Mainz-Hartenberg-Münchfeld

établissement humain en Allemagne

Hartenberg-Münchfeld (familièrement : Hamü en mettant l'accent sur la deuxième syllabe) est un quartier (Ortsbezirk) de Mayence, capitale du Land de Rhénanie-Palatinat. Hartenberg-Münchfeld a près de 17 000 habitants en 2017[1].

Hartenberg-Münchfeld
Mainz-Hartenberg-Münchfeld
Mainz-Hartenberg-Münchfeld
Blason de Hartenberg-Münchfeld
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de la Rhénanie-Palatinat Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Mayence (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
un des 15 quartiers de Mayence
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Mandat
Christin Sauer
Ortsvorsteherin
Partis au pouvoir Alliance 90 / Les Verts
Code postal 55122
Indicatif téléphonique 06131
Immatriculation MZ
Démographie
Population 18 376 hab. (2019-12-31)
Densité 5 362 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 00″ nord, 8° 14′ 20″ est
Superficie 342,7 ha = 3,427 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-Palatinat
Voir sur la carte topographique de Rhénanie-Palatinat
City locator 14.svg
Hartenberg-Münchfeld
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Hartenberg-Münchfeld
Liens
Site web www.mainz.de/leben-und-arbeit/stadtteile/hartenberg-muenchfeld/hartenberg_muenchfeld.php

Hartenberg-Münchfeld est connu pour son stade[2], le studio régional de la Südwestrundfunk pour la Rhénanie-Palatinat et le siège social à Mayence de la Deutsche Bundesbank (autrefois Banque centrale de Rhénanie-Palatinat / Sarre).

Situation géographiqueModifier

Le quartier est entouré d'autres quartiers de Mayence :

  Mainz-Mombach  
Mainz-Gonsenheim N Mainz-Neustadt
O    Hartenberg-Münchfeld    E
S
Mainz-Bretzenheim Mainz-Oberstadt

HistoireModifier

 
Vue du Judensand depuis la Mombacher Straße

Le nom de la rue Am Judensand (de) dans le quartier Hartenberg est une trace de l'usage médiéval du lieu : le cimetière de la communauté juive se trouvait là, et a été onservé à la frontière entre Hartenberg-Münchfeld et Neustadt ; les tombes les plus anciennes datent du XIe siècle. S'y trouve en particulier la stèle funéraire de Guershom Meor Hagola, qui meurt en 1028 ou 1040.

Au début du XIXe siècle, probablement plus d'un millier de personnes ont été enterrées dans une fosse commune dans la région de l'actuel quartier. La tombe a été découverte à l'automne 2018 lors des travaux de construction d'un stand de tir. Selon les premières estimations, il pourrait s'agir de soldats allemands et français victimes d'une épidémie. Les survivants de la bataille de Leipzig en 1813 qui s'étaient enfuis à Mayence y avaient introduit le « Typhus de Mayence » Au moins 16292 hommes de l'occupation française et 2485 hommes de Mayence y sont morts[3],[4].

Mayence ayant été longtemps fortifiée, Hartenberg faisait partie du système de défense militaire. Du fait de l'expansion de Neustadt un nouveau mur d'enceinte est réalisé, le Rheingauwall (de), selon les principes de l'architecture militaire néo-prussienne. Plusieurs forts sont encore témoins de ces fortifications : le Cavalier Hauptstein, le Cavalier Prince Holstein (de) et la nouvelle caserne Golden-Ross. À la porte Mombach, sur recommandation du Generalfeldmarschall Edwin von Manteuffel, est érigée une usine de conserves de l'armée[5], dont il ne reste plus que les fondations de visibles. Lors du développement du studio de la Südwestrundfunk, des éléments de la porte Gonsenheim furent mis à jour, qui ont été mis en valeur.

À partir de 1904, des habitations civiles sont construites sur le quartier. En 1928, est édifié le Stade Bruchwegstadion, auquel sera attaché l'équipe de football 1. FSV Mayence 05 jusqu'en 2011. Dans les années 1960 et 70, d'assez importantes constructions d'habitations sont lancées dans les quartiers de Hartenberg et de Münchfeld, afin de répondre aux les problèmes de logements précaires de l'après-guerre.

C'est en 1989 que le quartier actuel est constitué, avec une partie de Mainz-Gonsenheim et de l'ancien quartier Mainz-Innenstadt.

ReligionModifier

 
Bâtiment de la Internationaler Bund et de l'association Arab-Nil-Rhein-Verein, au Mombacher Straße 67

Outre les lieux de culte, on peut noter quelques associations :

Œuvres catholiques pour les jeunesModifier

An centre de HaMü, se trouve un ensemble important avec des espaces verts, des terrains de tennis, un restaurant et des salles de réunion utilisées par les mouvements de jeunesse de l’Église catholique. C'est en 1930, après le départ de l'occupant français, que l'Œuvre de jeunesse avait pris place dans les locaux du Fort Gonsenheim. S'y sont déroulés entre autres événements, les Katholikentag (Journées catholiques) de 1947, 1948 et 1998. L'ensemble appartenait au diocèse jusqu'en 2007, et a depuis 2009 été l'objet d'un projet d'urbanisation (Bebauungsplan H85)[6]. Les travaux ont commencé dès 2010.

 
Paroisse catholique Saint-Jean l'évangéliste (de) de Münchfeld

De son côté le diocèse de Mayence a posé dès la première pierre d'un nouveau bâtiment du Jugendamt Don Bosco, achevé en 2011 sous la direction de l'architecte Angela Fritsch et récompensé du prix de l'architecture la même année.

IslamModifier

  • Association Arab-Nil-Rhein-Verein

AdministrationModifier

L'équivalent de l'hôtel de ville, le lieu du conseil de quartier, se trouve au John-F.-Kennedy-Straße 7b, 55122 Mainz

Vie politique localeModifier

Ortsbeirat 2014
taux de participation 49,3 %
 %
40
30
20
10
0
31,4 %
29,0 %
21,3 %
5,7 %
5,2 %
4,5 %
2,9 %
Variation :
par rapport à 2009
 %p
   6
   4
   2
   0
  -2
  -4
+2,0 %
−0,9 %
−0,2 %
−1,4 %
+5,2 %
+4,5 %
−3,1 %

Après les élections au conseil municipal, les sièges ont été répartis comme suit :

La présidente (Ortsvorsteherin) en est Karin Trautwein (CDU)[7].

Culture et monumentsModifier

Dans le quartier Binger Schlag, proche de la gare, se trouvent la piscine Taubertsberg et le Conservatoire Peter-Cornelius (de).

Espaces verts et détenteModifier

Depuis 1979 le Hartenbergpark avec mini-golf, piscine, espace de jeux pour enfants et un belvédère sur le parc industriel de Mainz-Mombach. Il se trouve à l'emplacement des anciens forts Hartenberg et Hartmühl (de), sur une superficie de 18 ha.

Économie et infrastructuresModifier

MédiasModifier

L'ancienne Südwestfunk (SWF, aujourd'hui SWR) a déménagé à Hartenberg en 1978 ; en 1995 un nouveau bâtiment était construit et une extension en 2004. Parmi les émissions, on peut signaler la série Literatur im Foyer qui fait venir les auteurs germanophones les plus connus à Hartenberg. Citons aussi les émissions en direct : Flutlicht (de), Landesschau (de) ou Report Mainz (de).

FormationModifier

  • Centre de formation professionnelle Hans-Böckler
  • École Elisabeth von Thüringen (sciences sociales)[8]
  • École élémentaire Dr-Martin-Luther-King
  • École élémentaire de Münchfeld
  • Collège Ketteler (de) (préparation à l'Université)
  • École Astrid-Lindgren (Langues)

TransportsModifier

BUS
MVG Mainz lignes 54, 55, 56, 57, 58, 65, 69, 91,
MVG Mainz + ESWE Wiesbaden ligne collective 9, 45,
MVG Mainz + ORN ligne collective 64, 68, 75, 79,
ORN ligne 650

Personnalités liées au quartierModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. « Einwohner nach Stadtteile am 31.10.2017 (habitants par quartier) » [PDF], sur mainz.de (consulté le )
  2. Qui accueillait le Mainz 05 jusqu'en 2011. Le Mainz 05 joue désormais à l'Opel Arena.
  3. Franz Dumont: Helfen und Heilen - Medizin und Fürsorge in Mittelalter und Neuzeit. In: Franz Dumont (Hrsg.), Ferdinand Scherf, Friedrich Schütz: Mainz – Die Geschichte der Stadt. Erste Auflage. Verlag Philipp von Zabern, Mainz 1998, (ISBN 3-8053-2000-0), S. 790
  4. Alfred Hartmann: Fleckfieberepidemie in Mainz und Umgebung in den Jahren 1813/14, genannt "Typhus de Mayence". Dissertation. Hygiene Institut der Stadt und Universität Frankfurt, Frankfurt am Main 1949.
  5. (de) Karl Georg Bockenheimer, Mainz und Umgebung, Mayence, Verlag von J. Diemer, , p. 141
  6. (de) « Flächennutzungsplanänderung / Bebauungsplan H85 » [PDF] (consulté le )
  7. « élections à Hartenberg »
  8. « Page de l'école », sur bistummainz.de (consulté le )
  9. (de) « Nachruf in der Neuen Musikzeitung », (consulté le )

Source de la traductionModifier