Ouvrir le menu principal

L'Année de la pensée magique

livre de Joan Didion

L'Année de la pensée magique est un essai de Joan Didion paru originellement aux États-Unis en 2005 et ayant reçu en 2007 le Prix Médicis essai.

ContenuModifier

Le livre est le récit autobiographique d'une terrible année pour l'auteure : hospitalisation (en coma) de sa fille Quintana Roo peu après le décès, à leur domicile, de son mari, l'écrivain John Gregory Dunne.

Pendant cette année, elle revit quarante années de vie commune, dans tant de lieux, avec tant de rencontres, en essayant de ne pas trop ressasser, de ne pas revivre chaque erreur. Soumise à la remontée incontrôlable des souvenirs, le vortex, elle s'inquiète de ce qu'elle aurait pu ou dû faire (Et si...), en sachant bien que rien ne pouvait être fait, et en tout cas que plus rien ne peut être fait. La magie consiste à déraisonnablement espérer que toute cette vie n'est pas finie. L'hospitalisation de Quintana perturbe encore la réflexion, et le vie, en solitude, en famille proche, en amitiés, en relations de travail. Elle se rassure, ou pas, dans sa vie courante, avec tout ce qui a été écrit sur les maladies, le deuil.

Le livre est ainsi une remarquable étude personnelle, autant que possible clinique, détachée, sur le travail de deuil, au moins dans ce milieu social, en Amérique du Nord, dans les années 2000.

ÉcritureModifier

Le livre a été écrit entre octobre et décembre 2004.

Le romancier, nouvelliste, scénariste et critique littéraire John Gregory Dunne (1932-2003), rencontré en 1950, épousé en 1964, est mort le d'une pneumonie aiguë avec choc septique ayant entraîné un collapsus cardio-vasculaire. Il avait travaillé, entre autres, au scénario de Panique à Needle Park (1971), Une étoile est née (1976), Sanglantes Confessions (1981).

Quintana Roo Dunne Michael, leur fille adoptive, est morte, à 39 ans, des suites d'une pancréatite aiguë le , alors que l'auteure assurait la promotion de ce livre.

RéceptionModifier

ÉditionsModifier

AdaptationModifier

En 2007, l'auteur adapte son œuvre pour la scène. La pièce de théâtre, mise en scène par David Hare et jouée par Vanessa Redgrave, est présentée sur Broadway.

En 2011, à Paris, la version française, montée par Thierry Klifa et jouée par Fanny Ardant, est à l'affiche du Théâtre de l'Atelier.

AnnexesModifier