Kurdistan occidental

Kurdistan occidental ou Kurdistan syrien (kurde : Rojavayê Kurdistanê), souvent abrégé en Rojava, est considéré par de nombreux Kurdes[1],[2],[3] et certains experts régionaux comme faisant partie du Kurdistan en Syrie,[4][5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14] autant qu'ils voient le sud - est de la Turquie (Kurdistan du Nord), le nord de l' Irak (Kurdistan du Sud) et le nord-ouest de l' Iran (Kurdistan oriental)[15],[16]. Il existe une ambiguïté quant à son étendue géographique et le terme a des significations différentes selon le contexte. Environ 80% des Kurdes occidentales vivent dans des régions à majorité kurde le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie[17].

Localisation des communautés de langue kurde au Moyen-Orient (Le Monde diplomatique, 2007)

Histoire du termeModifier

 
1803 Atlas ottoman Cedid, montrant l'interprétation ottomane du Kurdistan en bleu (incorporant très peu de la Syrie moderne).

Bien que le nationalisme kurde ait une longue histoire[18] l'étendue du Kurdistan a été contestée au fil du temps[4]. Kurdes ont vécu dans un territoire qui fait maintenant partie de la République arabe syrienne pendant des siècles[19][20], et suite au partitionnement de l'Empire ottoman, la population kurde ottomane a été divisée entre ses états successeurs, la Turquie, l' Mandat britannique de Mésopotamie et le Mandat pour la Syrie et le Liban[21]. Avant les années 1980, les régions kurdes de Syrie étaient généralement considérées comme des "régions kurdes de Syrie".[4] Les partis kurdes locaux ont généralement maintenu des idéologies qui sont restées dans un cadre nationaliste fermement syrien et n'ont pas aspiré à un État kurde indépendant.[22] Dans les années 1920, il y avait deux demandes distinctes d'autonomie pour les régions à majorité kurde, de Nouri Kandy, un Kurde influent des montagnes kurdes, et une autre des chefs tribaux kurdes de la confédération Barazi. Ni l'un ni l'autre n'a été pris en considération par les autorités françaises du Mandat, qui incluait le Kurdistan occidental dans son état éphémère, l'État d'Alep[23].

Les références au territoire syrien faisant partie du Kurdistan sont devenues plus répandues parmi les Kurdes occidentales dans les années 1980 et 1990,[24] un développement alimenté par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui était basé en Syrie après que Hafez al-Assad lui ait donné la sécurité refuge après le coup d'État turc de 1980. La présence du PKK a renforcé le nationalisme kurde en Syrie, où les partis kurdes locaux manquaient auparavant d'un «projet politique clair» lié à une identité kurde, en partie à cause de la répression politique du gouvernement syrien.[25] Malgré le rôle du PKK dans l'encouragement des aspirations vers un Kurdistan indépendant, le Parti de l'Union démocratique (PYD) (le successeur syrien du PKK) [26] et le PKK n'aspirent plus à un état kurde indépendant.[27] Aujourd'hui, ils appellent à la suppression des frontières des 'états en général, car les deux parties, avec le reste de l' Union des communautés du Kurdistan, estiment qu'il n'est pas nécessaire de créer un état kurde séparé, comme le ferait leur projet international permettre la suppression des frontières qui séparent le Kurdistan par des moyens indirects. [2]

L'idée d'un Kurdistan syrien est devenue encore plus pertinente après le début de la guerre civile syrienne, car les zones habitées par les Kurdes du nord de la Syrie sont tombées sous le contrôle de factions dominées par les Kurdes. Le PYD a établi une administration autonome dans le nord de la Syrie, qu'il a parfois appelée «Rojava» ou «Kurdistan occidental»[2],[28],[29]. En 2014, de nombreux Kurdes syriens utilisaient ces noms pour désigner le nord-est de la Syrie[1]. Les partis nationalistes kurdes, tels que le Conseil national kurde (KNC), ont commencé à réclamer la création d'un état kurde syrien, soulevant les inquiétudes des nationalistes syriens et de certains observateurs.[30] Cependant, à mesure que l'administration dirigée par le PYD prenait le contrôle de zones de plus en plus diversifiées sur le plan ethnique, l'utilisation du «Rojava» pour le proto-état fusionnant a été progressivement réduite dans les contextes officiels[31], bien que le régime politique ait continué à être appelé Rojava par les habitants et les pays du monde entier. observateurs[32],[33],[34],[35], avec le journaliste Metin Gurcan notant que "le concept de Rojava [était devenu] une marque de plus en plus reconnue" d'ici 2019.

