Major Tom

astronaute fictif créé par David Bowie

Major Tom
Activité astronaute

Créé par David Bowie
Interprété par David Bowie
Albums Space Oddity
Première apparition 1969
Dernière apparition 2015

Le Major Tom est un astronaute fictif, personnage récurrent des chansons de David Bowie. Alter ego probable de l'artiste, il apparaît pour la première fois dans la chanson qui lance sa carrière en 1969, Space Oddity, puis revient onze ans plus tard dans Ashes to Ashes et, — sans y être cité nommément —, dans Hallo Spaceboy, Slow Burn et New Killer Star. Son squelette sur lequel s'ouvre le clip de Blackstar annonce en 2015 la mort imminente de Bowie[1].

Major Tom dans l’œuvre de BowieModifier

Space Oddity (1969)Modifier

Major Tom apparaît pour la première fois dans la chanson de Bowie qui lance sa carrière, Space Oddity (album David Bowie, sorti en 1969 et renommé plus tard Space Oddity). La chanson est construite comme un dialogue entre le Major Tom, embarqué à bord d'un lanceur spatial qui s'élance de la Terre, et le centre de contrôle au sol. Passées les dernières recommandations (« prenez vos pilules de protéines, mettez votre casque, le décompte commence, moteur, allumage, et que l'amour de dieu vous accompagne ! », le voyage se déroule comme prévu (« vous avez réussi ! », « you've really made the grade! »). Vient le moment où Major Tom doit sortir de sa capsule. L'astronaute semble plonger progressivement dans la torpeur mélancolique[2] et perdre contact avec la Terre : « je suis en train de franchir la porte, je flotte dans l'espace d'une façon très étrange, les étoiles ont vraiment l'air différent ce soir » Le centre spatial signale « votre circuit est mort, il y a quelque chose qui ne va pas » et tente en vain de rétablir le contact. Tom se résigne à rester dans l'espace[3] « je me sens très calme, je crois que mon vaisseau spatial sait quelle route prendre, dites à ma femme que je l'aime beaucoup ». Dans ses derniers mots audibles, Major Tom indique « me voilà à flotter autour de ma boîte de conserve, bien au delà de la lune. La planète Terre est bleue et il n'y a rien que je puisse faire »[4]. On imagine l'astronaute, condamné à errer sans fin dans le cosmos[3]. L'allusion à la drogue est transparente.

Dans le film promotionnel de 1969 Love You till Tuesday, David Bowie interprète à la fois les rôles du major Tom et de son interlocuteur au sol. Deux femmes — incarnées par le mannequin Samantha Bond et l'assistante de production Suzanne Mercer[5] — apparaissent aux côtés de l'astronaute, anges ou extraterrestres qui lui retirent progressivement sa combinaison. La vidéo se clôt sur une image de Major Tom assis dans sa « boîte de conserve » entre les deux femmes, dans une sorte de ménage à trois[6].

Ashes to AshesModifier

Onze ans plus tard, Major Tom réapparait dans la chanson Ashes to Ashes, hit de l'album Scary Monsters (And Super Creeps). Comme le laisse entendre le titre, une boucle se referme[7].

Dès le premier vers, le chanteur rappelle le personnage : « Do you remember a guy that's been / In such an early song? ». Le centre de contrôle a capté un message de l'espace, sorte de SOS de l'astronaute : il veut revenir sur Terre, mais au sol on sait qu'il est devenu un junkie[4] dépendant, poursuivi par ses pilules (« But that little green wheel is following me » alors qu'il voudrait rester « clean »), oscillant entre les sommets où le mène la drogue et la souffrance du cocaïnomane (« We know Major Tom's a junkie / Strung out in heaven's high / Hitting an all-time low » Low évoque l'album précédent du chanteur, composé à un moment où Bowie se perd dans la drogue à Los Angeles et consacré à la dépression due à la toxicomanie[2])[7].

Suit une supplique de l'astronaute, « I've never done good things / I've never done bad things / I never did anything out of the blue ».

La chanson se termine sur une ritournelle enfantine, autre évocation de la boucle bouclée, du retour à l'innocence de l'enfance : « My mother said to get things done / You'd better not mess with Major Tom ». Mieux vaut se tenir à l'écart de la drogue[7].

Dans son ensemble, la chanson sonne comme une repentance de la part de Bowie, la volonté de mettre fin à la période d'abus qu'il a vécue à Los Angeles[7].

Hallo Spaceboy (1995)Modifier

Hallo Spaceboy (album 1. Outside) décrit l'usure de l'astronaute dans l'espace, sans le nommer explicitement :

Spaceboy, you're sleepy now

« Spaceboy, tu as sommeil maintenant »

En revanche Neil Tennant, le chanteur des Pet Shop Boys, cite Major Tom dans son interprétation de la chanson, qu'il mêle à des paroles de Space Oddity dans la version remixée que le groupe publie avec Bowie en 1996[8].

Slow Burn (2005)Modifier

Bien qu'il ne soit pas cité dans la chanson, un astronaute — peut-être le major Tom — apparaît dans le clip vidéo de Slow Burn de l'album Heathen[9].

