Manon Garcia

philosophe française

Manon Garcia est une philosophe française née en 1985. Spécialiste en philosophie féministe, elle publie son premier essai en 2018, On ne naît pas soumise, on le devient.

Manon Garcia
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Mère
Autres informations
A travaillé pour
Université libre de Berlin (depuis le )
Université Yale ( - )
Université de Chicago
Université HarvardVoir et modifier les données sur Wikidata
Directrice de thèse
Site web
Prononciation

Biographie

modifier

Manon Garcia étudie à l’École normale supérieure et obtient l'agrégation de philosophie en 2014. En 2017, elle passe sa thèse de doctorat[1], portant sur la « soumission consentie » à l'université Paris I - Panthéon Sorbonne sous la direction de Sandra Laugier. Elle obtient en 2016 un poste d'enseignante à l'université Harvard, qu'elle va occuper pendant deux ans, puis un poste de chercheuse et enseignante à l'université de Chicago[2], où elle reste jusqu'en 2022. Elle obtient alors un poste de professeure junior à l'Université Libre de Berlin[3]. Elle analyse les causes qui poussent les femmes à la soumission, et met en lumière le paradoxe dans cette soumission féminine consentie[4], notamment par la pensée de Simone de Beauvoir, elle-même modèle de contradictions entre une forme de soumission dans sa vie personnelle et une volonté de révolutionner les normes sociales[5].

Manon Garcia publie des articles sur le consentement[6] et donne des conférences[7]. Selon elle, il existe deux formes de soumissions : l'une par la force, qui ne laisse pas d'autre choix que se soumettre, et une autre plus complexe, plus volontaire, par laquelle les femmes auraient un intérêt — plus d'attention masculine, statut social valorisé — et leur consentement relèverait alors d'une sorte de « calcul coûts-bénéfices[8],[9] ». Cependant, cette soumission ne serait pas liée à une quelconque « nature féminine », mais bien le résultat d'un conditionnement social[10].

Elle s'intéresse également aux biais de genre, notamment dans les sciences[11].

Publications

modifier
  • On ne naît pas soumise : on le devient, Flammarion, coll. « Climats », 268 p., 2018 (ISBN 978-2-0814-3941-2)
  • Textes clés de philosophie féministe[12] (dir.), Vrin, coll. « Textes Clés », 2021
  • La Conversation des sexes, Philosophie du consentement, Flammarion, coll. « Climats », 2021[13]

Préface

modifier
  • Kate Kirkpatrick, Devenir Beauvoir, la force de la volonté, trad. Clotilde Meyer, Flammarion, 2020

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. SUDOC 221470360.
  2. Maxime Tellier, « L'expérience d'être une femme c'est l'expérience de se soumettre aux hommes », sur France culture, .
  3. (en) « Jun.-Prof. Dr. », sur www.geisteswissenschaften.fu-berlin.de, (consulté le )
  4. Barbara Krief, « "Comment les femmes renoncent à leur liberté", entretien avec Manon Garcia », sur Nouvel Obs, .
  5. Camélia Echchihab, « "Pour les femmes, le programme par défaut c'est la soumission", entretien avec Manon Garcia », sur Télérama, .
  6. Cécile Daumas, « "Le mot consentir sous-entend une forme de passivité", entretien avec Manon Garcia », sur Libération, .
  7. « Consentement et genre », sur ENS Lyon, .
  8. Victorine de Oliveira, « Maîtresses femmes », Philosophie magazine,‎ (lire en ligne).
  9. Robert Maggiori, « Manon Garcia, pouvoir de sujétion », sur Libération, .
  10. La couleur des idées [émission radio, Musiq3 - RTBF].16 octobre 2021.[Consulté le 29 décembre 2021]. Disponible à l'adresse : « https://www.rtbf.be/auvio/detail_la-couleur-des-idees?id=2821125 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  11. Manon Garcia, « La vérité scientifique, une histoire très genrée », sur Libération, .
  12. « Textes clés de philosophie féministe | Collection Textes clés », sur vrin.fr (consulté le ).
  13. « "Le consentement est la clé d’un passage d’une sexualité répressive et hétéronormée à des rapports érotiques égalitaires" », sur Usbek & Rica, .