Ouvrir le menu principal
Article général Pour un article plus général, voir Francoprovençal.
Carte des dialectes de l'arpitan en Suisse.

Le fribourgeois est un ensemble de dialectes francoprovençaux parlés dans la partie romande du canton de Fribourg (Suisse), en particulier la Gruyère.

Les différents dialectes du patois fribourgeois sont:

  • Gruvérin (Gruyère et Veveyse)
  • Patois de la Haute-Glâne
  • Broyard
  • Kouètse (patois de la plaine, notamment la Sarine-Campagne)

Sommaire

HistoireModifier

 
Carte des dialectes de l'arpitan. La partie romande du canton de Fribourg fait partie du domaine linguistique francoprovençal.

En 1886, l'usage du patois devient interdit dans les écoles du canton de Fribourg. Le règlement scolaire dispose que « l’usage du patois est sévèrement interdit dans les écoles. La langue française et l’allemand grammatical sont seuls admis dans l’enseignement [...] Les instituteurs veillent à ce qu’il en soit de même en dehors de l’école et dans les conversations entre les enfants. » Cette interdiction perdurera jusqu'en 1961, date à laquelle le député Joseph Brodard (plus connu comme étant le compositeur « Dzojè a Marc ») la fera abroger.

Écrivains patoisantsModifier

  • L'Abbé Max Bielmann, curé de Crésuz
  • L'Abbé François-Xavier Brodard, dit Jévié, curé de La Roche (1903-1978)
  • L'Abbé Joseph Bovet, professeur de musique et compositeur (1879-1951)
  • Anne-Marie Yerly (1936-)
  • Cyprien Ruffieux, dit "Tobi di j'élyudzo", poète (1895-1940)
  • Léon L'Homme
  • Francis Brodard
  • Joseph Toffel, écrivain de comédies, pièces et chants en patois (1918-1996)

GrammaireModifier

AdjectifModifier

En patois fribourgeois, l’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom. Au masculin singulier, l’adjectif se termine généralement en –o, alors qu’au féminin, il se termine généralement en –a:

  • lordo → lorda (lourd)
  • dzouno → dzouna (jeune)
  • pouro → poura (pauvre)

Cependant, certains adjectifs se terminant en –o au masculin, se terminent au féminin en –e:

  • lârdzo → lârdze (large)
  • châdzo → châdze (sage)
  • krouyo → krouye (mauvais)

Les adjectifs masculin se terminant en –à, ont une terminaison féminine en –àja:

  • travayà → travayàja (travailleur)
  • orgoyà → orgoyàja (orgueilleux)

Au pluriel, les adjectifs masculins conservent généralement la même terminaison qu’au singulier:

  • on galé bri ‘un joli berceau’ → di galé bri ‘de jolis berceaux’
  • on pre malê ‘une poire acide’ → di pre malê ‘des poires acides’

Au pluriel, les adjectifs féminins se terminent généralement par –è:

  • ouna roba byantse ‘une robe blanche’ → di robè byantsè ‘des robes blanches’
  • la vatse nêre ‘la vache noire’ → là vatsè nêrè ‘les vaches noires’

Pronoms personnelsModifier

Personne Sujet Objet direct Objet indirect Réfléchi Démonstratif
1. Sg. i
2. Sg. te
3. Sg. i le (masc.)
la (fém.)
li chè li (masc.)
i (fém.)
1. Pl. no
2. Pl. vo
3. Pl. i lou chè [1]

AssociationsModifier

La Société des patoisans de la Gruyère (fondée en 1984) a pour but maintenir la connaissance et l'usage du patois gruérien. Elle est notamment à l'origine de l'édition d'un dictionnaire patois-français ainsi que de cours de conversation. C'est son président Joseph Comba qui a réalisé la traduction en patois de la bande dessinée de Tintin l'Affaire Tournesol parue durant la première moitié de l'année 2007 à l'occasion du centenaire de la naissance d'Hergé sous le nom L'Afére Pecârd (et non Tournesol, comme dit précédemment, le Professeur Auguste Piccard, célèbre arpitan, ayant notoirement inspiré le personnage du savant créé par Hergé).

En 2017, Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, déjà traduit en des centaines de langues, a eu droit à sa version en patois, sous le titre Le Piti Prinhyo. Sous l'impulsion de la Société cantonale des patoisants fribourgeois, il aura fallu quatre mois de travail pour sa traduction, avec la contribution notamment de Joseph Comba. Il a été présenté pour la première fois au Comptoir Gruérien, et tiré à 2 500 exemplaires[2].

La Société cantonale des patoisans fribourgeois a lancé un dictionnaire français-patois sous forme d'une application gratuite pour smartphones et tablettes[3].

AnnexesModifier

RéférencesModifier