Ouvrir le menu principal

Luca Saltarello

peintre italien
Luca Saltarello
Naissance
Vers 1610
Gênes
Décès
Vers 1645
Rome
Nom de naissance
Luca Saltarello
Activité
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Le Supplice du jeune Moïse, musée d'histoire de l'art de Vienne.

Luca Saltarello, né à Gênes vers 1610 et mort à Rome vers 1645, est un peintre italien baroque connu pour ses compositions d'art sacré. Après un apprentissage à Gênes, il passe le reste de sa vie à Rome.

BiographieModifier

On connaît peut de choses de la vie de cet artiste né à Gênes vers 1610. Il suit l’enseignement de Domenico Fiasella. À partir du milieu des années 1630, il s’installe à Rome où il finit sa vie[1]. Sa mort précoce est généralement attribuée au surmenage lié à son activité.

Son œuvreModifier

Quelques œuvres seulement, dans le domaine religieux, sont attribuées à Luca Saltarello. Il est difficile de définir le domaine de son travail car une seule œuvre suffisamment documentée nous est parvenue ; il s’agit d’un retable représentant Saint Benoît réconfortant un ouvrier à terre, réalisé pour l’église Santo Stefano de Gênes en 1632. Plusieurs de ses œuvres ont été précédemment attribuées à son maître Fiasella, dont il est l’élève le plus célèbre.

Durant ses premières années d'atelier, Saltarello, suivant l’exemple de Fiasella avec lequel il travaille à la fin des années 1620 et au début de la décennie suivante, utilise des couches épaisses de peinture. À Gênes, Saltarello subit également l’influence de peintres flamands de passage ou installés définitivement dans la commune. On considère qu’Antoine van Dyck est l’un de ses inspirateurs. Sa peinture y gagne en délicatesse, se différenciant ainsi de celle de son maître Fiasella.

La fréquentation d’un autre maître flamand, Jan Wildens, qui réside à Gênes vers 1614, lui fait découvrir la peinture de paysages. Enfin, la palette chromatique de Saltarello doit beaucoup à des Flamands installés à Gênes, tels Jan Roos, les frères Cornelis et Lucas de Wael[1].

Autres œuvres connuesModifier

  • La Guérison de la cécité de Tobie, huile sur toile, 131 × 182,7 cm
  • Cristo deposto, Accademia ligustica di belle arti, Gênes
  • David recevant le bracelet et la couronne de Paul,
  • Le Christ mort,

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Francesco Buranelli, Between god and man : angels in italian art, Jakcon, Mississippi museum of art, , 191 p. (notice BnF no FRBNF41431628), p. 80,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :