Livre de prières de Maximilien

Le livre de Prières de l'Empereur Maximilien Ier est un livre de prières en latin, édité en 1513 à Augsbourg, dont dix exemplaires furent tirés. La commande fut faite soit pour l'usage personnel de l'Empereur Maximilien Ier, soit pour l'ordre de Saint-Georges. Il est célèbre à cause de sa typographie. Un exemplaire a été réalisé par Albrecht Dürer et d'autres grands artistes de l'époque pour 1514/1515. Après la mort de l'empereur, il entre probablement en possession du cardinal Albert de Brandebourg. La division du livre a été effectuée sous le Comte François de Cantecroix, neveu du Cardinal Antoine Perrenot de Granvelle. La partie avec les dessins de Dürer et Cranach est revenue à Munich entre 1598 et 1600. Il est mentionné pour la première fois à Munich dans un inventaire de la Kammergalerie de 1627/30.

Le livre de Prières de l'Empereur Maximilien Ier, 1514/15: Prière à Saint-Georges avec un dessin d'Albrecht Dürer. Bayerische Staatsbibliothek, Munich

Le contenu et l'ImpressionModifier

Le livre contient une collection de plusieurs Psaumes, des Hymnes, des Évangiles et des Prières en latin ; l'Empereur lui-même a été certainement impliqué dans leur rédaction[1]. Maximilien voulait une impression d'une Écriture similaire. D'après les modèles de l'empereur et du Cabinet, le Secrétaire Vincent Rockner a conçu un modèle de typographie ; elle est considérée comme le précurseur de la Fraktur. La version imprimée de la police a été complétée par des fioritures à la Main. La ligne de construction en couleur, ainsi que l'Initiale peinte donne l'Impression d'une Écriture manuscrite.

Le livre de Prières a été imprimé sur parchemin en 1513 par Johann Schönsperger à Augsburg ; il été envisagé dix exemplaires, huit sont conservés[2]. Un seul spécimen a été illustré par sept grands artistes de l'Époque avec des dessins, dont Hans Burgkmair, Hans Baldung, Lucas Cranach d. Ä., Albrecht Altdorfer et Albrecht Dürer[3]. La partie de ce livre avec les dessins de Dürer et Cranach, est conservé à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich et l'autre partie avec les Dessins de Baldung, Burgkmair et d'autres artistes se trouve à la Bibliothèque municipale de Besançon.

RéceptionModifier

Difficile de savoir si l'œuvre était pour l'usage personnel de l'Empereur Maximilien ou pour l'ordre Saint-Georges, ordre créé en 1469 pour repousser les Turcs. Maximilien a favorisé l'Imprimerie en particulier à travers les Travaux de sa Mort. Outre le livre de Prières, il fit les Weißkunig et les Theuerdank.

La reliure de la partie de Besançon montre qu’il était en 1545 dans les mains d’Albert de Brandebourg (cardinal), le grand adversaire de Luther[4]

ExpositionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Karl-Georg Pfändtner: War das Gebetbuch Kaiser Maximilians I. im Besitz des Kardinals Albrecht von Brandenburg? In: Kunstchronik Februar 2016, S. 87-90.}
  2. Fritz Funke: Buchkunde. Ein Überblick über die Geschichte des Buch- und Schriftwesens, 1969
  3. Bibliothèque D'État De Bavière.
  4. Memoirevive Besançon

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Sources
  • Karl Giehlow (Éd.): Kaiser Maximilians I. Gebetbuch. Mit Zeichnungen von Albrecht Dürer und anderen Künstlern. Faksimiledruck der Kunstanstalt Albert Berger in Wien. Édition À Compte D'Auteur, Vienne / Bruckmann, Munich, 1907.
  • Hinrich Sieveking (Éd.): Das Gebetbuch Kaiser Maximilians. Der Münchner Teil mit den Randzeichnungen von A. Dürer und L. Cranach d. Ä. Rekonstruierte Wiedergabe. Prestel, Munich, 1987, (ISBN 3-7913-0823-8).
Littérature
  • Fritz Funcke: Buchkunde. Ein Überblick über die Geschichte des Buch- und Schriftwesens (= Lehrbücher für den Nachwuchs an wissenschaftlichen Bibliotheken Bd. 3, FICHE ID 984963-4). 3., inchangée Édition. Éditions De La Documentation, De Munich, De Pullach 1969, P. 104-105.
  • Jan Dirk Müller: Kaiser Maximilian I. In: Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon Tome 6: Mar – Obe. 2., Édition entièrement remaniée. de Gruyter, Berlin, notamment, 1987, (ISBN 3-11-010754-6), Sp. 204-236
  • Stephan Füssel: Kaiser Maximilian und die Medien seiner Zeit. Der Theuerdank von 1517. Eine kulturhistorische Einführung Sacs, Cologne, notamment, 2003, (ISBN 3-8228-2189-6), P. 51-55: livre de Prières.
  • Michael Hofbauer: Cranach – Die Zeichnungen, Berlin, 2010, no 137-144 (Einzelbesprechung des Pages de Cranach, Dessins).
  • Karl-Georg Pfändtner: War das Gebetbuch Kaiser Maximilians I. im Besitz des Kardinals Albrecht von Brandenburg? Dans: Kunstchronik , Pp. 87-90.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier