Le Pâquier (Fribourg)

commune suisse

Le Pâquier
Le Pâquier (Fribourg)
Vue du centre du village du Pâquier
Blason de Le Pâquier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Gruyère
Syndic Antoinette Badoud
NPA 1661
N° OFS 2145
Démographie
Gentilé Pâquiesans
Population
permanente
1 344 hab. (31 décembre 2018)
Densité 299 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 36″ nord, 7° 03′ 20″ est
Altitude 837 m
Min. 718 m
Max. 1 179 m
Superficie 4,49 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Le Pâquier
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg
Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Le Pâquier
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Pâquier
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Pâquier
Liens
Site web www.lepaquier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Pâquier ou de façon non officielle Le Pâquier-Montbarry (Le Patchi en patois fribourgeois[3]), est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Gruyère.

GéographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Pâquier mesure 449 ha[2]. 13,2 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 68,8 % à des surfaces agricoles, 17,4 % à des surfaces boisées et 0,7 % à des surfaces improductives[2].

Le Pâquier est limitrophe de Gruyères et de Bulle.

DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Pâquier possède 1 344 habitants en 2018[4]. Sa densité de population atteint 299 hab./km2.

Le Pâquier fait partie de l'agglomération de Bulle (mobul[5]) qui comptait 30 582 habitants en [4].

Avec près de 20% d'étrangers, Le Pâquier est l'une des communes les plus internationales du Canton de Fribourg en [4].


En 2013, la commune commandait un rapport[6] à un cabinet de conseil externe dans le cadre de la révision de son plan d'aménagement local. L'état des lieux était notamment le suivant:

  • La croissance démographique du Pâquier est continue. Au cours des 15 dernières années, la population connaît une croissance de 44 %, nettement supérieure à la moyenne cantonale (22 %)
  • Une commune très attractive (parce que limitrophe avec la ville de Bulle et offrant un cadre de vie privilégié), de caractère résidentiel, accueillant en majorité des familles et des actifs du secteur tertiaire

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Le Pâquier entre 1850 et 2008[7] :


TransportsModifier

Le village est situé sur une ligne de RER tpf permettant un accès en 4 minutes au centre ville de Bulle. La gare de Bulle est désormais reliée au réseau CFF par la ligne Bulle-Berne

L'accès à l'autoroute A12 Lausanne-Berne est facilité par l'aménagement de la route de contournement de Bulle, la H189. Cette nouvelle ceinture routière améliore l'accès aux zones d'activités de Bulle. Le village se situe à 1 km de l'interface qui donne accès à cette route.

Patrimoine bâtiModifier

La commune compte certains bâtiments classés, parmi lesquels:

L'église Saint-Théodule, date de 1843 et sert d'église paroissiale depuis 1919. Elle comprend un clocher-porche (hors oeuvre à l'origine)une nef couverte d'une fausse voûte en anse de panier, et un chœur à cinq pans légèrement rétréci. L'édifice a été rénové en 1954-1955 par Albert Cuony, avec création d'une chapelle baptismale et d'un escalier pour la tribune de part et d'autre de la tour. Restauration et polychromie intérieure en 1990-1991, vitraux d'Émile Aebischer dit Yoki[8].

L'école primaire (place du Centre 9), datée 19112, par Alphonse Andrey. Cette construction Heimatstil a été présentée comme une construction modèle à l'époque[8].

Le Couvent des carmélites (route du Carmel 67), dans le style régionaliste, a été bâti en 1936 par l'architecte Albert Cuony. La chapelle a été transformée en 1999 par Gérard Aubry. Vitraux en dalles de verre par Émile Aebischer dit Yoki[8].

L'ancien hôtel-chalet du Moléson (route de Montbarry 100-102) se complète des bains Montbarry, ouverts en 1784. Victor Tissot en est par la suite le promoteur[9]. Le corps central du bâtiment actuel est élevé en 1883. Puis l'édifice est agrandi et doté de pavillons d'angle et de bains en 1891-1892, l'aile centrale surélevée en 1900. Les sœurs de la Retraite Chrétienne acquièrent en 1928 cet établissement fermé en 1923[8].

Ancien restaurant (route de Montbarry 101), bâtiment de 1892, avec salle de bal réaménagée en chapelle[8].

Ancienne gare de 3e classe de Pâquier-Montbarry. Gare chalet des chemins de fer électriques de la Gruyère, 1903, par Frédéric Broillet et Charles-Albert Wulfleff[8].

ImagesModifier

PersonnalitésModifier

RéférencesModifier

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Dikchenéro dou patê gruvèrin è di j'alintoua : patê - franché = Dictionnaire du patois gruérien et des alentours : patois - français. Société des patoisants de la Gruyère, 1992. Fribourg : Fragnière)
  4. a b et c (de) Bundesamt für Statistik, « Ständige Wohnbevölkerung nach Staatsangehörigkeitskategorie, Geschlecht und Gemeinde, Provisorische Jahresergebnisse, 2018 - 2018 | Tabelle », sur Bundesamt für Statistik, (consulté le 27 juillet 2019)
  5. « mobul.ch », sur www.mobul.ch (consulté le 27 juillet 2019)
  6. Commune du Pâquier, « Plan d'aménagement local - PAL - Commune du Pâquier (FR) », sur www.lepaquier.ch (consulté le 31 décembre 2016)
  7. [zip] « Évolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  8. a b c d e et f Guide artistique de la Suisse : Fribourg, Freiburg, Valais, Wallis, vol. 4b, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 604 p. (ISBN 978-3-906131-99-3), p. 138
  9. a et b http://www.notrehistoire.ch/group/victor-tissot/photo/16067/
  10. « Audio: Alain Heimo, physicien fribourgeois, président de l'action Cost ES 1002, un programme européen de coopération scientifique et technique en matière d'énergies renouvelables », sur Play RTS (consulté le 30 décembre 2016)
  11. « Il était une fois Erhard Loretan », sur www.laliberte.ch (consulté le 30 décembre 2016)
  12. http://www.lagruyere.ch/fr/le-journal/les-editions/2011/20111001/roger-pasquier.html
  13. http://www.notrehistoire.ch/group/victor-tissot/photo/16071/

Sur les autres projets Wikimedia :