Manuel Alvar

philologue, dialectologue et universitaire espagnol
Manuel Alvar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Professeur
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Manuel Alvar López
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Manuel Alvar Ezquerra (d)
Carlos Alvar (d)
Antonio Alvar Ezquerra (d)
Jaime Alvar Ezquerra (en)
Alfredo Alvar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Catholique romain (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinction
Œuvres principales
  • Aragón, literatura y ser histórico
  • Manual de dialectología hispánica

Manuel Alvar López, né à Benicarló (province de Castellón) le et mort à Madrid le , est un philologue, dialectologue et professeur espagnol[1].

BiographieModifier

Il étudie la philosophie et les lettres à l'Université de Saragosse et il est titulaire d'un doctorat obtenu à l'Université de Madrid. Il obtient le prix Menéndez Pelayo de recherche du CSIC pour sa thèse El habla del campo de Jaca (1948). Âgé de seulement 25 ans, il obtient par concours une chaire de grammaire historique de la langue espagnole à l'Université de Grenade. En 1968 il part enseigner à l'Université autonome de Madrid . Il est professeur associé à la Sorbonne en 1974-1977 et professeur invité à Albany (U.S.A.). Il est directeur de la Real Academia Espanola de 1988 à 1992, membre correspondant des Académies de Barcelone, Uppsala, Heidelberg, Montevideo et Buenos Aires, docteur honoris causa de plusieurs universités dont celle de Bordeaux et préside la Société de Linguistique romane de 1977 à 1980[2]. Il terminera sa carrière à la Complutense. Il consacre près d'un demi-siècle à l'enseignement et à la recherche sur l'histoire de l'espagnol, de la toponymie et des variantes dialectales péninsulaires et américaines de l'espagnol. Très préoccupé par la présence de l'espagnol actuel dans le monde, il est membre du Conseil du département de l'espagnol à l'agence EFE entre 1980 et 1986.

Plusieurs de ses disciples, comme Gregorio Salvador Caja, figurent parmi les plus grands linguistes espagnols.

ŒuvreModifier

Son œuvre imposante aborde une grande variété de sujets : linguistique romane, linguistique diachronique, géographie, dialectologie hispanique, histoire de l'Amérique, question des marranes espagnols, romancero séfarade, toponymie, critique littéraire, littérature médiévale, moderne et contemporaine, essai, poésie, traduction etc.

Ses travaux en dialectologie sont pionniers et primordiaux dans le champ hispanique et ses études de terrain, compilées dans ses atlas linguistiques et ethnographiques, sont des références importantes de la philologie hispanique, dont il est considéré comme une figure majeure. Parmi ses ouvrages les plus remarquables on peut mentionner le Léxico de los Marineros Peninsulares (ALMP), ou les différents atlas linguistiques Atlas Lingüístico y Etnográfico de Andalucía (ALEA), Atlas Lingüístico y Etnográfico de las Islas Canarias (ALEICan), Atlas Lingüístico y Etnográfico de Aragón, Navarra y Rioja (ALEANR), Atlas Lingüístico y Etnográfico de Santander (ALESan), Atlas Lingüístico de España y Portugal (ALEP), Atlas Linguarum Europae (ALE), Atlas lingüístico de Castilla y León et le grand Atlas Lingüístico de Hispanoamérica (ALH). On peut encore ajouter ses deux manuels de dialectologie hispanique: Manual de dialectología hispánica: el español de América (Barcelone, Ariel, 1996) et Manual de dialectología hispánica: el español de España (Barcelone, Ariel, 1996). Il étudie également en détail le riojan (El dialecto riojano, Madrid, Gredos, 1976) et l'aragonais (Estudios sobre el dialecto aragonés [sic], CSIC, 1987).

Grand connaisseur de la littérature ancienne, il réalise de nombreuses éditions de textes médiévaux, vieux romancero et littérature traditionnelle et populaire, mais s'intéresse aussi à quelques auteurs contemporains (par exemple Miguel Delibes dans El mundo novelesco de Miguel Delibes, Madrid, Gredos, 1987). Il est au total l'auteur de près de 170 livres et de plus de 600 articles scientifiques.

Honneurs et distinctionsModifier

Il a été nommé membre de l'Académie royale espagnole à partir de 1974 (institution qu'il dirige entre 1988 et 1991) et de l'Académie royale d'histoire à partir de 1999. Il a reçu en 1976 le prix national de l'essai pour Aragón, literatura y ser histórico.

Il a été nommé membre correspondant étranger de l'Académie des Inscriptions & Belles-Lettres le 26 juin 1988.

Le prix national Menedez Pidal lui a été décerné en 1993[2].

Notes et référencesModifier

  1. Giuseppe Di Stefano. "Manuel Alvar López (1923-2001)", in: Asociación Hispánica de Literatura Medieval. Miembros de Honor
  2. a et b Jean-Pierre Babelon, « Allocution à l'occasion du décès de M. Manuel Alvar Lopez, correspondant étranger de l'Académie », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres n°145-3,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier