Ouvrir le menu principal

Libellud
logo de Libellud

Création 2008
Fondateurs Régis Bonnessée
Siège social Poitiers
Drapeau de France France
Direction Régis Bonnessée
Activité jeu de société
Effectif 3 (2012)[1]
9 (2015)[1]
25 (2018)[2],[3]
Site web libellud.com

Chiffre d'affaires 7 millions d'euros (2017)[4]

Libellud est un éditeur de jeux de société français, fondé en 2008 à Poitiers par Régis Bonnessée. Selon son gérant, les jeux de la société sont le plus souvent liés « à l’imaginaire, au partage et au rêve »[2] (Dixit, Seasons, Mysterium).

Les jeux Libellud sont distribués par Asmodee et, pour le jeu Dixit en France, Paille éditions.

HistoireModifier

La société est fondée en 2008 par Régis Bonnessée, auteur de jeux de société, afin de pouvoir éditer le jeu Dixit[5], jeu atypique qui n'intéresse pas les autres acteurs du marché du jeu[6]. De 2008 à 2018, la société sort une quinzaine de jeux, accroissant régulièrement son chiffre d'affaires et le nombre de ses salariés[4], et adoptant un fonctionnement similaire à ceux d'un studio de jeux vidéos[7]. En juin 2016, d'ailleurs, un studio indépendant de jeux vidéos, Libellud Digital, est créé afin de concevoir une version de Dixit en ligne[4].

La société exporte entre 70[3] et 80 %[4] de sa production, aussi bien en Asie qu'en Amérique. Les plus grosses exportations concernent l'Allemagne, la Pologne et les États-Unis[4].

Jeux éditésModifier

  • Dixit (2008), de Jean-Louis Roubira, illustré par Marie Cardouat[8]
  • Seasons (2012), de Régis Bonnessée, illustré par Xavier Gueniffey-Durin (Naïade)
  • Vite ! Cachons-nous ! (2013) de Frédéric Moyersoen, illustré par T. Emeriau[12]
    • As d'or Jeu de l'année au Festival international des jeux (2010 - sous le titre Cache Moutons)[12]
  • Loony Quest (2015) de Laurent Escoffier et David Franck
    • 100 000 exemplaires vendus (2018)[4]
    • Prix du jury au Festival international des jeux (2015)
  • Otys (2017, en co-édition avec Pearl Games) de Claude Lucchini, illustré par Paul Mafayon[13]
  • Mysterium (2015), de Oleksandr Nevskiy et Oleg Sidorenko, illustré par Xavier Collette et Igor Burlakov[14],[15]
  • Dice Forge (2017)[18], de Régis Bonnessée[19], illustré par Biboun[20]
    • 100 000 exemplaires vendus (2018)[4]
    • Trophée Flip « Réflexion » (2017)[20]
    • Nommé à l'As d'or Jeu de l'année au Festival international des jeux (2018)[21]
  • Attack of the Jelly Monster (2018) de Antoine Boccara, illustré par Guillaume Duchemin[20]
  • Shadows Amsterdam (2018) de Mathieu Aubert, illustré par Studio M81[22]
  • One Key (2019) de L’Atelier, illustré par Xavier Gueniffey-Durin (Naïade)[23]

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Qui sommes-nous ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Libellud (consulté le 19 septembre 2018)
  2. a et b Jean-Jacques Boissonneau, « Jeux de société: une entreprise crée des emplois qualifiés dans le centre-ville de Poitiers », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Dixit, le jeu de société qui s'envole vers le numérique », Centre presse,‎ (lire en ligne)
  4. a b c d e f g et h Léa Aubrit, « Libellud : des jeux de société vendus dans le monde entier », Info Éco,‎ (lire en ligne)
  5. Sandrine Bajos, « Le jeu de société fait son festival », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Kate Stent, « Jeux de société. Dixit : le phénomène », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  7. Sophie Amsili, « Le marché français du jeu de société se professionnalise », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  8. Sébastien Goetz, « Découvrez Dixit, notre jeu de société de la semaine », Numerama,‎ (lire en ligne)
  9. Antoine Engels, « Les meilleurs jeux de société made in France : Libellud, abonné aux podiums depuis “Dixit” », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  10. a et b « 10 ans de Dixit : à l'origine du rêve », Tric-Trac,‎ (lire en ligne)
  11. « Quatre idées pour donner une seconde vie à vos jeux de société préférés », La République du Centre,‎ (lire en ligne)
  12. a et b Constance Vilanova, « Neuf jeux de société pour enfants qui changent du Monopoly », Télérama,‎ (lire en ligne)
  13. Feel, « [On joue à des jeux de société – épisode 27] : La SF s’invite à la table », Le Journal du Geek,‎ (lire en ligne)
  14. a et b Sébastien Goetz, « Découvrez Mysterium, notre jeu de société de la semaine », Numerama,‎ (lire en ligne)
  15. Julie Huon, « Le jeu de société en met plein les yeux », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  16. Anne Demoulin, « Les jeux coopératifs, la solution pour éviter la crise de larmes à Noël », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  17. Philippe Richard, « Mysterium, le Cluedo du XXIe siècle », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  18. Alice Robinet et Marion Feutry, « “Place aux jeux” rassemble plusieurs milliers de joueurs à Grenoble », France 3 Régions Isère,‎ (lire en ligne)
  19. Laurence Mondon Samit, « Sortie mondiale du nouveau jeu poitevin Dice Forge », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  20. a b et c Feel, « [On joue à des jeux de société – épisode 24] : Bah, Dédé ! Notre sélection de jeux dédiés aux dés », Journal du Geek,‎ (lire en ligne)
  21. Véronique Yvernault, « Découvrez les 10 jeux de société nominés au Festival international des jeux de Cannes 2018 », LSA Consommation,‎ (lire en ligne)
  22. Sébastien Goetz, « Découvrez Shadows Amsterdam, notre jeu de société de la semaine », Numerama,‎ (lire en ligne)
  23. Sébastien Goetz, « Le jeu de société de la semaine : One Key, collaborez sans parler ! », Numerama,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier