Ouvrir le menu principal

Longitude du périastre

En astrodynamique, la longitude du périastre, ou plus généralement la longitude du periapse, (notée ) , d'un corps en orbite est la longitude (mesurée depuis le point de l'équinoxe vernal) pour laquelle le périapse (point de l'orbite le plus proche du corps central) serait atteint si l'inclinaison du corps était nulle.

Dans le cas du mouvement d'une planète autour du Soleil, cette position pourrait s'appeler, selon la terminologie habituelle des apsides, la longitude du périhélie.

La longitude du périapse est un angle composé, une partie étant mesurée dans le plan de référence (en), l'autre étant mesurée dans le plan orbital. De même, n'importe quel angle dérivé de la longitude du périastre (par exemple la longitude moyenne et la longitude vraie) sera également composé.

Quelquefois, par abus de langage, le terme de longitude du périapse est utilisé pour désigner "ω" (oméga), angle entre le nœud ascendant et le périapse. Cet angle ω est normalement connu sous le terme non ambigu de argument du périastre[1].

NotationModifier

La longitude du périastre est couramment notée ϖ qui est un glyphe dérivé de la lettre grecque pi minuscule (π) et qui ne doit pas être confondu avec la lettre grecque oméga minuscule (ω) munie d'un macron (¯).

Calcul de la longitude du périastreModifier

  peut être calculé simplement à partir de la longitude du nœud ascendant   et de l'argument du périastre  , qui sont dérivées des vecteurs d'état orbitaux (en), selon la formule :

 

Notes et référencesModifier

  1. See e.g. p. 201, The Binary Stars, Robert Grant Aitken, Semicentennial Publications of the University of California, 1918, or Format, Sixth Catalog of Orbits of Visual Binary Stars, William I. Hartkopf & Brian D. Mason, U. S. Naval Observatory, Washington, D.C. Accessed on line October 25, 2008

BibliographieModifier

  • O.Zarrouati, Trajectoires spatiales, Toulouse, CNES - Cépadues Editions

Voir aussiModifier