Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lido.
Lido
Description de cette image, également commentée ci-après
Entrée du Lido.
Type Cabaret
Lieu Avenue des Champs-Élysées, 8e arrondissement de Paris
Coordonnées 48° 52′ 20″ nord, 2° 18′ 03″ est
Architecte Giorgio Vecchia et Franco Bartoccini
Inauguration 20 juin 1946
Capacité 1150
Site web lido.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Lido (cabaret)

Le Lido (ou Lido de Paris) est un cabaret parisien situé 116 bis avenue des Champs-Élysées (8e). Inauguré en 1946 par Joseph et Louis Clerico, le lieu est célèbre pour ses spectacles dans lesquels se produisent danseurs, chanteurs et artistes divers.

Sommaire

HistoireModifier

Situé 78, avenue des Champs-Élysées, le Lido, avant la Seconde Guerre mondiale est un lieu de divertissements et de baignades des classes sociales favorisées. La décoration est inspirée par Venise et sa célèbre plage du Lido et qui a connu une grande vogue à la Belle Époque sous le nom de « La Plage de Paris ».

En 1933, à la suite d'une liquidation judiciaire, l'établissement ferme. En 1936, Léon Volterra en prend la direction et remplace la piscine par une salle de spectacle.

Pendant l'Occupation allemande de Paris, le l’ambassadeur d'Espagne José Félix de Lequerica y convie l'écrivain Paul Morand, l'actrice Arletty et Josée Laval, fille de Pierre Laval[1].

D'origine italienne, Joseph et Louis Clerico rachètent le Lido à Léon Volterra en 1946. Ils le transforment entièrement et inaugurent la nouvelle salle de spectacle le avec une première revue intitulée Sans rimes ni raison. Avec la collaboration de Pierre-Louis Guérin puis de René Fraday, le Lido développe la formule « dîner-spectacle ». Le Lido, métamorphosé, attire le Tout-Paris.

En 1948, Margaret Kelly dite « Miss Bluebell » et sa compagnie de danse, les « Bluebell Girls », rejoignent les loges du Lido.

En 1955, les frères Clerico inaugurent une franchise au Stardust de Las Vegas, qui propose des spectacles jusqu'en 1992.

Le succès du Lido le conduit à s’agrandir en 1977 sous la direction de Jean-Robert Boudre[2] en plus haut sur les Champs-Élysées dans l’immeuble Normandie, au 116 bis, sur plus de 6 000 m2 de surface. Une salle panoramique sans poutres sur deux niveaux de 1 150 places est créée par les architectes italiens Giorgio Vecchia et Franco Bartoccini. Un ascenseur permet au parterre, où sont assis 300 convives pendant le dîner, de s’enfoncer de 80 cm dans le sol pour assurer une bonne visibilité.

Édith Piaf, Marlene Dietrich, Joséphine Baker, les sœurs Kessler, Laurel et Hardy, Dalida, Shirley MacLaine ou encore Elton John, se sont produits sur la scène du cabaret.

27 revues ont été créées depuis 1946, la dernière Paris Merveilles a été lancée le .

L'établissement est normalement ouvert 365 jours par an et propose deux spectacles par jour.

Les revues du LidoModifier

  • 1946 : Sans rîmes ni raisons
  • 1946 : Mississipi
  • 1947 : Made in Paris
  • 1948 : Confetti
  • 1949 : Bravo
  • 1950 : Enchantement
  • 1951 : Rendez-vous
  • 1953 : Voilà
  • 1954 : Désirs
  • 1955 : Voulez-vous
  • 1956 : C'est magnifique
  • 1957 : Prestige
  • 1959 : Avec plaisir
  • 1961 : Pour vous
  • 1962 : Suivez-moi
  • 1964 : Quelle nuit
  • 1966 : Pourquoi pas ?
  • 1969 : Grand Prix
  • 1971 : Bonjour la nuit
  • 1973 : Grand Jeu
  • 1977 : Allez Lido
  • 1981 : Cocorico
  • 1985 : Panache
  • 1990 : Bravissimo
  • 1994 : C'est magique
  • 2003 : Bonheur
  • 2015 : Paris Merveilles[3]

Paris MerveillesModifier

Paris Merveilles est la 27e et dernière revue en date du Lido. La première a eu lieu le 3 avril 2015[4]. Ce spectacle conçu et mis en scène par Franco Dragone a requis quatre mois de fermeture[5] et de travaux pour transformer la salle et accueillir la nouvelle machinerie. Les décors sont signés Jean Rabasse, les costumes ont été créés par le styliste Nicolas Vaudelet à l’atelier Dragone de La Louvière (Belgique)[6]. Les musiques sont signées d'Yvan Cassar, sur des textes de Saule[7], les chorégraphies sont de Benoit Swan Pouffer.

  1. « 100 idées reçues sur la Deuxième Guerre mondiale », Historia no 7, 2012, p. 58.
  2. Article sur Jean-Robert Boudre, directeur général du Lido.
  3. Jean-François Arnaud, « Le Lido baptise sa nouvelle revue Paris Merveilles », challenges.fr, 10 mars 2015.
  4. Jean-François Arnaud, « Le Lido baptise sa nouvelle revue Paris Merveilles », challenges.fr,‎
  5. « Lido, le cabaret renouvelé », sur france5.fr, (consulté le 3 avril 2017)
  6. Maryvonne Ollivry, « Le Lido fait sa révolution », Gala,‎ , pp. 44-49
  7. Et Dragone recréa la Bluebell girl pour le Lido - lanouvellegazette.be, le

Les Bluebell GirlsModifier

 
Margaret Kelly « Miss Bluebell ».
 
Blue Bell Girls du Lido, arrivant à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Entouré par elles : Jean Marais.

Margaret Kelly, surnommée « Miss Bluebell » en raison de la couleur de ses yeux, fonde en 1932 la troupe des Bluebell Girls, qui rejoint le Lido en 1948. Ces danseuses ont toutes reçu une formation de danse classique mais, sont considérées comme trop grandes pour une troupe de ballet. La taille minimum requise pour être une Bluebell Girl est de 1,75m.

La hiérarchie des bluebell girls dans la revue Paris Merveilles est la suivante :

  • les Bluebell Girls sont les danseuses qui ne sont pas seins nus ;
  • les Belles sont les danseuses seins nus ;
  • les Sublimes sont les solistes ;
  • les Boys

Chaque lignes est dirigé par un(e) capitaine.

Le ballet des Bluebell Girls est dirigé par Miss Bluebell jusqu'en 1986, son assistant Pierre Rambert reprend la direction du ballet pendant 28 ans jusqu'en 2014. Jane Sansby est la maîtresse de ballet actuelle.

Au cinémaModifier

AccèsModifier

Ce site est accessible par :

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :