Ouvrir le menu principal

Louis Tissier

personnalité politique française

Louis Tissier
Illustration.
Fonctions
Député à l'Assemblée Législative
Sénateur de Vaucluse
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lyon
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française
Profession Professeur universitaire de chimie

Louis Tissier (Lyon, - Paris, ) était un homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Professeur de chimie agricole et industrielle à la faculté des sciences de Besançon, Louis Tissier devient directeur honoraire au ministère de la Marine dans le cabinet de Pelletan. En 1923 et en 1928, il est élu au Office national des recherches scientifiques et industrielles et des inventions.

En 1905, il remplace Félix Bouffandeau au secrétariat du comité exécutif du Parti républicain, radical et radical-socialiste (PRRRS)[1].

MandatsModifier

Député à l'Assemblée NationaleModifier

Louis Tissier se présente pour la première fois à une élection législative, en 1910, contre Georges Laguerre, dans la circonscription d'Apt. Il est battu, mais se représente, dans la même circonscription, en 1912, à la mort de Laguerre. Alors élu, puis réélu en 1914, il occupa ce poste jusqu'en 1919[2].

Mandat de Sénateur de VaucluseModifier

Louis Tissier est élu sénateur de Vaucluse le . Il effectue de très nombreuses interventions concernant des sujets variés, comme les problèmes maritimes, douaniers ou le vote des femmes. Réélu en 1927, le nombre de ses interventions lors des séances ne faiblit pas. Il siégea dans plusieurs commissions, comme celle de la marine, des mines, de l'air, des pétitions, du droit de vote des femmes, des douanes et conventions commerciales[3].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bulletin du Parti républicain radical et radical-socialiste : organe officiel du comité exécutif, 29 décembre 1905, p. 2.
  2. mandat législatif
  3. mandat sénatorial

BiographieModifier

  • « Louis Tissier », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Articles ConnexesModifier

Liens externesModifier