Ouvrir le menu principal

Le Makossa est un type de musique camerounais. C'était au départ une composante exclusive de la culture Douala mais de nos jours est adopté en tant que musique populaire dans tout le pays. Il est semblable au soukous, avec plus de basses et de cuivres. Il est issu d'une danse traditionnelle sawa, l'Ambas-Bay, avec des influences significatives de jazz, de musique antillaise, de musique latine, de highlife et de rumba. Ce style musical urbain fait partie des quatre rythmes principaux au Cameroun avec le bikutsi, le mangambeu et l'assiko.

ÉtymologieModifier

L'expression Makossa provient du mot douala Kósa qui signifie littéralement "épluche!"[1]. Dans le contexte musical il est utilisé pour inviter à la danse. Il aurait été prononcé pour la première fois par l'artiste Nelle Eyoum[2] dans les années 1950[3]. Le mot, utilisé comme substantif (dikosa) et mis au pluriel, donnera Makossa.

Dans le numéro 324 du journal Afrique-Asie paru le lundi 18 juin 1984, Francis bebey dit ceci : "Etroitement lié à a ville de Douala , le makossa comme le Jazz n'a pas de signification propre. La traduction la pus admise est d'ordre sémantique, <<SA>>signifiant en Duala : "danser" alors que <<KO>> se traduit par tomber; Makossa voudrait alors dire entrer dans la danse, soyez dans le coup"

HistoireModifier

Les racines du Makossa se trouvent dans la culture sawa et ses nombreux style musicaux ,favorisé par l'accès généralisé à l'électricité et par l'arrivée de nouveaux équipements de musique, le Makossa a enfin pu émerger au début des années 1950. Si le style makossa est né dans les années 1950, les premiers enregistrements n'apparaitront qu'une décennie plus tard. Les artistes tels que Eboa Lotin, Misse Ngoh et surtout Manu Dibango ont popularisé le genre en dehors du Cameroun à la fin des années 1960[4]. Aussi , la multiplication des lieux de détentes où on consommait de l'alcool local a offert aux musiciens locaux un cadre d'expression. Ce qui a fait le succès du Makossa à ses débuts, c'est sa capacité à absorber et à intégrer différents genres musicaux. Ainsi , l'influence de la rumba congolaise a joué un rôle crucial sur la transformation du Makossa. Grâce à la toute puissante "Radio Léopoldville", la rumba était la musique extérieure la plus diffusée au Cameroun. Les phrasées de guitare dans le Makossa notamment s'inspirent des phrasées de la Rumba congolaise. Pendant les années de colonisation allemande et française, l'idéal de beaucoup est de devenir un assimilé, donc de se dégager des scories du tribal pur. Des guitaristes qui ont " voyagé " reviennent de Guinée Equatoriale (petit paris) et des deux Congo avec des notions de Rumba ( Epée d'or etc) . ils sont la modernité qui répond aux Kabasele de L'African Jazz et Franco du OK Jazz du Congo. Ils créent avec des danseurs piroguiers de retour de vente du poisson du jour, les prémices de ce qu'on appellera le Makossa ; dans qui demande des mouvements de reins suggestifs que les protestants ne tolèrent pas trop.

D'autres rythmes ont eu un très grand impact sur le Makossa. On peut citer entre autres : le Merengue de la République Dominicaine et le High-Life du Ghana et du Nigeria. Le makossa est donc un syncrétisme de différents rythmes et influences. Ainsi en combinant ces différents rythmes avec des danses populaires,des groupes tels que les Negro-Style, Uvocot Jazz(Union des voix côtières), Rythmic Band et Los Calvinos avec à leurs têtes, Lobé Rameau, Mouelle Guillaume , Ebanda Manfred, Nellé Eyoum ont contribué à installer le makossa comme un style musical standard.

Le Makossa est donc le résultat dune influence à la fois interne et externe; il fallait synthétiser le Makossa en une formule mathématique , cela pourrait être:

Bolobo+ Essewé +Assiko Congolaise + Merengue +high-Life =Makossa.

Le Makossa originel s'est par la suite diversifié et s'est adapté aux rythmes en vogue au fil des époques. C'est ainsi que vers la fin des années 60? le makossa s'est enrichi en intégrant des éléments de << funk >> résultat de l'influence Funky-disco de la musique de James Brown qui lui-même va plagier quelques années plus tard, le chanteur André-Marie Talla. C'est Manu Dibango qui ouvre la voie en 1972 avec son "Soul makossa " qui sera un succès planétaire et fera connaître le makossa aux yeux du monde. Inspirés par l'exemple de Manu , plusieurs artistes camerounais vont intégrer de nouveaux rythmes dans le Makossa. C'est ainsi que naîtront : Funky makossa , Disco makossa , Salsa makossa , Soukouss makossa, Jazz makossa, Reggae makossa etc[5].

Principaux artistes de MakossaModifier

Notes et référencesModifier

  1. Paul Helmlinger, Dictionnaire duala-français suivi d'un lexique français-duala, Langues et littérature d'Afrique noire
  2. « Salle John, sur la naissance du Makossa », sur youtube.com, (consulté le 7 septembre 2015)
  3. Samy Ben Redjeb et Déni Shain, Pop Makossa  The Invasive Dance Beat of Cameroun 1976-1984, CD Analog Africa No. 23, AACD 083 (2008)
  4. Jean Maurice NOAH, Le Makossa — Une musique africaine moderne, Paris, L'Harmattan,
  5. Arol Ketchiemen, les icônes de la musique camerounaise, douala, les éditions du Muntu, , 286 p. (ISBN 978-2-9562874-0-7, www.dulivrepourvivre.org), p. 21-24

Voir aussiModifier