Le Dernier Train du Katanga (film)

film sorti en 1968
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Dernier Train du Katanga (roman).
Le Dernier Train du Katanga
Titre original The Mercenaries
Réalisation Jack Cardiff
Scénario Ranald MacDougall, Adrian Spies
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Guerre, aventure, action
Durée 100 minutes
Sortie 1968

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Dernier Train du Katanga (The Mercenaries au Royaume-Uni, Dark of the Sun aux États-Unis) est un film américano-britannique[1],[2] de Jack Cardiff, sorti en 1968.

SynopsisModifier

Le film est fondé en partie sur des faits réels, la décolonisation du Congo belge, avec les événements de la rébellion Simba et de l'Opération Dragon rouge (et la colonne Ommegang) mêlés à ceux de la sécession du Katanga.

En 1960, dans une Afrique noire en pleine décolonisation, le capitaine Curry, un mercenaire, est chargé par Mwamini Ubi, le président de la toute nouvelle République démocratique du Congo, de conduire un train de militaires dans une région éloignée, le Katanga, pour rapatrier les colons occidentaux menacés par les rebelles du général Moses. Il doit aussi récupérer 50 millions de dollars en diamants bloqués dans les coffres d'une compagnie minière. Il s'entoure d'une équipe de mercenaires (un bras droit, congolais d'origine, un ex-officier nazi, un jeune lieutenant inexpérimenté, un médecin alcoolique), dont l'épopée ne se déroulera pas comme prévu.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

CastingModifier

L'acteur allemand Peter Carsten incarne le capitaine Henlein inspiré du vrai mercenaire allemand Siegfried Müller qui fut autrefois un officier de la Wehrmacht.

TournageModifier

Les extérieurs ont été essentiellement tournés en Jamaïque, et les intérieurs aux Studios d'Elstree (Hertfordshire, Royaume-Uni).

MusiqueModifier

Dark of the Sun: Music From The Original Soundtrack

Bande originale de Jacques Loussier et son orchestre
Film Dark of the Sun
Sortie 1968
Durée 28 min 36 s
Genre Musique de film, Soul jazz, Easy Listening
Format 33 tours LP
Compositeur Jacques Loussier
Producteur Jesse Kaye
Édition Leo Feist (en) (pressage américain)
Label MGM Records réf. SE-4544 ST

Tous les morceaux sont des instrumentaux composés par Jacques Loussier.

Dark of the Sun: Music From The Original Soundtrack
No Titre Durée
A1. Main Theme from Dark of the Sun 3:10
A2. Claire's First Appearance 2:57
A3. The Mercenaries 2:32
A4. Curry's Drive with Claire 1:53
A5. The Doctor is Found 3:45
A6. Curry and the Diamonds 1:30
B1. The Coach Rolls Back 1:35
B2. Claire and Curry 2:03
B3. The Chase 1:15
B4. The Fight 2:12
B5. Curry Kills Henlein 2:09
B6. Friendly Natives Having Fun 2:15
B7. Main Theme from Dark of the Sun 1:20
28 min 36 s
Production

DistinctionModifier

NominationModifier

  Laurel Awards 1968 : Rod Taylor nommé pour le prix masculin d'interprétation dans un film d'action (4e place)[7].

AccueilModifier

« Ce n'est pas surprenant que des poids lourds d'Hollywood aiment le film — Martin Scorsese et Quentin Tarantino ont tous les deux exprimé leur admiration, le dernier allant jusqu'à utiliser dans son film Inglourious Basterds des extraits de l'exceptionnelle BO composée par Jacques Loussier. L'action est impressionnante et vraiment brutale pour l'époque, tandis qu'elle prend toute son ampleur dans quelques scènes (dont celle très crue du viol masculin). L'affiche vante des pugilats comme la scène “tronçonneuse-contre-torse nu” qui est en effet l'un des points culminants, bien que ce soit l'audacieux raid dans l'hôtel à la fin du film qui obtienne la palme du déversement d'hémoglobine. Aussi palpitant qu'il soit (grâce à la téméraire réalisation et au caractère bien trempé des personnages), le film reste fidèle aux tragiques lieux communs qui guettent “des hommes en mission”. »

— Jeremy Wheeler, AllMovie[8],[Note 3].

  • Martin Scorsese et Quentin Tarantino sont de grands fans du film extrêmement violent pour l'époque. Scorsese décrit le film comme un de ses « plaisirs coupables »[9].
  • Le film a eu une influence particulière sur Tarantino, qui utilisa plusieurs morceaux de la bande originale pour Inglourious Basterds. Rod Taylor y reprend par ailleurs le rôle de Winston Churchill.
  • Pour le magazine Télé 7 jours, Le Dernier Train du Katanga comporte « des personnages stéréotypés, des images qui se veulent spectaculaires, quelques scènes très violentes… À déconseiller »[10].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Crédité sous le pseudonyme de « Quentin Werty ».
  2. Notamment à cause de scènes d'assassinat d'enfants et de viol d'un officier.
  3. Traduction libre de l'anglais par l'éditeur.

RéférencesModifier

  1. a et b Allociné.
  2. a et b (en) IMDb.
  3. (en) BFI (British Film Institute).
  4. (en) IMDB.
  5. (en) IMDb Release Info & Titles.
  6. CNC Distributeurs.
  7. (en) IMDb Awards.
  8. (en) Review on Allmovie.com.
  9. (en) « Dark of the Sun /'The Mercenaries (1968) », Photoplay (at rodtaylorsite.com), .
  10. Télé 7 jours n° 1374, du 27 septembre au 3 octobre 1986, pp. 96 et 97.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier