Laura Zúñiga Cáceres

Laura Zúñiga Cáceres, née en 1993, est une militante hondurienne des droits de l'homme et des droits indigènes.

Laura Zúñiga Cáceres
Laura Zúñiga Cáceres (2018).jpg
Laura Zúñiga Cáceres en 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activité
Mère
Autres informations
Organisation
Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (Copinh)
Domaine
Environnement, Droits de l'homme, Droits indigènes

BiographieModifier

Laura Zúñiga Cáceres est la fille de Berta Cáceres, militante indigène, coordinatrice et co-fondatrice du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (Copinh). Elle est assassinée par des tueurs à gages dans sa maison de La Esperanza, en mars 2016[1],[2],[3],[4]. Laura Zúñiga est diplômée en éducation à Cuba. Elle quitte son master en études latino-américaines à Mexico, pour travailler à plein temps au Copinh et suivre les enquêtes sur le meurtre de sa mère. En mai 2017, elle est élue coordinatrice générale du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (Copinh) : "Je ne me sens pas comme "l'héritière" de ma mère, parce que les combats sont collectifs", affirme la militante[5].

ActivismeModifier

Laura Zúñiga Cáceres poursuit le combat de sa mère, et lutte contre l'impunité autour de son assassinat. Elle dénonce également la façon dont le régime hondurien continue de harceler ceux qui défendent les droits des communautés Lenca, avec la complicité d'États comme l'Espagne[6]. L'activiste s'engage en faveur de l’environnement, en organisant des manifestations et actions de sensibilisation. Elle souhaite alerter l'opinion sur le rôle joué par les multinationales dans la pollution présumée des territoires des communautés autochtones[7].

Elle est membre du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras et de Hagamos Lo Imposible[8],[9]. En 2016, la militante participe à un rassemblement contre le partenariat transpacifique lors de la Convention nationale démocratique[10]. En 2019, elle intervient devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), et à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique[11].

Le Honduras est considéré comme l'endroit le plus dangereux au monde pour les militants écologistes. Ce pays, où huit meurtres sur dix restent impunis, est celui qui compte le plus grand nombre de meurtres de militants par habitant. En 2017, selon Global Witness, cent vingt-trois militants honduriens ont été tués au cours des sept dernières années[5].

Notes et référencesModifier

 
Hommage à Berta Cáceres, 2017.
  1. (en) « We Are Going to Triumph », sur Common Dreams (consulté le 1er août 2020)
  2. (en-US) « Why we’re not done fighting for justice for Berta Cáceres », sur Greenpeace International (consulté le 1er août 2020)
  3. (en) « One year without justice: In-depth interview with Laura Zúñiga, daughter of killed human rights defender Berta Cáceres and COPINH member | Business & Human Rights Resource Centre », sur www.business-humanrights.org (consulté le 1er août 2020)
  4. McGee, Rosemary, et Pettit, Jethro,, Power, empowerment and social change (ISBN 978-1-351-27231-5, 1-351-27231-4 et 978-1-351-27232-2, OCLC 1124975332, lire en ligne)
  5. a et b (es) null, « Los herederos de Berta Cáceres », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 1er août 2020)
  6. (es) « Laura Zúñiga Cáceres: “España tiene una responsabilidad en la realidad hondureña” », sur www.elsaltodiario.com (consulté le 1er août 2020)
  7. « Défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui - Laura Zúñiga Cáceres », sur www.standup4humanrights.org (consulté le 1er août 2020)
  8. (es) COPINH, « Laura Zuniga Cáceres, hija de Berta Cáceres y miembra del COPINH, ejerce su derecho de penúltima palabra representando a las víctimas en el ilegal juicio que juzga a los autores materiales en el vil crimen contra la hermana Berta. », sur COPINH, (consulté le 1er août 2020)
  9. (es) « Laura Zuniga Caceres », sur Editorial Mapalé (consulté le 1er août 2020)
  10. (en-US) Michael Simire, « Laura Zuñiga Cáceres Archives », sur EnviroNews Nigeria - (consulté le 1er août 2020)
  11. (es) « “Yo no me hago cargo del cambio climático”: Laura Zúñiga Cáceres en cumbre climática COP25 », sur Desinformémonos, (consulté le 1er août 2020)

Liens externesModifier