Laurence Robertson

politicien britannique

Laurence Anthony Robertson (né le ) est un homme politique britannique du Parti conservateur. Il est député de Tewkesbury depuis 1997.

Laurence Robertson
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du 58e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
depuis le
Membre du 57e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Membre du 56e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Membre du 55e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Membre du 54e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Membre du 53e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Membre du 52e Parlement du Royaume-Uni (d)
Tewkesbury
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
BoltonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Bolton
Farnworth Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Parti politique
Site web

JeunesseModifier

Robertson est né à Bolton, dans le Lancashire. Son père est mineur, facteur, livreur puis laitier. Sa mère est employée de bureau à Manchester.

Il fait ses études à la St James's CE Secondary Modern School et à la Farnworth Grammar School, toutes deux situées à Farnworth, puis au Bolton Institute of Higher Education (maintenant l'Université de Bolton) [1] obtenant un diplôme en services de gestion.

Avant d'entrer au Parlement, Robertson occupe plusieurs postes, notamment en tant que collecteur de fonds caritatif, consultant en relations publiques, directeur d'entreprise, propriétaire d'usine de 1987 à 1988, consultant en gestion industrielle de 1983 à 1989 et ingénieur en études de travail de 1977 à 1983 [2],[3].

De 1988 à 1991, Robertson est président des gouverneurs d'une école primaire, visiteur pour le programme de soutien aux victimes et président de zone pour la campagne pour la loi et l'ordre [2],[3].

Carrière politiqueModifier

Robertson se présente au conseil de Bolton dans le quartier de Derby en 1983 et dans le quartier de Burnden en 1986 mais n'est pas élu. Il est candidat malheureux au Parlement dans la circonscription de Makerfield aux élections générales de 1987 et de nouveau dans la circonscription d' Ashfield aux élections de 1992 [2],[3].

En , Robertson est élu député de Tewkesbury avec une majorité de 9 234 voix.

PostesModifier

En , Robertson est nommé whip de l'opposition. En , il est nommé ministre fantôme du Commerce et de l'Industrie. En , il est ministre fantôme des Affaires économiques et à partir de , ministre fantôme de l'Irlande du Nord [3]. Il n'obtient pas de poste ministériel au Parlement de 2010, mais est président de la commission des affaires d'Irlande du Nord jusqu'en , date à laquelle Andrew Murrison lui succède [4]. Robertson est président de l'Assemblée parlementaire britannique et irlandaise entre 2012 et 2016. Ce groupe comprenait des députés et des Lords, ainsi que des DT et des sénateurs, des parlements britannique et irlandais, ainsi que des membres des administrations décentralisées [5],[6].

Robertson s'intéresse de près à l'Irlande du Nord tout au long de sa vie. Robertson a grandi pendant les troubles en Irlande du Nord et note que même si « les événements dans la province ne m'ont pas immédiatement affecté, ils ont eu un impact sur ma pensée et ont fini par avoir une énorme influence sur ma carrière » [7].

Unioniste et eurosceptiqueModifier

Robertson est unioniste, luttant contre le fédéralisme européen et soulignant la nécessité et les avantages de préserver le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord » [8].

Le , Robertson prononce son premier discours lors du projet de loi sur les référendums (Écosse et Pays de Galles) où il se prononce contre la dévolution [8].

Robertson créé le Groupe parlementaire multipartite sur l'Union en qui vise à « Promouvoir les avantages économiques, sociaux, culturels et constitutionnels de l'union du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord ; Favoriser de bonnes relations entre les quatre les pays du Royaume-Uni et leurs administrations décentralisées ; et à des fins connexes" dont il est le président [9]. Eurosceptique fort, Robertson fait campagne pour John Redwood dans la course à la direction des conservateurs en 1995 [10] et milite dans le groupe de pression de l'UE Better Off Out [11]. Il est membre du groupe de pression The Freedom Association. Il s'oppose à la dévolution et à l'Accord du Vendredi Saint en Irlande du Nord.

AfriqueModifier

Robertson a un intérêt particulier pour l'Afrique [12]. Il est membre de plusieurs groupes parlementaires de tous les partis (APPG) pour les pays africains, notamment : président de l'APPG pour l'Éthiopie et Djibouti, vice-président de l'APPG pour l'Angola et vice-président de l'APPG pour le Nigéria. En , Robertson est nommé envoyé commercial du Premier ministre en Angola et en Zambie [13]. Robertson est l'un des 29 émissaires commerciaux couvrant 67 marchés qui sont nommés par le Premier ministre pour promouvoir le commerce et encourager les investissements au Royaume-Uni [14].

Avant d'être nommé, Robertson dirige des missions commerciales à travers le continent africain. Il effectue des missions au Nigeria, au Rwanda, en Ouganda, en Éthiopie et à Djibouti [15],[16]. En , Robertson encourage la secrétaire d'État au Développement international de l'époque, Penny Mordaunt à proposer de meilleurs accords commerciaux aux pays en développement d'Afrique une fois que le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne.

En dehors du Parlement, Robertson est président du Westminster Africa Business Group qui rassemble à la fois des activités commerciales et politiques à travers l'Afrique pour encourager les relations commerciales [17].

EngagementsModifier

Entre 2004 et 2005, Robertson mène une campagne réussie pour sauver Alderman Knight, une école locale spécialisée pour les enfants ayant des difficultés d'apprentissage supplémentaires, des besoins complexes et des troubles du spectre autistique (TSA) de la fermeture [18],[19].

En , Robertson a été accusé de corruption après qu'il ait été signalé qu'il a parrainé un laissez-passer parlementaire pour une lobbyiste, Jennifer Bryant-Pearson, en 2014, dont la société lui a payé 7 500 £ pour des prestations de conseil en 2009 et 2010. Robertson a été payé entre 9 000 et 10 000 £ par an par la société de services environnementaux Veolia, qui fait partie des principaux clients de Bryant-Pearson.

Laurence Robertson commence un travail au Conseil des paris et des jeux en en tant que conseiller parlementaire sur le sport et le jeu plus sûr. Il est payé 2 000 £ pour 10 heures de travail par mois, ce qui équivaut à 24 000 £ par an. Il déclare qu'il ne défendrait pas l'industrie des paris malgré des réglementations plus strictes qui devraient être introduites [20].

Vie privéeModifier

Robertson est un chrétien pratiquant. En , Robertson épouse Susan Lees à l'église All Saints de Farnworth. En 2002, il a une liaison avec Claire Parker, sa secrétaire de circonscription qui est mariée. En 2005, Robertson et Lees divorcent.

Le , Robertson épouse Annie Adams, à St Mary Undercroft dans une cérémonie célébrée par l'aumônier du président de la Chambre des communes [21].

RéférencesModifier

  1. The Almanac of British Politics, Robert Waller, Byron Criddle, Routledge, 2007, page 925
  2. a b et c « Laurence Robertson MP: Personal In Detail », laurencerobertsonmp.com (consulté le )
  3. a b c et d « People: Laurence Robertson » [archive du ], conservatives.com (consulté le )
  4. « Nicky Morgan to lead Treasury committee », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « PLATFORM: Laurence Robertson MP, co-chair of British Irish Parliamentary Assembly », The Irish News (consulté le )
  6. « House of Commons Hansard Debates for 21 Jun 2012 (pt 0001) », publications.parliament.uk (consulté le )
  7. (en) « About Laurence », Laurence Robertson (consulté le )
  8. a et b « Referendums (Scotland and Wales) Bill (Hansard, 21 May 1997) », api.parliament.uk (consulté le )
  9. (en) « Register of All-Party Parliamentary Groups », parliament.uk (consulté le )
  10. « Laurence Robertson: MP in the spotlight », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Timothy Heppell et David Seawright, Cameron and the Conservatives: The Transition to Coalition Government, AIAA, (ISBN 978-0230314108), p. 156
  12. « Department for International Development - Hansard », hansard.parliament.uk (consulté le )
  13. (en) « Prime Minister's Trade Envoy to Angola and Zambia », Laurence Robertson (consulté le )
  14. (en) « Trade envoys », GOV.UK (consulté le )
  15. (en) « Trade mission to Rwanda and Uganda », Laurence Robertson (consulté le )
  16. (en-GB) « APPG Visit to Djibouti and Ethiopia », BGIPU (consulté le )
  17. « Westminster Africa Business Group », wabgroup.org (consulté le )
  18. (en-GB) « MP thrown out over Hodge remark », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (en) « Alderman Knight School », aldermanknight (consulté le )
  20. (en) « Two Tory MPs take gambling jobs before review of betting laws », The Guardian, (consulté le )
  21. « Tributes to the Speaker's Chaplain - Hansard », hansard.parliament.uk (consulté le )

Liens externesModifier