Ouvrir le menu principal

La République des lettres (Catulle Mendès)

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la revue du XIXe siècle. Pour le concept qui lui a donné son nom, voir République des Lettres. Pour la revue du XXe siècle, voir La République des Lettres.

La République des lettres est un périodique créé en décembre 1875 par Catulle Mendès et disparu en juin 1877 après 55 numéros.

DescriptionModifier

Dirigée par Catulle Mendès et Adolphe Froger, et publiée successivement par Alphonse Derenne, puis la Librairie de l'Eau-forte de Richard Lesclide[1], La République des lettres se veut une revue de littérature française et étrangère, et publie des poésies, des nouvelles, des études philosophiques... D'abord mensuelle (de décembre 1875 jusqu'à juin 1876), elle devient hebdomadaire de juin 1876 jusqu'à sa disparition en juin 1877[2]. Elle se complète durant cette seconde période d'une section sur l'actualité politique et artistique.

Elle reçoit les écrits de personnes illustres de l'époque : Leconte de Lisle, Gustave Flaubert, Théodore de Banville[3], Anatole France, José-Maria de Heredia, Ernest d'Hervilly, Victor Hugo, Léon Cladel, Richard Wagner[2], Sully Prudhomme, François Coppée[4] et accueille également de jeunes auteurs[5] comme Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Stéphane Mallarmé, Paul Alexis, Émile Zola[3] qui y publia les derniers épisodes de L'Assommoir, Anatole France, Paul Bourget, Jean Richepin[4] ou Guy de Maupassant (sous le nom de Guy de Valmont)[6]. Henry Roujon en est le secrétaire de rédaction sous le pseudonyme d'Henry Laujol[4]. La revue contribua à promouvoir les mouvements littéraires naissants (parnassien, naturaliste).

RéférencesModifier

  1. Notice BnF
  2. a et b La République des lettres dans les archives Zola du Centre d'études du 19e siècle français Joseph Sablé
  3. a et b Marcel Girard, « Naturalisme et symbolisme », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, vol. 6,‎ , p. 97-107 (lire en ligne), p.=100]
  4. a b et c Louis Barthou, Discours de réception à l'Académie Farnçaise
  5. « Elle poursuit le but de regrouper, autour des personnalités illustres qui ont bien voulu lui assurer leur collaboration, les talents nouveaux, déjà célèbres, et les talents encore inconnus »- Présentation de la revue par elle-même
  6. Guy de Maupassant, Emmanuel Vincent, Des vers et autres poèmes, Publication Univ Rouen Havre, 2001, p. 24

BibliographieModifier

  • Jean-Pierre Saïdah, Catulle Mendès et la République des lettres, coll. « Rencontres / Études dix-neuviémistes » (no 26), (ISBN 978-2-8124-0364-4)

Liens externesModifier