Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Long Boret

homme politique cambodgien (1933 – 1975)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boret.
Dans ce nom, le nom de famille, Long, précède le nom personnel.

Long Boret ( (à 42 ans)) était un homme politique cambodgien

Long Boret
Fonctions
28e Premier ministre du Cambodge

(1 an, 3 mois et 22 jours)
Président Lon Nol
Saukham Khoy (en)
Sak Sutsakhan (en)
Prédécesseur In Tam
Successeur Penn Nouth
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Phnom Penh,
Drapeau du Cambodge Cambodge
Date de décès (à 42 ans)
Lieu de décès Phnom Penh,
Drapeau du Cambodge Cambodge

Long Boret
Premiers ministres du Cambodge

Ministre de plusieurs cabinets de droite dans les années 1960, il deviendra un des dignitaires de la république khmère et participera à plusieurs de ses gouvernements.

Nommé Premier ministre en 1973, il conservera ce poste jusqu'à la chute du pouvoir républicain en 1975 et essaiera un temps, mais en vain, de négocier une capitulation honorable avec Norodom Sihanouk et les dirigeants khmers rouges.

Il sera l'une des premières victimes du nouveau régime du Kampuchéa démocratique.

BiographieModifier

Long Boret est né à Chbar Ampéou, dans le district de Kien Svay de la province de Kandal, au Cambodge.

Employé, de 1951 à 1953 au service français d’information, il part en France en pour y poursuivre ses études. Il deviendra bachelier, puis obtint deux licences en droit.

À son retour en 1955, il est nommé chef de la comptabilité du trésor royal puis, en , inspecteur du travail.

En devenant en 1958 député de Lomphat (province de Stoeng Treng) il est l’un des plus jeunes membres de la nouvelle Assemblée. Du au , il est sous-secrétaire d’État au travail et à l’action sociale du gouvernement présidé par Sim Var. Du au , il est secrétaire d’État à l’information du gouvernement de Norodom Sihanouk.

En 1962, il est réélu député, dans la circonscription de Labaing (province de Stoeng Treng).

Le , il est secrétaire d’État aux finances dans le gouvernement de Norodom Kanthoul, mais il s’oppose publiquement à la décision prise en novembre 1963 par Norodom Sihanouk de nationaliser les banques et le commerce extérieur. Il devra démissionner et sera remplacé, le par Chai Toul.

Lors des élections de 1966, il conservera son siège de député dans la province de Stoeng Treng. Du au , il sera ministre de l’industrie du gouvernement présidé par Lon Nol. Du au , il sera ministre de l’information des second et troisième gouvernements de la République cambodgienne. Du au , il sera le ministre des affaires étrangères des quatrième et cinquième gouvernements de la République du Cambodge.

Le , il accède au poste de Premier ministre, poste qu’il conservera jusqu’au .

Le , il devient un des 4 membres d’un conseil exécutif composé, outre Long Boret, de Lon Nol, Sisowath Sirik Matak et du général Sosthène Fernandez. Le , il est à la tête d’un nouveau cabinet de 16 membres.

Le , le président Lon Nol lui demande de former un nouveau gouvernement. Le , depuis Bangkok, il ne pourra que constater l’échec des pourparlers de paix amorcés avec les représentants des khmers rouges.

Le , il fut avec Lon Non et Sisowath Sirik Matak des dirigeants qui choisirent de refuser l’offre américaine de fuir le pays. Ils restèrent à Phnom Penh bien qu’ils figuraient dans la liste présentée en février par Norodom Sihanouk depuis Pékin et comportant les noms des « sept traîtres » passibles d’exécution immédiate, mais pensaient toujours pouvoir négocier un cessez-le-feu avec les khmers rouges. Ces espoirs s’avérèrent vains, et le , ils furent capturés par les troupes de Pol Pot qui avaient pris la ville. Peu après, Koy Thuon, délégué du nouveau gouvernement, installa à l’hôtel Monorom un comité pour l’élimination des ennemis. Sa première décision fut d’ordonner la liquidation immédiate des dignitaires du régime républicain, dont Long Boret. Il fut exécuté sur la pelouse du Cercle sportif de Phnom Penh.

SourcesModifier