 
L' administration autonome du nord et de l'est de la Syrie en 2014, appelée «Kurdistan syrien» par le Projet kurde[36]

Le Kurdistan syrien, comme le reste du Kurdistan, n'est pas clairement défini et son étendue est sujette à des interprétations variables.[4] Suite à la partition de l'Empire ottoman et à l'établissement de la République de Turquie en 1923, la population kurde ottomane a été divisée entre ses états successeurs la Turquie, le mandat pour la Syrie et le Liban et l' Mandat britannique de Mésopotamie . Le Kurdistan syrien est adjacent au Kurdistan du nord au nord et au Kurdistan du sud à l'est[37]. En fonction de leurs différentes interprétations, la plupart des cartes ethnographiques montrent deux ou trois régions distinctes à majorité kurde le long de la frontière syro-turque .

 
Vision nationaliste kurde irrédentiste du Kurdistan occidental, soutenue notamment par le Conseil national kurde[30]

Les représentations les plus généreuses du Kurdistan syrien sont celles des nationalistes kurdes, qui ont produit des cartes qui montrent ce qu'ils considèrent comme le Kurdistan syrien. Il s'agit généralement d'une bande étroite le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie qui s'épaissit vers l'est. Deux cartes d' Ekurd Daily de 2012 et 2013 couvraient tout le nord de la Syrie, y compris presque l'ensemble du gouvernorat d'al-Hasakah, le nord du gouvernorat de Deir ez-Zor, le nord du gouvernorat de Raqqa et le nord du gouvernorat d'Alep, ainsi que les régions du gouvernorat d'Idlib. limitrophe de la province turque de Hatay, dans le «Kurdistan occidental»[38],[39]. En 2013, le Kurdistan syrien était devenu synonyme de zones dirigées par le PYD, indépendamment des majorités ethniques. Pour l'essentiel, le terme était utilisé pour désigner les «zones non contiguës à population kurde» de la région[29]. Une carte de 2015 par Nori Brimo, membre du Conseil national kurde (KNC), a été publiée, reflétant largement les cartes du quotidien Ekurd, mais incluant également la province de Hatay, donnant ainsi à cette version du Kurdistan occidental un accès à la Méditerranée. Ces cartes incluent les vastes étendues de zones à majorité arabe entre les principales régions kurdes. [30]

 
1910 carte ethnographique britannique de la répartition ethnique en Syrie

L'histoire démographique et ses effets sur la politique gouvernementaleModifier

 
Carte 1992 CIA des zones habitées par les Kurdes

Les Kurdes sont la plus grande minorité ethnique en Syrie et représentent entre 5 et 16% de la population syrienne en 2011 - entre 1,6 et 2,5 millions de personnes, bien que ces chiffres n'incluent pas les Kurdes arabisés[40],[41],[42],[43],[44]. La population kurde de Syrie est relativement petite par rapport aux populations kurdes des pays voisins, comme la Turquie (14,4–16 millions), l' Iran (7,9 millions) et l' Irak (4,7–6,2 millions). La majorité des Kurdes syriens parlent le kurmanji, un dialecte kurde parlé en Turquie et dans le nord-est de l'Irak et de l'Iran[45]. De nombreux Kurdes de Syrie vivent à Alep et à Damas, qui ne sont pas considérés comme faisant partie du Kurdistan.

