherches sur l'organisation et l'art des émissions monétaires de la République romaine (-), Rome, EFR, coll. « BEFAR » (no 222), , 1re éd., vol., XXIV-1214-XXV p. (OCLC 301536328, BNF 34565800, DOI 10.3406/befar.1974.1233, SUDOC 000067598, présentation en ligne, lire en ligne), p. 500.
    9. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] (BNF 12011602), XVIII, 15.
    10. Tite-Live, XXXII, 25, 6.
    11. a et b Tite-Live, XLII, 21-22.

    Voir aussi modifier

      : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

    Sources antiques modifier

    Bibliographie modifier

    Liens externes modifier

    • [BNP] Brill's New Pauly
      • (en) Karl-Ludwig Elvers, Andreas Bendlin, Christa Frateantonio, Christian Müller, Wilhelm Kierdorf, Jörg Fündling, Peter C. Nadig, Werner Eck et Paulo Gatti, « Marcius ».  
      • (en) Karl-Ludwig Elvers, « Figulus ».  
      • (en) Karl-Ludwig Elvers, « Rutilus ».  
      • (en) Karl-Ludwig Elvers, « Tremulus ».