Le Marquis de Saint-Évremont

film de Robert Z. Leonard sorti en 1935
Le Marquis de Saint-Évremont
Titre original A Tale of Two Cities
Réalisation Jack Conway
Robert Z. Leonard (non crédité)
Scénario W.P. Lipscomb
S. N. Behrman
Charles Dickens (roman)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 128 minutes
Sortie 1935


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Marquis de Saint-Évremont (titre original : A Tale of two Cities) est un film américain réalisé par Jack Conway en 1935, produit par la Metro-Goldwyn-Mayer.

SynopsisModifier

En 1789, Lucie Manette dont le père vient d'être libéré d'une réclusion de 18 ans à la Bastille part avec lui en Angleterre. Sur le bateau, elle fait la connaissance de Charles Darney, qui voyage sous ce faux nom car il est le neveu du tyrannique et cruel marquis de Saint-Évremont. Darney est sensible aux idées démocratiques et est menacé par le courroux de son oncle. Le marquis, déjà honnis par le peuple parisien, se rend responsable de la mort d'un enfant en l'écrasant avec son carrosse, sa réaction sera de s'enquérir si l'un de ses chevaux aurait été blessé !

À Londres, l'avocat Sydney Carton s'occupe de la défense de Darney qui est accusé dans un complot fictif monté par les hommes de mains de son oncle pour le faire emprisonner. Heureusement il est acquitté, à cette occasion des liens se sont tissés entre le jeune homme et Lucie Manette ce qui aboutira à leur mariage, mais Carton est aussi secrètement amoureux de la jeune fille. La révolte populaire gronde à Paris, le marquis est assassiné par le père l'enfant écrasé, la Révolution française éclate et bientôt, ce sera la Prise de la Bastille. La chasse aux aristocrates est effrénée et même Charles Darney (ci-devant de Saint-Évremont), revenu en France, est démasqué malgré ses opinions démocratiques. Il est condamné à mort, Sydney Carton fera tout pour le sauver pour l'amour de Lucie.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Et parmi les acteurs non crédités :

CritiqueModifier

En 1988, Patrick Brion (alias André Moreau) écrivait dans Télérama :

« Sélectionné pour les Oscars comme l'un des meilleurs films de l'année 1935, Le Marquis de Saint-Évremont est avant tout un superbe travail de producteur. David O. Selznick, qui allait mettre en chantier quelques années plus tard Autant en emporte le vent, a en effet tout organisé pour assurer la réussite de cette brillante adaptation du roman de Charles Dickens. La composition de Ronald Colman, qui rêvait depuis longtemps de pouvoir jouer à l'écran le rôle de Sydney Carton, demeure inoubliable et, parallèlement, Selznick bénéficie de la plus belle équipe technique de l'époque, celle de la Metro-Goldwyn-Mayer. Surveillant tous les postes de la production, Selznick a par ailleurs confié à une équipe indépendante la réalisation de la Prise de la Bastille. Le producteur Val Lewton et le cinéaste Jacques Tourneur en furent chargés et, grâce à eux, cette reconstitution est un splendide moment cinématographique, filmé avec un véritable sens de l'espace et du mouvement. Célèbre aux États-Unis, Le Marquis de Saint-Évremont, diffusé pour la première fois à la télévision en France, est une œuvre rarissime qui mérite d'être redécouverte. »

Autour du filmModifier

La reconstitution de la prise de la Bastille, spectaculaire et sanglante est traitée à la façon de l’assaut d'un château fort, loin de la vérité historique.

ÉditionModifier

Le film bénéficie d'une édition en DVD en 2009 dans la collection Fnac-Cinéma mais n'est pas doublé en français.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « A Tale of Two Cities 1935 U.S. Silver Gelatin Single-Weight Photo | Posteritati Movie Poster Gallery | New York », sur Posteritati (consulté le 3 novembre 2019)
  2. A Tale of Two Cities (1935) - IMDb (lire en ligne)

Liens externesModifier