Liesbeth Homans

politicienne belge

Liesbeth Homans
Illustration.
Lisbeth Homans.
Fonctions
Présidente du Parlement flamand
En fonction depuis le
(6 mois et 1 jour)
Législature 10e
Prédécesseur Wilfried Vandaele
8e Ministre-présidente flamande

(3 mois)
Monarque Philippe
Gouvernement Homans
Coalition N-VA / CD&V / Open Vld
Prédécesseur Geert Bourgeois
Successeur Jan Jambon
Vice-Ministre-présidente flamande
Ministre des Affaires intérieures, de l'Intégration civique, du Logement, de l'Égalité des chances et de la Lutte contre la Pauvreté

(5 ans, 2 mois et 7 jours)
Ministre-président Geert Bourgeois
Elle-même
Gouvernement Bourgeois
Homans
Prédécesseur Geert Bourgeois (Affaires intérieures & Intégration)
Freya Van den Bossche (Logement)
Pascal Smet (Égalité des chances)
Ingrid Lieten (Pauvreté)
Successeur Bart Somers (Affaires intérieures & Égalité des chances)
Matthias Diependaele (Logement)
Wouter Beke (Lutte contre la pauvreté)
Biographie
Nom de naissance Liesbeth Homans
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Wilrijk (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique N-VA
Diplômée de KU Leuven

Liesbeth Homans
Ministres-présidents du gouvernement flamand

Liesbeth Homans, née le à Wilrijk[1], est une femme politique belge, nationaliste flamande, membre de la N-VA, issue de la Volksunie. Le , elle prête serment comme ministre-présidente du gouvernement flamand. Elle est la première femme à occuper ce poste[2].

Elle cède son poste le à Jan Jambon et devient présidente du Parlement flamand à cette même date.

BiographieModifier

Elle fait ses études en même temps que Bart De Wever[2]. Elle est licenciée en histoire de KUL et GAS[sigle à expliciter] en politique internationale (UA), militante à la Volksunie[3], elle travaille au sein du cabinet de Johan Sauwens (CD&V). Elle rejoint ensuite Bart De Wever en tant que coordinatrice et collaboratrice parlementaire (de 2004 à 2009).

Fonctions politiquesModifier

MandatsModifier

Entre 2006 et 2009, elle est conseillère provinciale en province d'Anvers et députée au Parlement flamand du au , avant de devenir ministre. Entretemps, elle fut également sénatrice communautaire jusque 2013 et présidente du CPAS de la ville d'Anvers.

De 2014 à 2019, elle est ministre des Affaires intérieures, de l'Intégration civique, du Logement, de l'Égalité des chances et de la Lutte contre la Pauvreté.

Polémiques politiquesModifier

En , elle crée la polémique en proposant de conditionner l'aide médicale d’urgence des sans-papiers à un retour volontaire[4]. En , Liesbeth Homans décide officiellement de ne pas nommer l’élu Damien Thiéry au poste de bourgmestre de Linkebeek, qui est le seul bourgmestre des six Communes à facilités de la périphérie bruxelloise de la périphérie bruxelloise à ne pas être nommé, reprochant à Damien Thiéry d'avoir envoyé des convocations électorales en français lors du scrutin communal de 2012, sur base de l'interprétation de la loi par la circulaire Peeters, qui oblige les citoyens francophones de communes à facilités à demander des documents dans leur langue pour chaque démarche administrative. Damien Thiéry s'était alors appuyé sur cette nouvelle jurisprudence[Laquelle ?] pour convaincre le conseil communal de Linkebeek d'à nouveau présenter son nom aux autorités flamandes en vue d'une éventuelle nomination. Plus tard, en , elle crée une nouvelle polémique en déclarant que les réfugiés qui possèdent une maison dans leur pays d'origine n'ont pas droit à un logement social en Flandre, parce que les règles régionales réservent le bénéfice d'un logement à des personnes qui ne sont pas propriétaire d'un logement dans leur pays, parlant de règle et non de loi, soulignant que ladite règle s'appliquait « à tout le monde, réfugié ou non »[5].

Le , pour la photographie de groupe suivant sa prestation de serment elle déclare « Nous ne voulons pas de ce chiffon belge en arrière-plan » en parlant du drapeau belge[2]. Elle parle ensuite d'une plaisanterie.

À partir du , elle quitte la ministre présidence flamande qui revient à Jan Jambon pour devenir présidente du parlement flamand.

NotesModifier

  1. Cf. fiche sur le site du Sénat belge.
  2. a b et c « Liesbeth Homans, première ministre-présidente flamande et première "blague" », L'Écho,‎ (lire en ligne)
  3. « Qui est Liesbeth Homans, la blonde à côté de Bart De Wever ? », sur levif.be, (consulté le 2 juillet 2019).
  4. « De Block : "La proposition de Homans est inhumaine" », sur Vlaamse Radio- en Televisieomroeporganisatie, (consulté le 2 juillet 2019).
  5. Belga, « Liesbeth Homans: "Pas de logement social pour les réfugiés qui ont une maison au pays" », sur lalibre.be, (consulté le 2 juillet 2019).

Liens externesModifier