Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne.
Pied à coulisse ancien à double graduation (cm et ligne parisienne)

La ligne (ou le line, symbole : ln) est une unité de mesure de longueur conçue durant le Moyen Âge. Généralement, c’est le pouce divisé par douze.

Sommaire

Système anglo-saxonModifier

La ligne du système anglo-saxon vaut aujourd’hui exactement 2,116 mm.

FranceModifier

La ligne du Roi de France, symbole l, un douzième du pouce du Roi, est définie par la Loi du 19 frimaire An VIII () qui dispose que « le mètre est égal à 3 pieds et 11,296 lignes de la toise de Paris ». Ce qui donne environ 2,256 mm à la ligne de l’Ancien Régime.

Moyen ÂgeModifier

Selon le système officiel du Moyen Âge, il y a :

  • 4 lignes dans un grain d'orge (= 19 paume)
  • 9 lignes dans un doigt (= 14 paume)
  • 12 lignes dans un pouce (= 13 paume)
  • 34 lignes dans une paume
  • 144 lignes dans un pied (= 4 paumes)
  • 216 lignes dans une coudée (= 6 paumes)
  • 864 lignes dans une toise (= 24 paumes)

Parallèlement, les bâtisseurs des cathédrales employèrent un système fondé sur cinq nombres de la suite de Fibonacci (1175-1240) :

  • 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, 233, 377, 610, 987...

Leur instrument de mesure s’appelait « la canne royale ». Elle mesurait au total 555 lignes (≈ 1,25 mètre).

Elle était composée de cinq mesures différentes, reliées entre elles par addition des mesures précédentes.

  • 34 lignes dans une paume (lat. palmus minor)
  • 55 lignes dans une palme (lat. palmus maior)
  • 89 lignes dans un empan (une palme plus une paume)
  • 144 lignes dans un pied (un empan plus une palme)
  • 233 lignes dans une coudée (un pied plus un empan)

HorlogerieModifier

En horlogerie, la ligne valant exactement 2,2558 mm est encore quelque peu utilisée de manière approximative pour le calibre d'un mouvement[1],[2].

ViticultureModifier

La longueur des bouchons des bouteilles de vin est calculée en lignes, de 15 lignes (34 mm) à 24 lignes (54 mm)[3].

Notes et référencesModifier

  1. Voir par exemple un article dans la revue Montres Passion, qui mentionne « [un] mouvement automatique de 11 lignes et demies (26 mm, donc petit) ». Fabrice Eschmann, « Mouvements « in-house » », W-The Journal, (consulté le 10 décembre 2012).
  2. « Pourquoi les horlogers utilisent-ils la ligne pour mesurer le diamètre d'encageage d'un mouvement ? », Le Point Montres, sur www.lepoint.fr, Le Point (consulté le 6 juin 2019).
  3. Alain Laliberté, « Le bouchon de liège », sur l-express.ca, L'Express, cop. 2019 (consulté le 6 juin 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :