Ouvrir le menu principal

La bella addormentata nel bosco

opéra d'Ottorino Respighi

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Belle Endormie.
La bella addormentata nel bosco
Genre opéra
Nbre d'actes 3 actes
Musique Ottorino Respighi
Livret Gianni Bistolfi
Langue
originale
Italien
Sources
littéraires
La Belle au bois dormant de Charles Perrault
Dates de
composition
1922
Création
Teatro Odescalchi de Rome

Versions successives

Représentations notables

, Opéra national du Rhin (version française)

La bella addormentata nel bosco P 134 est un opéra en 3 actes d'Ottorino Respighi sur un livret de Gianni Bistolfi basé sur le conte La Belle au bois dormant de Charles Perrault.

La première version de cet opéra a été créée au Teatro Odescalchi de Rome, le . C'était une version écrite pour le marionnettiste italien Vittorio Podrecca, qui était directeur d'une compagnie de marionnettes appelée Teatro dei Piccoli (Théâtre des Enfants). L'œuvre était interprétée par des marionnettes, mais elle était accompagnée par un orchestre et des chanteurs. La distribution lors de la première comprenait la soprano Cisse Vaugham et la mezzo-soprano Evelina Levi[1]. La représentation a obtenu un succès complet avec un « grand nombre de rappels de pour le compositeur », et la pièce a été jugée comme un « bijou artistique »[2].

Une version révisée le (P 176) a été montée au Teatro di Torino, Turin, le , sous le nom de La bella Dormente nel bosco. La distribution comprenait Graziella Gazzera Valle (La Princesse), Magda Piccarolo (La Fée Bleue, le Rossignol), Angelina Rossetti (Le Fuseau, la Duchesse, le Chat), Maria Benedetti (La Reine, le Coucou, la Vieille dame), Vincenzo Capponi (Le Prince, le Bouffon) et Egisto Busacchi (Le Roi, le Bûcheron, l'Ambassadeur)[3].

Une version posthume, révisée par Gian Luca Tocchi et par la veuve du compositeur, Elsa Respighi, a été montée au Teatro Rossini à Turin le 13 juin 1967.

L'opéra a été édité à Milan par Ricordi.

Sommaire

RôlesModifier

Rôles Voix Création, le 13 avril 1922
La Fée bleue soprano Cisse Vaugham
Le Roi baryton
La Reine contralto Evelina Levi
La Princesse soprano
Le Prince ténor
La Fée verte rôle parlé
L'ambassadeur baryton
Le Bouffon ténor
La petite vieille dame mezzo-soprano
La Quenouille mezzo-soprano
Le Fuseau mezzo-soprano
Le Chat contralto
Le Bûcheron baryton
La Duchesse soprano
Le Rossignol soprano
Quatre docteurs ténor, basse, basse, basse

ArgumentModifier

Acte IModifier

Scène 1

En 1620, à la campagne au bord d'un petit lac, par une nuit étoilée. Le rossignol et le coucou rivalisent par leurs chants mais sont dérangés par un groupe de grenouilles qui dansent. L'ambassadeur du roi et un héraut annoncent la naissance de la princesse et invitent toutes les fées à son baptême. La Fée bleue apparaît avec ses compagnes. Elles acceptent d'être marraines de la princesse. Le chœur des fées s'éloigne, on entend à nouveau les deux oiseaux.

Scène 2

La grande salle du château. Le bouffon improvise une comptine pour la princesse. Le roi et le reine font leur entrée, accompagnés des fées et des invités. La cérémonie, qui culmine dans une marche solennelle et des sonneries de cloches, est interrompue par l'arrivée de la Fée verte qui disperse les invités dans le feu et la fumée. Elle annonce qu'à l'âge de vingt ans la princesse se piquera le doigt à un fuseau et s'endormira pour toujours. Après son départ le roi convoque le ministre des rouets et lui ordonne de détruire aussitôt tous les rouets du royaume. La Fée bleue ne contrecarre pas le sort immédiatement, mais invoque un chœur d'étoiles pour s'assurer qu'elles veilleront sur la princesse.

Acte IIModifier

Scène 1

Vingt ans ont passé. Dans une tour oubliée du château une vieille édentée est assise à son rouet, chantant une chanson mélancolique. La princesse entre en chantant les joies du printemps. Elle salue le chat, méfiant. La vieille, encouragée par la princesse, lui apprend à filer. Quand le chat s'en aperçoit il est déjà trop tard : la princesse s'est piquée et s'endort doucement. La vieille appelle à l'aide, tandis que le rouet triomphant tourne autour de sa victime.

