Ouvrir le menu principal

Météorite de Khatyrka
Caractéristiques
Type Chondrite carbonée
Groupe CV3
Observation
Localisation Tchoukotka
Coordonnées 62° 39′ 11″ nord, 174° 30′ 02″ est
Chute observée Non
Date
Découverte 2011
Masse totale connue 0,1 g

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Météorite de Khatyrka

La météorite de Khatyrka est une météorite pierreuse retrouvée en 2011 dans l'est de la Sibérie[1]. Connue seulement par dix très petits fragments (moins de 0,1 g au total[1]), elle est importante car elle constitue le premier[2] et le seul site connu (en 2019) où l'on a observé des quasi-cristaux d'origine non-anthropique.

Sommaire

DécouverteModifier

Les trois premiers fragments de la météorite ont été collectés en 1979 par une expédition partie prospecter des gisements de platine aux abords du fleuve Chatyrka (de)[1]. Ces fragments sont finalement obtenus par l'université de Florence, leur nature météoritique n'est pas identifiée jusqu'en 2011[3]. Cette année-là une seconde expédition est envoyée sur place et prélève 1,5 t d'argile et parvient à en extraire sept fragments supplémentaires[1].

Observation de quasi-cristauxModifier

Les trois premiers fragments connus suscitent un regain d'intérêt en 2009 lorsqu'au terme d'une décennie de recherche systématique infructueuse[4], Paul Steinhardt y décèle les premiers spécimens de quasi-cristaux d'origine naturelle, de l'icosahédrite[5],[6]. Des travaux montrent alors que les échantillons sont d'origine extraterrestre[3]. Suite à cela est organisée la seconde expédition en Sibérie qui ramène sept autres fragments, et dans lesquels sont détectés des quasi-cristaux présentant une symétrie décagonale[7]. En 2019, ce sont encore les seuls quasi-cristaux à avoir été observés dans la nature.

MinéralogieModifier

Premières descriptionsModifier

En plus des quasi-cristaux d'icosahédrite et de décagonite[8], la météorite de Khartyka a offert les premiers échantillons décrits de cupalite (en)[9], de khatyrkite (en)[10], de steinhardtite[11], d'hollistérite[12], de stolperite[13], de kryachkoite[14] et de proxidécagonite[15].

Autres minéraux présentsModifier

Une autre des particularités de la météorite est de présenter des alliages de cuivre et d'aluminium alors que ces éléments ont habituellement des affinités très différentes[3]. On y trouve aussi de l'aluminium natif[16].

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) Meteoritical Society, « Khatyrka », sur Meteoritical Bulletin Database, .
  2. (en) « Khatyrka meteorite », sur Mindat.org, .
  3. a b et c (en) Luca Bindi et al., « Evidence for the extraterrestrial origin of a natural quasicrystal », PNAS,‎ (lire en ligne).
  4. P. Lu, K. Deffreyes, P.J. Steinhardt et Yao, « Identifying and Indexing Icosahedral Quasicrystals from Powder Diffraction Patterns », Phys. Rev. Lett., vol. 87, no 27,‎ , p. 275507 (PMID 11800896, DOI 10.1103/PhysRevLett.87.275507, Bibcode 2001PhRvL..87A5507L, arXiv cond-mat/0108259)
  5. (en) Luca Bindi (en), Paul J. Steinhardt, Nan Yao et Peter J. Lu, « Natural quasicrystals », Science, vol. 324, no 5932,‎ , p. 1306-1309 (DOI 10.1126/science.1170827)
  6. (en) « Icosahedrite », sur Mindat.org, .
  7. (en) Luca Bindi, Nan Yao et al., « Natural quasicrystal with decagonal symmetry », Scientific Reports,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « Decagonite », sur Mindat.org, .
  9. (en) « Cupalite », sur Mindat.org.
  10. (en) « Khatyrkite », sur Mindat.org.
  11. (en) « Steinhardtite », sur Mindat.org, .
  12. (en) « Hollisterite », sur Mindat.org, .
  13. (en) « Stolperite », sur Mindat.org, .
  14. (en) « Kryachkoite », sur Mindat.org, .
  15. (en) « Proxidécagonite », sur Mindat.org, .
  16. (en) « The discovery of the first natural quasicrystal. A new era for mineralogy? », Elements, vol. 8, no 1,‎ , p. 13–14 (ISSN 1811-5209, DOI 10.2113/gselements.8.1.13, lire en ligne, consulté le 4 février 2018).