L'Eraclea

L'Eraclea
Description de cette image, également commentée ci-après
Page de titre du livret, 1700.
Genre Dramma per musica
Nbre d'actes 3
Musique Alessandro Scarlatti
Livret Silvio Stampiglia
Langue
originale
italien
Dates de
composition
1700
Création 30 janvier 1700
Teatro San Bartolomeo, Naples

L'Eraclea (R.347/38) est un dramma per musica en trois actes du compositeur italien Alessandro Scarlatti sur un livret de Silvio Stampiglia, créé lors du carnaval, le au Teatro San Bartolomeo à Naples. Le grand succès de la première pousse à une reprise la même année, à Parme cette fois-ci.

La grande manière de Scarlatti à l'opéra, débute avec L'Eraclea[1],[2], alors que le musicien est âgé de quarante ans.

Les deux représentations de 1700 délivrent des éléments sur les conditions et l'environnement des spectacles. Les actes étaient séparés par des intermèdes dansés sans rapport avec l'opéra à Naples, alors que lors de la production de Parme, deux des personnages comiques de l'opéra, les pages Livio et Alfeo, brodent sur le caractère du héros ; un genre bien proche de l'intermezzo, trente ans avant La serva padrona de Pergolèse[2].

C'est aussi dans L'Eraclea qu'il inaugure la forme en trois mouvements de la sinfonia d'ouverture — vif, lent, vif —, qui deviendra le modèle de la symphonie classique[3].

Dans le même théâtre napolitain est donné en 1724, L'Eraclea de Leonardo Vinci[4].

RôlesModifier

Distribution de L'Eraclea d'Alessandro Scarlatti
Rôle Type de voix Distribution à la création
Eraclea
Flavia, fille d'Eraclea Madalena Giustiniani
Irene, fille d'Eraclea Vittoria Rizzi
Decio, Cavalier Maria Madalena Musi, « la Mignatti »
Marcello, Conselo Romano Nicolas Paris
Damire, Cavalier Siracusano Lucia Nannini
Illio, Cavalier Siracusano Francesco Sandri
Livio, page de Decio Livia Nannini
Alfeo, Maestro di Flavia e d'Irene Giovanni Battista Cavana

ArgumentModifier

Le livret de L'Eraclea évoque une page de l'histoire romaine, la seconde guerre punique, auquel s'ajoutent des inventions purement imaginaires. Au sein de la trame se mêle le classique drame de l'hésitation entre le devoir et l'amour, où se greffe une comédie romantique (les deux filles d'Éraclée échangent leurs amants) et une farce dans laquelle le page Livio se déguise en femme et tente de séduire le tuteur d'Éraclée, un vieux pédant[2].

Ce mélange au sein de l'opera seria, de drame, de comédie et de farce, présent également dans chaque acte, perdurera durant tout le XVIIIe siècle[2].

 
Incipit de la Sinfonia.

ManuscritsModifier

  • Berlin
  • Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, B-Br (Ms. II 3964, Mus Fétis 2521)[5].

Partition moderneModifier

  • L'Eraclea, éd. Donald Jay Grout, Harvard University Press, 1974 (OCLC 1017830888).

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Dent 1960, p. 63, 66.
  2. a b c et d Duron 1984, p. 260.
  3. Grout 1963, p. 1476.
  4. L'Eraclea de Vinci sur RISM.
  5. B-Br (Ms. II 3964) sur RISM.

BibliographieModifier

Liens externesModifier