Ouvrir le menu principal

La Tapageuse

navire de guerre

La Tapageuse
Image illustrative de l’article La Tapageuse
Patrouilleur La Tapageuse
Autres noms CV Bivigou Nziengui
Type Patrouilleur
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale (1988-2013)
Lancement
Armé février 1988
Statut Retiré du service le 22 novembre 2013
Équipage
Équipage 4 officiers
18 officiers mariniers
8 quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 54,80 mètres
Maître-bau 8 mètres
Tirant d'eau 2,54 mètres
Tirant d'air 17,10 mètres
Déplacement 373 tonnes et 480 tonnes à pleine charge
Propulsion 2 diesels SEMT Pielstick 16-PA4V-200 VGDS, 2 hélices
Puissance 8 000 chevaux
Vitesse 23 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon de 40 millimètres AA
1 canon de 20 millimètres AA F2
2 mitrailleuses de 7,62 millimètres
Rayon d'action 4 200 nautiques à 15 nœuds
Carrière
Port d'attache Papeete
Indicatif P691

La Tapageuse est la 10e unité de la série des dix patrouilleurs de la Marine nationale française du type P 400 destinés aux tâches de protection des zones économiques exclusives ou de service public.

Son port d'attache a été Papeete pendant son service actif et sa ville marraine Saint-Lô. Le , elle quitte la Polynésie française pour être rapatriée à Brest via le canal de Panama pour être retirée du service actif.

Les garde-côtes de Philippines ont montré de l'intérêt[1] pour le bâtiment qui serait évalué à 6 millions d'euros et pourrait être encore actif pendant une vingtaine d'années. Cette vente n'est plus d'actualité, quand, le , La Tapageuse est rachetée par Piriou Naval Services, la branche réparation navale de Piriou, pour être refondue puis revendue. Elle est à cette date transférée à Concarneau[2],[3]. Elle est ensuite vendue à la marine nationale du Gabon le [4], et prend le nom de CV Bivigou Nziengui, du nom de l'ancien chef d'état-major de marine gabonaise, le capitaine de vaisseau Paul Bivigou-Nziengui, mais sa livraison à la marine gabonaise n'a toujours pas eu lieu. Il est stationné à Concarneau depuis 2016[5], la vente étant annulée.

MissionsModifier

Missions de protection :

  • Patrouille ;
  • Contrôle d'embargo ;
  • Action de souveraineté ;
  • Transport de commandos.

Missions de service public :

  • Secours en mer ;
  • Police de la navigation ;
  • Police des pêches ;
  • Assistance aux zones isolées ;
  • Transports légers inter-insulaires ;
  • Lutte contre les trafics ;
  • Lutte antipollution.

Un patrouilleur de type P 400 est un bâtiment fiable et robuste, capable de conserver une vitesse élevée par mer formée et doté d'une forte endurance. Il dispose d'une grande capacité de transport : un poste de 20 passagers et deux soutes marchandes totalisant 35 m3. Sa vaste plage arrière permet des hélitreuillages ou des embarquements de matériels en pontée. Son armement est adapté à ses missions.

 
Le CV Bivigou Nziengui à Concarneau en 2015.

Notes et référencesModifier

  1. Laurent Lagneau. Le patrouilleur “La Tapageuse” va reprendre du service aux Philippines sur opex360, le 4 août 2013.
  2. « Piriou fait l’acquisition du patrouilleur "La Tapageuse" pour refonte et revente », sur Le Marin, (consulté le 6 mars 2014)
  3. « Décision no 0-579-2014/DEF/EMM/MCO/NAVAL portant changement de position du patrouilleur type P400 « La Tapageuse » du 4 février 2014 », sur Ministère de la Défense, (consulté le 6 mars 2014)
  4. « Piriou et Kership vendent deux patrouilleurs au Gabon. », sur Mer et Marine, (consulté le 30 octobre 2014)
  5. Vincent Groizeleau, « Piriou/Kership : Quid du contrat des patrouilleurs gabonais ? », sur Mer et Marine, (consulté le 3 février 2018)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :