Ouvrir le menu principal
Louis Duhayon
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Louis Duhayon (né le 17 mai 1884 à Saint-Mandé - mort le à Neuilly-sur-Seine) est un architecte français qui a conçu en 1938 le monument commémoratif de Louis-Gustave Binger situé à l'angle de l'avenue des Bonhommes et de la rue Saint-Lazare à L'Isle-Adam (Val-d'Oise).

Sommaire

BiographieModifier

Louis Duhayon est le fils d'Eugène François Désiré Duhayon, épicier, et Marie Louise Cousin.

Il est l'associé de Marcel Julien (l'oncle de Suzanne Goyard, épouse de François Goyard, héritier de la Maison Goyard).

RéalisationsModifier

 
Immeubles du 15 rue Raynouard

Duhayon dessine, en 1920, le Royal Monceau, l'hôtel Millennium au 12, boulevard Haussmann à Paris, en 1925.

Avec Charles Lefèbvre et Marcel Julien, il crée dans un style Art déco, les Arcades des Champs-Élysées, le Lido, inauguré le 1er octobre 1926, puis l'hôtel Claridge, l'hôtel California, l'hôtel Commodore, l'hôtel Ambassadeur, le Plaza Athénée et l'hôpital intercommunal de Créteil (1936-1938), les immeubles des 13 au 19 de la rue Raynouard à Paris en 1931 avec Marcel Julien.

La Société Belge Immobilière, pionnière à Bruxelles de la construction d'immeubles à appartements de luxe, fait appel aux spécialistes parisiens en la matière, Louis Duhayon et Marcel Julien : ils y réaliseront ainsi, dans le style éclectique, le vaste immeuble occupant les no 1-2 de la place du Nouveau Marché aux Grains et les no 85-101 de la rue Antoine Dansaert[1] et, dans le style Art déco, l'imposant immeuble connu sous le nom de « Saillant de l'Yser » situé à l'angle de la place de l'Yser, du boulevard de Dixmude et du square Sainctelette[2].

Louis Duhayon est également le concepteur de l’hôtel Miramar à Biarritz et des villas Baita (vers 1930[3]) et Laetitia (vers 1938[4]) à La Baule-Escoublac[5].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407)
    Alain Charles est architecte DPLG et DEA en histoire de l'architecture, spécialiste du balnéaire[6],[7].
  • Colette David (photogr. Stéphan Ménoret), Les villas de La Baule : des bourgeoises modèles aux excentriques rigolotes, La presse de l’Estuaire, , 95 p. (ASIN B009P12Q4I)
    Colette David est journaliste au quotidien Ouest-France[8].
  • Laurent Delpire, « Urbanisme et architecture balnéaire : histoire d'un phénomène de société, l’exemple du Pays de Guérande », Les cahiers du Pays de Guérande, no 52,‎ (ISSN 0765-3565)
    Laurent Delpire est historien de l’art, conservateur des antiquités et objets d’art de Loire-Atlantique.
  • Jean-Louis Kerouanton, « Éléments de cartographie pour la connaissance de l’architecture balnéaire bauloise » [PDF], sur un site du ministère de la Culture, (consulté le 7 janvier 2018)
    Jean-Louis Kerouanton est chercheur au service régional de l’Inventaire, direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1A, Pentagone A-D, Pierre Mardaga éditeur, 1989, p.359 et p.LV
  2. Bouwen door de eeuwen heen in Brussel, Stad Brussel 1A, Binnenstad A-G, Pierre Mardaga éditeur, 1989, p.256
  3. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Baita », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 14 février 2018).
  4. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire Laetitia puis Thuricia », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 22 février 2018).
  5. Alain Charles, La Baule et ses villas : le concept balnéaire, Paris, Massin, , 213 p. (ISBN 2-7072-0444-7, notice BnF no FRBNF38890407), p. 126.
  6. Anne Vidalie, « La Baule: le bonheur est dans les pins », sur un site du magazine L'Express, (consulté le 7 janvier 2018).
  7. Alain Charles, « Panorama Le Pouliguen - La Baule - Pornichet », sur panorama-labaule.com (consulté le 7 janvier 2018).
  8. Daniel Le Couédic, « L’architecture et les paysages, bastions de l’identité bretonne », sur bretonsdujapon (consulté le 20 janvier 2018), p. 11.