La Reine rouge (Alice au pays des merveilles)

personnage de De l'autre côté du miroir
(Redirigé depuis La Reine rouge)

La Reine rouge est un personnage fictif du roman fantastique de Lewis Carroll de 1871 De l'autre côté du miroir (Through the Looking-Glass). Elle est souvent confondue avec la reine de cœur du livre précédent Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (Alice's Adventures in Wonderland, 1865), bien que les deux reines soient très différentes.

La Reine rouge
(Alice au pays des merveilles)
La Reine Rouge et Alice par John Tenniel (1871).
La Reine Rouge et Alice par John Tenniel (1871).

AperçuModifier

De l'autre côté du miroir étant une représentation du jeu d'échecs, la reine rouge pourrait être considérée comme un antagoniste de l'histoire car elle est la reine du côté opposé à Alice. Malgré cela, leur rencontre initiale est cordiale, la reine rouge expliquant les règles des échecs concernant la promotion - en particulier, Alice est capable de devenir une reine en commençant comme pion et en atteignant la huitième case à l'extrémité opposée du plateau.. En tant que reine du jeu d'échecs, la reine rouge est capable de se déplacer rapidement et sans effort.

Plus tard, au chapitre 9, la reine rouge apparaît avec la reine blanche, posant une série de questions typiques du pays des merveilles / du miroir (« Diviser un pain par un couteau : quelle est la réponse ? »), puis célèbre la promotion d'Alice de pion en reine. Lorsque cette célébration tourne mal, Alice se retourne contre la reine rouge, qu'elle « considère comme la cause de tous les méfaits », et la secoue jusqu'à ce que la reine se transforme en chaton domestique d'Alice. Ce faisant, Alice présente une fin de partie, s'éveillant du monde onirique du miroir, en réalisant à la fois son hallucination et en "prenant" symboliquement la Reine rouge pour mater le Roi rouge.

Au cinémaModifier

Dans le film Alice au pays des merveilles de Tim Burton, la Reine rouge est interprétée par Helena Bonham Carter.

Utilisations adaptatives en dehors des artsModifier

En sciencesModifier

Dans les affairesModifier

  • Le « marketing Red Queen » est défini comme la pratique commerciale consistant à lancer de nouveaux produits afin de remplacer les lancements échoués dans le passé, tandis que les ventes globales d'une marque peuvent rester statiques ou que la croissance est moins qu'incrémentale (Donald Kay Riker, 2009)[2].

RéférencesModifier

  1. « The Red Queen Principle », Principia Cybernetica Web,
  2. OTC Product News, April 24, 2009

Lectures complémentairesModifier

  • Bell, G. (1982). The Masterpiece Of Nature: The Evolution and Genetics of Sexuality. University of California Press, Berkeley, 378 pp.
  • Lewis Carroll. 1960 (reprinted). The Annotated Alice: Alice's Adventures in Wonderland and Through the Looking-Glass, illustrated by J. Tenniel, with an Introduction and Notes by M. Gardner. The New American Library, New York, 345 pp. Through the Looking-Glass and What Alice Found There. Lib.virginia.edu
  • Dawkins, R. & Krebs, J. R. (1979). Arms races between and within species. Proceedings of the Royal Society of London, B 205, 489–511.
  • Francis Heylighen (2000): "The Red Queen Principle", in: F. Heylighen, C. Joslyn and V. Turchin (editors): Principia Cybernetica Web (Principia Cybernetica, Brussels), Pespmc1.vub.ac.be
  • Pearson, Paul N. (2001) Red Queen hypothesis Encyclopedia of Life Sciences, Els.net
  • Ridley, M. (1995) The Red Queen: Sex and the Evolution of Human Nature, Penguin Books, (ISBN 0-14-024548-0)
  • Leigh Van Valen. (1973). "A new evolutionary law". Evolutionary Theory 1: 1—30.
  • Vermeij, G.J. (1987). Evolution and escalation: An ecological history of life. Princeton University Press, Princeton, NJ.