Ouvrir le menu principal
Louis Meigret
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Louis Meigret (ou Maigret[1], Lyon, vers 1510[2]-1558[3]) est un grammairien français, réformateur de la langue française de la Renaissance.

BiographieModifier

Établi à Paris depuis 1538, Louis Meigret a écrit en 1550 la première grande grammaire du français.

Le premier à mettre la science au service du grand public, il est un défenseur de la réforme de l’orthographe française, qu'il cherche à simplifier en proposant notamment des symboles nouveaux et en favorisant une orthographe phonétique, ce qui le conduisit à polémiquer avec Jacques Peletier du Mans et Guillaume Des Autels.

Son traité s'inscrit dans un courant plus large de recherche de simplification de l’orthographe en l’accordant à la prononciation. Toutefois, celle-ci n'a pu s'imposer, faute d'une autorité linguistique au XVIe siècle. Cependant, le linguiste Charles-Louis Livet a pu écrire que « Ce n’est point Dubois, ce n’est point Henri Etienne qui est le père de la grammaire française : c’est Meigret… il fallait un homme de cette vigueur, pour poser, avec autant de bonheur, sous une forme souvent définitive, les principes qu’il a mis en circulation[4]. »

Face à l’impossibilité de trouver un imprimeur acceptant d’imprimer son programme réformateur, il a dû rééditer son traité dans l’orthographe traditionnelle. On a de lui, également, des traductions de classiques latins et grecs.

Notes et référencesModifier

  1. Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique, Paris, Les libraires associés, 1759, t. vii, p. 412.
  2. Franz Josef Hausmann, Louis Meigret, humaniste et linguiste, Tübingen, Narr, 1980, p. 210-211.
  3. Vgl. Franz Josef Hausmann, Louis Meigret. Le Traité de la Grammaire française (1550). Le Menteur de Lucien- Aux Lecteurs (1548). Tübingen, Narr, 1980, p. ix-xiii.
  4. Charles-Louis Livet, La Grammaire française et les grammairiens du XVIe siècle, Paris, Didier-Durand, 1859, p. 76.

OuvragesModifier

  • Traite touchant le commun usage de l'escriture françoise (1542) (disponible sur Gallica [1])
  • Le tretté de la grammère françoise (1550) (disponible sur Gallica [2], sur archive.org)
  • Défenses (1550) (disponible sur Gallica [3])
  • La réponse a Iáqes Pelletier (1550) (disponible sur Gallica [4])
  • Réponse a Glaomalis de Vezelet (1551) (disponible sur Gallica [5])
  • Réimpression de ces cinq volumes en un chez Slatkine, Genève, 1972.
  • Édition en ligne lemmatisée du Menteur, de la Grammère, des Defenses et des Reponses à Peletier et Des Autels (disponible sur virga.org)

ÉtudesModifier

  • Simone Delesalle et Francine Mazière, « Meigret, la langue française et la tradition grammaticale » in Gérard Defaux (dir.), Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, ENS édition, 2003.
  • Douglas A. Kibbee, « Louis Meigret lyonnais et les politiques de la langue française à la Renaissance », in Gérard Defaux (dir.), Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, op.cit.
  • Charles Louis Livet, La grammaire française et les grammairiens du XVIe siècle, Paris, 1859.
    Les pages 49–117 sont consacrées au seul Meigret.

Liens externesModifier