Ouvrir le menu principal

Mahāvastu

texte bouddhique
(Redirigé depuis Mahavastu)

Le Mahāvastu (« Grand événement » ou « Grande histoire » en sanskrit) est un texte de l‘école Lokottaravāda du bouddhisme ancien. Il se définit lui-même comme une préface historique aux vinayas, les codes monastiques bouddhistes.

Plus de la moitié du texte est composé de contes des jātaka et des avadāna, les récits des vies précédentes du Bouddha et d’autres bodhisattvas[1],[2].

Le Mahāvastu, en prose et en vers, est écrit en sanskrit bouddhique, dit « hybride »[3],[4]. Les spécialistes pensent qu’il a été rédigé entre le IIe siècle av. J.-C. et le IVe siècle[2],[5].

L’indianiste Émile Senart a publié le texte sanskrit pour la première fois, en trois volumes, entre 1882 et 1897.

Sommaire

Parallèles dans le Canon paliModifier

Les contes des jātaka du Mahāvastu sont similaires à ceux du Canon pali bien que des différences significatives existent quant aux détails des contes.

Les autres parties du Mahāvastu ont plus de parallèles directs dans le Canon pali, notamment avec le Dīgha Nikāya (DN 19, Mahāgovinda Sutta), le Majjhima Nikaya (MN 26, Ariyapariyesana Sutta ; et, MN 36, Mahasaccaka Sutta), le Khuddakapātha, le Dhammapada (ch. 8, Sahassa Vagga; et, ch. 25, Bhikkhu Vagga ), le Sutta Nipāta (Sn 1.3, Khaggavisāṇa Sutta ; Sn 3.1, Pabbajjā Sutta ; et, Sn 3.2, Padhāna Sutta), le Vimanavatthu et le Buddhavaṃsa[1],[6].

Thèmes mahayanaModifier

Le Mahāvastu est considéré comme une source primitive de la notion, commune à toutes les écoles Mahasanghika, de bouddha transcendant (lokottara).

Selon le Mahāvastu, au cours de nombreuses vies, le Bouddha né-une-fois-humain développa des pouvoirs supramondains, parmi lesquels :

  • une naissance sans douleur, hors relation sexuelle ;
  • l‘absence de besoin de sommeil, de nourriture, de médicament ou de bain bien qu’étant contraint à des choses de ce genre « conformément au monde » ;
  • l’omniscience ;
  • la capacité de « supprimer le karma »[7].

RéférencesModifier

  1. a et b Bimala Churn Law, A Study of the Mahāvastu, Calcutta, Thacker, Spink & Co., 1930, p. iv [lire en ligne]
  2. a et b « Mahāvastu » dans Encyclopædia Britannica Online [lire en ligne]
  3. J.J. Jones (trad.), The Mahāvastu dans Sacred Books of the Buddhists, Londres, Luzac & Co., 1949, t. I, p. x-xi
  4. Bimala Churn Law, op. cit., Introduction
  5. J.J. Jones, op. cit., p. xi
  6. Ānandajoti Bhikkhu, A Comparative Edition of the Dhammapada, Peradeniya, University of Peradeniya, 2007, Introduction [lire en ligne]
  7. Paul Williams, Mahāyāna Buddhism: The Doctrinal Foundations, Londres, Routledge, 1989/2007 p. 18-19

BibliographieModifier

Traduction anglaiseModifier

  • The Mahāvastu (3 vol.), trad. J. J. Jones dans Sacred Books of the Buddhists, Londres, Luzac & Co., 1949-1956 (tome1, tome 2 et tome 3)

ÉtudesModifier

  • B. C. Law, A Study of the Mahâvastu (1930), New Bharatiya Book, 2011.