Macrauchenia

genre de mammifères
(Redirigé depuis Macrauchenia patachonica)
Macrauchenia
Description de cette image, également commentée ci-après
Macrauchenia patachonica (le plus grand) et Phenacodus primaevus (le plus petit).
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Infra-classe Eutheria
Super-ordre  Meridiungulata
Ordre  Litopterna
Famille  Macraucheniidae

Ordre

 Macrauchenia
Owen, 1838

Espèces de rang inférieur

  • Macrauchenia patachonica (espèce type)
  • Macrauchenia ullomensis
  • Macrauchenia boliviensis

Macrauchenia est un genre éteint de mammifères de l'ordre des Litopterna, avec un corps rappelant celui des chameaux et une trompe courte. Il a vécu du Miocène supérieur (Tortonien) jusqu'à la fin du Pléistocène, soit il y a environ entre 9 Ma (millions d'années) et 11 700 ans. Ses fossiles sont connus en Amérique du Sud et principalement en Argentine.

DescriptionModifier

De la taille d'un cheval, Macrauchenia mesurait 3 mètres de long, 1,80 mètre de haut et pesait de 700 à 1 000 kg.

Vu qu'il s'agit de l'ordre des ongulés ayant un nombre impair de doigts, et que Macrauchenia possède trois doigts à chaque membre, cela avait déjà été conjecturé par Charles Darwin, le découvreur du premier fossile[1].

Une caractéristique frappante des Macrauchenia est la position des narines sur le dessus de la tête, entre les yeux. Les narines de plus en plus en arrière sont une tendance évolutive dans les litoptères ultérieurs. Comme les mammifères dotés d'une trompe montrent les narines dans une position similaire, une hypothèse populaire est que Macrauchenia avait une trompe semblable à un tapir ou un museau gonflé comme celui de l'antilope saïga, peut-être pour empêcher la poussière d'entrer dans les narines[2]. Les images classiques et les jouets représentent l'animal avec un tronc court. Cependant, une étude récente comparant les crânes de tapirs et de diverses autres espèces de mammifères herbivores existantes et éteintes a plutôt constaté des similitudes avec les crânes d'orignaux, suggérant que Macrauchenia et d'autres macraucheniidés tels que la Huayqueriana ne possédaient pas de trompe[3]. Le museau de la Macrauchenia est complètement entouré d'os, et l'animal a un cou allongé qui lui permettait de s'élever ; aucun mammifère vivant avec un proboscis ne possède ces caractéristiques. Une autre hypothèse est que ces litières étaient des broutards hauts sur une végétation dure et épineuse, et que des narines rétractées leur permettaient d'atteindre les feuilles sans être empalées dans le nez. Les dinosaures sauropodes (broutteurs des aiguilles en hauteur de conifères et des cycades) ont un museau similaire, et les girafes et gérenouks vivants, broutteurs en hauteur sur une végétation épineuse, ont des narines plus rétractées que les taxons apparentés ayant d'autres habitudes alimentaires[4].

PaléobiologieModifier

La trompe leur servait comme une lèvre préhensile pour attraper, déplacer des objets et comme outil d'usage général, qui, uni à son habileté pour esquiver ses ennemis (selon les études réalisées sur la structure des articulations des pattes[5]) indique une certaine intelligence.

ClassificationModifier

La génétique démontre sa parenté avec l'ordre des Perissodactyla[6].

 
Illustration d'un M. patachonica par Robert Bruce Horsfall en 1913.
 
Illustration
 
Dent d'un Macrauchenia patachonica.
 
Crâne et vertèbres d'un Macrauchenia patachonica.

Notes et référencesModifier

  1. Le Macrauchenia, l’animal « le plus étrange jamais découvert », a trouvé sa famille, in Le Monde, 27 juin 2017.
  2. The Marshall Illustrated Encyclopedia of Dinosaurs and Prehistoric Animals, London, Marshall Editions, (ISBN 978-1-84028-152-1), p. 248
  3. S.R. Moyano et N.P. Giannini, « Cranial characters associated with the proboscis postnatal-development in Tapirus (Perissodactyla: Tapiridae) and comparisons with other extant and fossil hoofed mammals », Zoologischer Anzeiger, vol. 277, no 7554,‎ , p. 143–147 (ISSN 0044-5231, DOI 10.1016/j.jcz.2018.08.005)
  4. Darin Croft, Horned Armadillos and Rafting Monkeys; the Fascinating Fossil Mammals of South America, Indiana University Press,
  5. (es) « Megafauna » (consulté le 21 novembre 2012)
  6. (en) Michael Westbury, Sina Baleka, Axel Barlow, Stefanie Hartmann, Johanna L.A. Paijmans, Alejandro Kramarz, Analía M Forasiepi, Mariano Bond, Javier N. Gelfo, Marcelo A. Reguero, Patricio López-Mendoza, Matias Taglioretti, Fernando Scaglia, Andrés Rinderknecht, Washington Jones, Francisco Mena, Guillaume Billet, Christian de Muizon, José Luis Aguilar, Ross D.E. MacPhee & Michael Hofreiter, « A mitogenomic timetree for Darwin’s enigmatic South American mammal Macrauchenia patachonica », Nature, vol. 8, no 15951,‎ (DOI 10.1038/ncomms15951)