Louis Rochet

sculpteur et mongoliste français
Louis Rochet
Louis Rochet par Carjat.jpg
Portrait de Louis Rochet par Étienne Carjat.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Sculpteur, mongolisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Charles Rochet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Louis Rochet, né à Paris le et mort dans la même ville le [1], est un sculpteur et mongoliste français.

BiographieModifier

Louis Rochet est le frère ainé de Charles Rochet (1815-1900), lui aussi sculpteur. Ils réaliseront en commun plusieurs œuvres, notamment le groupe Charlemagne et ses Leudes (1878) sur le côté du parvis de Notre-Dame de Paris.

Louis Rochet, fils d'un ciseleur, entre à l'École des beaux-arts de Paris où il est l'élève de David d'Angers. Il présente sa première œuvre au Salon de 1838. Il obtient une médaille de troisième classe au Salon de 1841 et à l’Exposition universelle de 1855. Durant toute sa vie, il fournira un œuvre abondant. Il sera élevé au grade de grand-croix de la Légion d'honneur en 1856.

Il est l'auteur en 1846 d'un Manuel de la langue chinoise vulgaire. Durant les quatre dernières années de sa vie, il enseigne les « langues tartares » (mongol et mandchou) à l'Institut national des langues et civilisations orientales. En 1875, il publie le Manuel de la langue chinoise vulgaire et les Sentences, maximes et proverbes mandchous et mongols[2].

ŒuvreModifier

SculptureModifier

PublicationModifier

  • Lous Rochet, Sentences, maximes et proverbes mantchoux et mongols, Paris, Maisonneuve et Cie, (OCLC 5128470, lire en ligne).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Stanislas Lami, « Rochet (Louis) », dans Dictionnaire des sculpteurs de l'École française, t. Quatrième : N-Z, Librairie ancienne Honoré Champion, (lire en ligne).
  • André Rochet, Louis Rochet : sculpteur sinologue, 1813-1878, Éditions A. Bonne, 1978, 374 p.

Liens externesModifier