Magnètes

Dans la Grèce antique, les Magnètes (en grec : Μάγνητες) étaient un peuple de Thessalie qui habitaient la Magnésie.

D'après le Catalogue des femmes, leur héros éponyme était Magnès, et d'après le Catalogue des vaisseaux, passage célèbre du chant II de l’Iliade d'Homère, ils participèrent à la guerre de Troie aux côtés des Grecs, sous les ordres d’un chef nommé Prothoos[1].

HistoireModifier

Les Magnètes étaient autrefois établis sur les bords du fleuve Pénée, près du Mont Pélion. Ils revinrent à Delphes après la guerre de Troie, selon un vœu fait de consacrer à Apollon une partie de leur butin de Troie. Ils passèrent en Crète, en furent chassés, et s’installèrent en Asie, plus précisément en Ionie et en Éolide, où ils combattirent pour les colonisations, avant de s’y établir en fondant Magnésie du Méandre et Magnésie du Sipyle[2],[3].

NotesModifier

  1. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], Chant II (756-759)
  2. L'actuelle Manisa.
  3. Conon, Narrations [détail des éditions] [lire en ligne], XXIX.

RéférencesModifier

  • Gustave Fougères, « La confédération des Magnètes de Thessalie », Bulletin de correspondance hellénique, XIII, 1889, p. 271-279 (en ligne)