Ouvrir le menu principal

Liliane de Rothschild

mécène française
(Redirigé depuis Liliane Fould-Springer)
Liliane Fould-Springer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Famille
Père
Eugène Fould (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie-Cécile Fould-Springer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

La baronne Liliane de Rothschild, née Liliane Fould-Springer à Paris le et morte au palais abbatial de Royaumont le , est une philanthrope, collectionneur d'art et mécène française.

Sommaire

BiographieModifier

Liliane Élisabeth Victoire Fould-Springer est le fille du banquier Eugène Fould-Springer (1876-1929), créé baron par l'empereur François-Joseph en 1908, et de Marie-Cécile von Springer (petite-fille du baron Max Springer et du baron Maximilien de Koenigswarter). Elle grandit entre le palais abbatial de Royaumont et l'hôtel particulier du 54 avenue d'Iéna.

En 1942, durant la Guerre, Liliane Fould-Springer se marie avec son ami d'enfance, Élie de Rothschild. Ce dernier étant alors prisonnier en Allemagne, le mariage se fait par procuration, la célébration religieuse se déroulant qu'en 1945, à la Grande synagogue de Paris. Ils résident successivement à l'hôtel de Marigny, à l'hôtel de Masseran à partir de 1955 et à l'hôtel de la Princesse Mathilde à partir de 1975.

Collectionneur d'art, elle appréciait particulièrement les œuvres d'art associées aux femmes illustres et devient « la plus grande détentrice d’objets ayant appartenu à l’infortunée reine de France » Marie-Antoinette[1],[2].

Elle commence à faire des dons à partir des années 1960. Ces dons iront au musée Carnavalet, au château de Versailles, au Musée national des arts et traditions populaires, au musée de la Mode de la ville de Paris et au musée national de Céramique (Sèvres), au musée Nicéphore-Niépce, au musée Oberkampf (Jouy-en-Josas) ou bien au Musée franco-américaine de Blérancourt.

Elle meurt le , au palais abbatial de Royaumont[3],[4],[5].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Guillaume Séret, « Dons de la baronne Élie de Rothschild aux musées français », dans P. Prevost-Marcilhacy (dir.), Les Rothschild, une dynastie de mécènes en France, 3 vol., Paris, éditions du Louvre/Bibliothèque nationale de France/Somogy éditions d'art, III, 2016, p. 396-403.
  • Hélène Himelfarb, « La baronne Élie de Rothschild », Cahiers Saint-Simon, 2003

Liens externesModifier