Blackstar (2015)Modifier

Enfin, dans le clip vidéo de la chanson Blackstar en 2015 (sur l'album du même nom sorti en 2016 deux jours avant la mort de l'artiste), le squelette d'un astronaute mort git dans son scaphandre brisé sur une planète extra-terrestre. Une femme s'empare de son crâne, et débute une cérémonie qui s'apparente au culte d'une relique. Que la scène représente la fin du major Tom ne fait aucun doute[10],[11],[12], le réalisateur du clip ayant lui-même déclaré à la BBC « pour moi, c'était Major Tom à 100% »[13].

Major Tom et Ziggy StardustModifier

Major Tom est bien sûr à rapprocher de l'autre habitant de l'espace dans l'imaginaire de Bowie, l'extra-terrestre (« Starman ») de The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars. Comme Major Tom dans Ashes to Ashes, celui-ci voudrait venir à notre rencontre. Mais, de peur de faire « exploser nos cerveaux », il est condamné à rester en orbite et ne peut nous contacter que par l'intermédiaire de son prophète, Ziggy Stardust[2].

ProlongementsModifier

Le chanteur allemand Peter Schilling réinterprète l'histoire du major Tom dans son Major Tom (Coming home)[8], qui atteint la première place du box-office en Allemagne, Suisse, Autriche et Canada au début de 1983. Des similitudes ont été évoquées avec Rocket Man d'Elton John, Bowie lui-même chantant parfois « Oh, Rocket Man!  » dans les versions concert de Space Oddity[14].

En 2013, l'astronaute canadien Chris Hadfield interprète Space Oddity à la guitare à bord de la Station spatiale internationale. Avec l'autorisation de Bowie, la vidéo — premier enregistrement musical dans l'espace — est publiée sur YouTube le [15]. La vidéo compte plus de 48 millions de vues début 2021[16].

Deux ans plus tard, les médias surnomment « Major Tim » l'astronaute britannique Timothy Peake, en service à bord de l'ISS du au (expéditions 46 et 47)[17],[18], référence directe à l'astronaute fictif de Bowie[19],[20],[21]. Peake, toujours en orbite le jour de la mort de Bowie, lui rend hommage sur Twitter[15].

L'acteur anglais Nicholas Pegg (en) émet l'hypothèse que Major Tom pourrait être inspiré par l'artiste de music-hall Tom Major (en), père de l'ancien premier ministre britannique, qui s'est produit plusieurs fois dans la ville natale de Bowie, Brixton[2].

Autres hommagesModifier

En 2022, l'arachnologiste Peter Jäger baptise Bowie majortom une espèce d'araignée qu'il a découverte au Népal[22].

RéférencesModifier

  1. Roy Carr & Charles Shaar Murray (1981). Bowie: An Illustrated Record: pp.109–116
  2. a b c et d Simon Critchley (trad. de l'anglais), Bowie, philosophie intime, Paris, La Découverte, , 113 p. (ISBN 978-2-7071-8540-2), pages 39-43
  3. a et b Francis Métivier, « David Bowie : dans "Space Oddity", Major Tom apporte des réponses aux questions de Pascal », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Axel Du Bus et La Boîte à Pandore, 100 classiques rock et leur sens caché : Anthologie musicale, Primento, , 219 p. (ISBN 978-2-39009-014-4, lire en ligne), Space Oddity, David Bowie
  5. (en) Nicholas Pegg, The Complete David Bowie: New Edition: Expanded and Updated, Titan Books, (ISBN 978-1-78565-533-3, lire en ligne)
  6. « Space Oddity Original Video (1969) », YouTube (consulté le )
  7. a b c et d « Your Song : Ashes To Ashes », sur Classic 21, (consulté le )
  8. a et b (en) Dave Thompson, Hallo Spaceboy : The Rebirth of David Bowie, ECW Press, , 300 p. (ISBN 978-1-55490-271-2, lire en ligne), p. 156
  9. (en) David Bowie, « Slow Burn », sur youtube.com, , voir à 3 : 55
  10. Blistein et Grow, « Watch David Bowie Play Blind Prophet in 'Blackstar' Video », Rolling Stone,
  11. Neil McCormick, « David Bowie's new song, Blackstar, review: 'Major Tom is dead. Bowie lives' », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  12. « David Bowie's new song Blackstar: Five things you need to know », Evening Standard,‎ (lire en ligne)
  13. Mark Savage, « David Bowie: Ten things we've learned since his death », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ) That cites an interview which was only available in the UK on the date of access. « Bowie: The Last Five Years », BBC2,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Was "Major Tom" the astronaut a real person? from The Straight Dope
  15. a et b « British Astronaut Pays Tribute To David Bowie From Outer Space », Musicfeeds, (consulté le )
  16. « Space Oddity - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  17. (en-GB) « Tim Peake passes final Soyuz exam », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Roscosmos Announces New Soyuz/Progress Launch Dates », NASA,
  19. « Tim Peake's photographs from out space », Mail Online,
  20. « Ground Control to Major Tim: Britain's first proper astronaut blasts off », Christian Science Monitor,‎ (lire en ligne)
  21. Shukman, « Ground control to 'Major Tim' », BBC,
  22. (en) Peter Jäger, « Bowie gen. nov., a diverse lineage of ground-dwelling spiders occurring from the Himalayas to Papua New Guinea and northern Australia (Araneae: Ctenidae: Cteninae) », Zootaxa, vol. 5170, no 1,‎ , p. 1–200 (ISSN 1175-5334, DOI 10.11646/zootaxa.5170.1.1, lire en ligne, consulté le )