Lorenzo Litta

prélat catholique

Lorenzo Litta
Image illustrative de l’article Lorenzo Litta
Biographie
Naissance
à Milan
Ordination sacerdotale
Décès (à 64 ans)
à Monteflavio
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par Pie VII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Pudenziana
Cardinal-évêque de Sabina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Archevêque titulaire de Tebe
Nonce apostolique en Pologne
Préfet de la Congrégation de l'Index
Camerlingue du Sacré Collège
Préfet des études du « Collegio e seminario romano »
Préfet de la « Congrégation pour la Propaganda Fide »
Préfet de la « Congrégation pour la correction des livres de l'Église orientale »
Préfet de la « Congrégation de la résidence des évêques »

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Lorenzo Litta (né le à Milan et mort le à Monteflavio est un cardinal italien du XIXe siècle. Il est un arrière-neveu du cardinal Alfonso Litta.

BiographieModifier

Litta est élu archevêque titulaire de Thèbes en 1793, avant d'être envoyé comme nonce apostolique en Pologne et comme ambassadeur extraordinaire en Russie en 1797 pour protéger les droits des catholiques dans ce pays. Il est expulsé de Russie en 1799 et réside à la cour papale à Venise, auprès de laquelle il est notamment trésorier général.

Le nouveau pape Pie VII le crée cardinal in pectore lors du consistoire du . Sa création est publiée au mois de septembre. Le cardinal Litta est préfet de la « Congrégation de l'Index » de 1803 à 1816, préfet des études du « Collegio e seminario romano » et camerlingue du Sacré Collège en 1806 et 1807. Il refuse d'être présent au mariage de Napoléon et fait partie des « cardinaux noirs », qui n'ont pas le droit de porter les vêtements rouges de cardinal. Exilé à Nîmes, il y reçoit une pension de son frère Antonio Litta Visconti Arese.

Litta retourne à Rome en 1814 et devient préfet de la « Congrégation pour la Propaganda Fide », préfet de la « Congrégation pour la correction des livres de l'Église orientale » et préfet de la « Congrégation de la résidence des évêques ».

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

SourceModifier

Liens externesModifier