Scène 2

Quatre médecins armés de grosses seringues informent le roi que la princesse souffre d'une maladie inconnue. Ils sont congédiés, et la reine et le roi chantent un duo funèbre. Une procession entre. La princesse, portée sur une litière par deux marmottes blanches, semble seulement endormie. Comprenant qu'aucune friandise, ni même la musique de Strauss, ne réveillera la princesse, on fait venir des pleureuses. Enfin la Fée bleu apparaît. Elle fait placer la princesse dans une alcôve et endort tout le monde. Elle prédit que la princesse se réveillera d'un baiser d'amour et sort, sa tâche étant terminée. Une légion d'araignées recouvrent la scène de leurs toiles.

Acte IIIModifier

Scène 1

Trois cents ans plus tard, vers 1940. Des bois on aperçoit le château. Un bûcheron chante avec ses compagnons. Le prince Avril apparaît, accompagné de la duchesse et d'un groupe de chasseurs. Se trouve là aussi un riche Américain du nom de Mr Dollar Chèques, qui fait partie d'un groupe de « Rallye-papier ». Le prince badine avec la duchesse, puis s'étonne de ce château mystérieux tout couvert de lierre. Le bûcheron lui raconte la légende de la princesse endormie qui y attend le baiser d'un prince pour rompre l'enchantement. Le groupe est encouragé à partir et la duchesse, déjà jalouse, est consolée par Mr Dollar qui lui offre de lui acheter la Belle endormie, quel qu'en soit le prix. Le Prince s'approche à pied du château.

Scène 2

La salle où se trouve la princesse. Le prince Avril salue avec ironie les courtisans endormis autour de lui, et apprend de voix lointaines que ce sera l'amour, inspiré par le printemps, qui l'aidera à briser l'enchantement.

Scène 3

Une grosse araignée tente de l'attraper dans sa toile, mais le prince la tue de sa cravache. Soudain l'alcôve s'illumine. La Belle au Bois Dormant est étendue sur son lit, et le baiser du prince la tire de son sommeil, ainsi que tous les habitants du château. Après un duo amoureux passionné, la Fée bleue fait une dernière entrée triomphale et transforme la vieille pièce en salle du trône resplendissante. Le couple royal et les invités se réjouissent, tandis que le groupe du « Rallye-papier » se joint à eux et les entraîne dans un fox-trot d'un style nouveau[4].

InstrumentationModifier

La bella addormentata nel bosco (version 1922) est écrite avec l'instrumentation suivante:

flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, triangle, tambour, cymbales, cloche, clochette, célesta, clavecin, cordes[5].

La bella dormente nel bosco (version 1934) est écrite avec l'instrumentation suivante::

flûte, hautbois, cor anglais, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, piano, batterie, cordes.

DiscographieModifier

  • 1994 - Richard Haan (Re, Boscaiolo), Denisa Slepkovská (Regina, Duchessa), Janas Valásková (Principessa), Guillermo Dominguez (Principe), Adriana Kohutkova (Fata azzurra, Usignolo), Ivana Czaková (Vecchietta, Fata Verde), Dagmar Pecková (Cuculo, Gatto), Henrietta Lednárová (Rana), Igor Pasek (Giullare), Henrietta Lednárová (Fuso), Ján Durco (Ambasciatore), Adriano (Mr Dollar Chèques), Karol Bernáth (Medico I), Marián Smolárik (Medico II), Stanislav Benacka (Medico III), Anton Kurnava (Medico IV). Orchestre symphonique de la radio slovaque et Chœur philharmonique slovaque. Direteur Adriano. Marco Polo 8.223742[6]

BibliographieModifier

  • (it) Virgilio Bernardoni, Dizionario dell'opera, Milan, Baldini&Castoldi, (ISBN 88-8089-177-4), « La bella addormentata nel bosco »

RéférencesModifier

  1. (it) Première de La bella addormentata nel bosco, almanacco di amadeusonline (URL consulté le 25 février 2015)
  2. Il successo della "Bella addormentata" di G. Bistolfi e Respighi a Roma, La Stampa, 13 avril 1922, p. 5
  3. (it) Prima rappresentazione de La bella dormiente nel bosco, almanacco di amadeusonline (URL consulté le 25 février 2015)
  4. « About this Recording 8.223742 - RESPIGHI: Bella dormente nel bosco (La) », sur le site de Naxos Records, 2018. (consulté le 14 février 2018)
  5. (it) « Ottorino Respighi - catalogo », Orchestra Virtuale del Flaminio (consulté le 25 février 2015)
  6. Operaclass (URL consulté le 25 février 2015)