Ouvrir le menu principal

Le Roman comique de Charlot et Lolotte

film de Mack Sennett, sorti en 1914
Le Roman comique de Charlot et Lolotte
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche du film

Titre original Tillie's Punctured Romance
Réalisation Mack Sennett
Scénario Hampton Del Ruth
Acteurs principaux
Sociétés de production Keystone Film Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée Six bobines
Sortie 1914

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le roman comique de Charlot et Lolotte

Le Roman comique de Charlot et Lolotte (Tillie's Punctured Romance) est un film burlesque américain de Mack Sennett sorti le .

SynopsisModifier

Chaplin, mauvais garçon de la ville, est venu se mettre au vert à la campagne. Il y rencontre une gaillarde jeune fille aux manières rurales, Tillie. Il la séduit et la persuade de s’enfuir avec lui non sans avoir dérobé les économies paternelles. Retournés en ville, ils rencontrent son ancienne petite amie. Tous les deux arrivent à dépouiller la pauvre niaise, la laissant sans le sou. Un peu plus tard, apprenant qu’elle vient d’hériter, Chaplin épouse la belle…

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Source principale de la distribution[1] :

Reste de la distribution non créditée :

Autour du filmModifier

RésuméModifier

Chaplin, mauvais garçon de la ville, coureur de jupons et de dot, est venu se mettre au vert à la campagne. Il y rencontre une gaillarde jeune fille aux manières plutôt rudes, Tillie. Ayant découvert que son père avait de l’argent, il la séduit et la persuade de s’enfuir avec lui non sans avoir dérobé les économies paternelles. Retournés en ville, ils rencontrent une ancienne petite amie. Tous les deux arrivent à dépouiller la niaise campagnarde qui termine au poste de police pour grivèlerie. Mais l’oncle de Tillie, millionnaire et honorablement connu, va intercéder en sa faveur et la faire libérer. Nos deux complices, argent en poche, vont au cinéma. Le film projeté narre l’histoire d’un couple dont l’homme, séducteur, abuse d’une femme crédule. Un épisode assez similaire à leur dernière mauvaise action, seulement, à la fin du film, le couple se fait arrêter. Désormais ils vont voir en chaque agent de police, le regard suspicieux de la justice. L’oncle, de son côté, part à la montagne s’adonner à son sport favori, l’escalade. La nièce se retrouve à la rue, sans ressource et n’ose pas rentrer chez elle. Tillie décide de travailler dans un restaurant. Son côté gauche conduit à bien des catastrophes, mais elle est embauchée comme serveuse. Comme il se doit, les deux voleurs se retrouvent “par hasard” à ce même restaurant et c’est l’occasion d’une bagarre. L’oncle, pendant ce temps, a disparu en montagne et sa nièce devient la seule héritière. Mais ayant quitté sa famille, on doit faire passer un article dans le journal pour la rechercher. Apprenant ainsi que Tillie est millionnaire, Chaplin retourne aussitôt au restaurant se rabibocher avec la fringante jeune fille ignorant sa bonne fortune. Il traîne illico devant un pasteur pour l’épouser sur le champ. Un peu sceptique sur les sentiments de son nouveau mari lorsqu’elle apprend qu’elle a hérité, elle se laisse toutefois convaincre et voilà désormais notre barbeau en train de vivre la grande vie dans le château de l’oncle où Mabel, ne voulant pas se faire doubler par son complice, se fait engager comme domestique. Dans sa montagne, l’oncle refait surface. Au château, où se déroule un grand bal, Tillie surprend les deux perfides en train de s’embrasser et s’ensuit une course poursuite effrénée à coups de revolver. C’est le moment que choisit l’oncle pour rentrer et chasser tout le monde de chez lui. Prévenant la police, il met aussitôt en action les « Keystone Cops » qui entrent dans la danse ! Le film se termine sur Tillie et Mabel devenant finalement amies et Chaplin se retrouvant seul.

AnalyseModifier

Le Roman comique de Charlot et de Lolotte est le premier long métrage de Mack Sennett et le seul produit par la Keystone. C’est aussi le premier et dernier de Charlie Chaplin en tant que comédien car c’est la dernière fois qu’il jouera sous la direction de quelqu’un d’autre. Marie Dressler, créatrice de cette opérette à la scène[2], en est la vedette.

En France, on le considère comme le premier long métrage de comédie car l'on admet la limite de 1600 mètres pour différencier les longs des moyens métrages. Les américains[3] et les britanniques[4] ont pour limite 40 minutes et considèrent The Battle of Gettsygoat comme la première comédie de long métrage. Il n'est pas connu de copie de ce film de cinq bobines sorti en avril 1914 et beaucoup d'américains considèrent aussi Tillie's Punctured Romance dont une copie a été récemment restaurée à l'UCLA Film and Television Archive comme le premier long métrage de comédie[5].

Le résumé montre combien le scénario de ce film est torturé. Pour la première fois confronté à un long métrage et l’adaptation d’une œuvre, Mack Sennett va tenter de reprendre la trame d’une histoire (les différents tableaux de l’opérette) et y inclure le burlesque dans lequel il excelle. C’est un peu le mariage de la carpe et du lapin et le résultat est plus que mitigé. Il faut attendre la fin du film pour retrouver l’esprit des comédies burlesques avec la colère de Tillie et surtout la course poursuite et l’entrée en lice des Keystone Cops. Le changement de rythme du film est alors là pour démontrer que Sennett se retrouve dans son élément. Tout au long du film, il s’attache à insérer des gags de manière très inégale, la dimension mélodramatique du livret étant incompatible avec son humour. La naïveté de Tillie ne peut être traduite que par le ridicule de cette dernière. Marie Dressler campe ainsi un personnage grimaçant qui ressemble à un pendant féminin d’un Roscoe 'Fatty' Arbuckle et du coup, caricatural et outré, dérape trop souvent dans la farce. Reposant presque exclusivement sur le côté supposé arriéré des gens des campagnes, la dimension comique de cette Bécassine américaine est bien mince. Entraîné dans la moquerie, le spectateur a du mal à s’identifier à cette pauvre Tillie. En outre, beaucoup de passages sont très moralisateurs (comme la séquence du cinéma ou la chute du film) et en contradiction avec l’esprit Sennett[6] qui ressort cependant à chacun des gags.

Il reste cependant un film sympathique inscrit dans l’histoire du cinéma et si cette première tentative est loin d’être un chef-d’œuvre, il serait dommage de se priver de le visionner. On y voit un Charlie Chaplin à contre-emploi, jouant pour la deuxième fois seulement de sa carrière un rôle antipathique (la première fois était dans le film Mabel au volant). Le choix du titre français a été choisi en fonction du rôle du Tramp qui le rendra par la suite célèbre.

RemakeModifier

Le film a fait l'objet d'un remake en 1928 avec W. C. Fields, Tillie's Punctured Romance.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Le Roman comique de Charlot et Lolotte sur l’Internet Movie Database - Consulté le - Sauf référence contraire.
  2. Nightmare Tillie est une comédie musicale créée à Herald Square Theatre sur Broadway à New York du 5 mai 1910 au 9 juillet 1910, après 77 représentations.
  3. L'Academy of Motion Picture Arts and Sciences et l'American Film Institute
  4. Le British Film Institute
  5. Référence
  6. Longue analyse du film dans "The fun factory: the Keystone Film Company and the emergence of mass culture" par Rob King où Tillie's Punctured Romance dans le chapitre "The Challenge of Feature-Lengh Splastick" (le pari d'une comédie burlesque en long métrage) (ISBN 978-0-520-25537-1).