Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Marcel Bloch (artiste peintre)

peintre français
Marcel Bloch
Naissance
Décès
Nom de naissance
Moïse Marcel Bloch
Nationalité
Française
Activités
Peintre, lithographe, illustrateur
Autres activités
Aquafortiste, pastelliste, pastelliste, graveur
Maître
Mouvement
Indépendants - Humoristes
Distinctions
Ville de Paris

Marcel Bloch ( à Paris 10e - à Paris 12e) est un peintre, lithographe, aquafortiste, pastelliste, portraitiste et illustrateur français.

Il est régulièrement confondu avec un artiste peintre homonyme, Joseph Marcel Bloch[1], né le à Paris 9e[2]. et décédé le à Cagnes-sur-Mer.

Sommaire

BiographieModifier

Moïse Marcel Bloch naît le à Paris 10e[3]. Il est l'aîné des deux enfants de Benjamin Bloch (1854-1927[4]) et Rosalie Lévy (1857-1932[5]), négociants juifs originaires de Lorraine (pour le père) et d'Alsace (pour la mère)[6].

Il étudie à l'École nationale supérieure des Arts décoratifs, sous la direction de Paul Renouard et Charles Lameire, d'où il sort avec un premier grand prix[7]. Il travaille tout d'abord dans le domaine publicitaire. Il produit des affiches pour des motocycles, de l'huile pour moteur, des pneumatiques, des habits... et réalise des prospectus de mode[8].

 
Marcel Bloch - Menu édité par
le graveur parisien Philippe Rosen.

Combattant durant la première Guerre mondiale, il est inscrit au livre d'or des soldats de Verdun[7].

Dès le milieu des années 1920, il développe un style aisément reconnaissable, inspiré de scènes galantes libertines du XVIIIe siècle adaptées au goût Art déco. Typiques sont ses personnages féminins avenants, incarnation de la parisienne élégante, frivole et mutine rappelant la contemporaine Mistinguett.

Il se spécialiste dans l'eau-forte[8]. Il fournit des planches à L'Estampe moderne[9].

Le graveur et éditeur parisien Philippe Rosen[10] diffuse ses œuvres, surtout des petits formats tels des menus.

Il est sociétaire du Salon des Indépendants (dès 1909 puis, régulièrement, de 1926 à 1939) et du Salon des Artistes français (dès 1913)[11]. Il expose au Salon des humoristes. Il siège au comité de la Société des Dessinateurs humoristes[7].

Durant les années 1930, il dessine aussi quelques illustrations pour des romans policiers.

Sous l'Occupation, il vit caché à Paris[12] mais « subit les lois raciales »[7]. Durant la seconde moitié des années 1940, il produit des cartes postales, dont certaines mettent en scène l'humour militaire ou vantent la production agricole française.

 
Sépulture de Marcel Bloch
au cimetière parisien
du Montparnasse. Juillet 2017.

Il illustre aussi de nombreux livres (Balzac, Flaubert, Musset, George Sand, Alexandre Dumas, Erckmann-Chatrian, Kipling, André Maurois...)[7] dont un certain nombre semblent destinés aux enfants[8]. Il travaille même pour des manuels scolaires.

Professeur suppléant, il obtient en 1955 la médaille d'argent de la Ville de Paris[7].

En février 1961, il entre sur sa demande - qu'il fait appuyer par ses confrères Édouard Sandoz et Georges Villa - à la Maison nationale de retraite des peintres de Nogent-sur-Marne[7].

Admis à l'hôpital Saint-Antoine le 28 mars 1866 pour rétention d'urine et cachexie, il y décède le 17 avril suivant[13].

Il est inhumé le 21 avril 1966 au cimetière du Montparnasse[14]. Son épitaphe indique « Moïse Bloch - 1882-1966 ».

Vie privéeModifier

Marcel Bloch épouse le 10 juin 1920, à la mairie du 9e arrondissement de Paris[15], Madeleine Erichson (Paris 1898[16] - Créteil 1971), fille de commerçants. Le couple erdivorce en février 1943. Il n'a pas d'enfants[17].

Il demeure 4 rue du Faubourg-du-Temple (11e arrondissement) de 1911 à 1937 puis 304 rue de Belleville (20e arrondissement).

Sa sœur Rose Renée Bloch, épouse Weil puis Fischer, naît à Paris (10e arrondissement) en 1885[18] et y décède (12e arrondissement) en 1965.

ŒuvreModifier

GravuresModifier

Parmi les gravures de Marcel Bloch, on retient[9] :

 
Marcel Bloch. Lithographie.
Ca 1920-1930.
  • La Tournée du Petit Duc ;
  • Willy ;
  • L'aventure de Cabasson ;
  • Paul Brulat ;
  • Arlequinade ;
  • Le Béguin blanc ;
  • Fête de nuit ;
  • Brassée de roses ;
  • Musardises ;
  • Frivolités ;
  • Gourmandise et Coquetterie ;
  • Fandango ;
  • Travesti ;
  • Femme au manchon ;
  • Douce sérénade.

Collections publiquesModifier

Les pouvoirs publics acquièrent certaines œuvres de Marcel Bloch[7] :

  • La Cigarette, 1920 (acquis par l'État) ;
  • La Barricade de Belleville, 1945 (acquis par la Direction des Beaux-Arts de la Ville de Paris) ;
  • 2 gravures destinées à la Chambre des Notaires (Musée Carnavalet) ;
  • Album d'ombres - Vers l'abîme, inspiré de la première Guerre mondiale (Bibliothèque Nationale de France).

Cercles artistiquesModifier

Marcel Bloch appartient à plusieurs cercles artistiques [7] :

ExpositionsModifier

Marcel Bloch participe à de nombreuses expositions[7] :

DistinctionsModifier

Marcel Bloch reçoit diverses récompenses[7] :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Extrait de la notice de Marcel Bloch (artiste peintre) dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. 2006, (ISBN 9780199773787).
  2. Voir l'acte de naissance] sur le site des Archives de Paris. Vue 29/31. Acte n° 1.271 du 13 juillet 1884.
  3. Voir l'acte de naissance] sur le site des Archives de Paris. Vue 4/11. Acte n° 5.518 du 28 décembre 1882.
  4. Voir l'acte de décès] sur le site des Archives de Paris. Vue 13/31. Acte n° 1.097 du 19 septembre 1927. 9e arrondissement..
  5. Voir l'acte de décès] sur le site des Archives de Paris. Vue 30/31. Acte n° 679/789 du 26 mai 1932.Transcription. 9e arrondissement..
  6. Voir l'acte de mariage sur le site des Archives de ParisVue 5/31. Acte n° 610 du 24 mai 1881. 10e arrondissement..
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Le dossier d'admission, communiqué le 7 septembre 2001 à Thierry Couture par la Maison Nationale des Artistes graphiques et plastiques, comporte un curriculum vitæ autographe très détaillé, que son auteur conclut et résume en « 60 années de Pratique artistique et services rendus à l'Impression et (aux) Livres d'Art ».
  8. a, b et c Dictionnaire des Illustrateurs 1890-1945. Marcus Osterwalder. Ides et Calendes éd., Neuchâtel 1992.
  9. a et b Dictionnaire biographique des artistes contemporains 1910-1930. Édouard Joseph. Arts & Édition éd., 1930-1934.
  10. Né le 23 juillet 1871 à Władysławowo (Pologne). Gérant, de 1910 à 1934, de la Papeterie de la Bourse établie 82-84 rue de Richelieu. Recherches faites par Thierry Couture, aux Archives de Paris, en juillet 2001 et août 2015.
  11. Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs. E. Bénézit. Grund éd.
  12. Archives de Paris. Annuaire du Commerce. Marcel Bloch apparaît à la rubrique « Peintres - artistes » de 1920 à 1939. Son nom ne figure plus à partir de 1940. Il ne reparaît qu'en 1947 à la rubrique « Artistes peintres ». Recherches effectuées par Thierry Couture en juin-juillet 2001 et juillet 2017.
  13. Assistance publique des hôpitaux de Paris. Hôpital Saint-Antoine. Registres des Entrées (1Q 2.260), des Décès (3Q 2.162) et des Destinations des corps (3Q 3.32).
  14. 29e division - 2e section - 17e ligne Ouest - N° 3 Nord. Concession perpétuelle n° 170 - P 1910.
  15. Voir l'acte de mariage sur le site des Archives de ParisVue 23/31. Acte n° 1032.
  16. Voir l'acte de naissance] sur le site des Archives de Paris. Vue 27/31. Acte n° 264 du 11 avril 1898. 1er arrondissement..
  17. Les dénombrements de population de 1926 à 1946, conservés aux Archives de Paris, ne laissent apparaître aucun enfant :
    • 2 Mi LN 1926/32 - 4 Faubourg du Temple. 11e arrondissement. Quartier Folie-Méricourt. Artiste-peintre. Vit avec son épouse, sans profession ;
    • 2 Mi LN 1936/34 - 4 rue du Faubourg du Temple. 11e arrondissement. Quartier Folie-Méricourt. Artiste-peintre dans le 11e arrondissement. Vit avec son épouse, chef de rayon Couture dans le 8e arrondissement ;
    • 2 Mi LN 1946/51 - 304 rue de Belleville. 20e arrondissement. Quartier Saint-Fargeau. Artiste-peintre. Vit seul.
    Recherche faite par Thierry Couture en juillet 2001.
  18. Voir l'acte de naissance] sur le site des Archives de Paris. Vue 28/31. Acte n° 698 du 13 février 1885.

Liens externesModifier