On estime qu'au début du XXe siècle, un nombre inconnu de Kurdes vivaient dans la région du Kurd-Dagh; 16,000 Kurdes vivaient dans la région de Jarabulus; et un nombre inconnu vivait dans la province de Jazira, où ils étaient probablement majoritaires.[46] Dans les années 1920, après l'échec des rébellions kurdes en Turquie kémaliste, il y a eu une importante migration de Kurdes vers la province syrienne de Jazira. On estime que 25,000 Kurdes ont fui à ce moment vers la Syrie[47]. Selon Stefan Sperl, ces nouveaux arrivants kurdes ne représentaient pas plus de 10% de la population kurde de Jazira à l'époque. Tous ont obtenu la citoyenneté des autorités Mandataires françaises, qui ont reconnu leurs compétences agricoles.[48] Les rapports officiels français montrent l'existence de 45 villages kurdes à Jazira avant 1927. Une nouvelle vague de réfugiés est arrivée en 1929. Les autorités mandataires ont continué à encourager la migration kurde vers la Syrie et, en 1939, les villages comptaient entre 700 et 800[49]. L'estimation de Sperl contredit les estimations des géographes français Fevret et Gibert[50], qui estimaient qu'en 1953 sur les 146 000 habitants de Jazira, les Kurdes agricoles représentaient 60.000 (41%), les Arabes nomades 50,000 (34%) et un un quart de la population était chrétienne.

Même si les Kurdes ont une longue histoire en Syrie, le gouvernement syrien a utilisé le fait que de nombreux Kurdes ont fui en Syrie dans les années 1920 pour affirmer que les Kurdes ne sont pas indigènes du pays et pour justifier ses politiques discriminatoires à leur encontre[51],[52]. De nombreux Kurdes de langue arabe sont classés comme Arabes par le gouvernement syrien nationaliste arabe[53].

 
1976 carte de composition ethnique de la Syrie (les zones habitées par les Kurdes sont ombrées en rose)

ControversesModifier

Le terme Kurdistan syrien est souvent utilisé dans le contexte du nationalisme kurde, ce qui en fait un concept controversé parmi les partisans du nationalisme syrien et arabe.  Les nationalistes kurdes extrémistes ont utilisé le concept du Kurdistan syrien pour dépeindre les Arabes de la Haute Mésopotamie comme des «troupeaux de colons» étrangers, utilisant parfois la migration relativement petite des années 1970 impliquée dans la ceinture arabe (similaire à l'utilisation par le gouvernement de la migration kurde des années 1920) comme justification, contribuant ainsi aux tensions ethniques régionales. Une critique de livre par le candidat au doctorat Mustapha Hamza sur La question des Kurdes en Syrie: faits, histoire et mythe a fait valoir que le «problème kurde syrien» ne peut être résolu que dans le cadre d'une solution nationale purement syrienne, en dehors des inventions de «Kurdistan occidental », et d'une manière qui place les Kurdes syriens dans le contexte de leur appartenance à la société syrienne et de sa forme d'État institutionnalisée en tant que République arabe syrienne», une position nationaliste arabe commune aux citoyens arabes de Syrie[54]

[ mieux la source nécessaire ]

RéférencesModifier

  1. a et b (en) {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  2. a b et c Kaya, Z. N., & Lowe, R. (2016). The curious question of the PYD-PKK relationship. In G. Stansfield, & M. Shareef (Eds.), The Kurdish question revisited (pp. 275–287). London: Hurst.
  3. Pinar Dinc (2020) The Kurdish Movement and the Democratic Federation of Northern Syria: An Alternative to the (Nation-)State Model?, Journal of Balkan and Near Eastern Studies, 22:1, 47-67, DOI: 10.1080/19448953.2020.1715669
  4. a b c et d Tejel (2009), p. 95.
  5. Kurdish Awakening: Nation Building in a Fragmented Homeland, (2014), by Ofra Bengio, University of Texas Press
  6. (en) Mr Lungthuiyang Riamei, Kurdistan: The Quest for Representation and Self-Determination: The Quest for Representation and Self-Determination, KW Publishers Pvt Ltd, (ISBN 978-93-86288-87-5, lire en ligne)
  7. (de) Thomas Schmidinger, Krieg und Revolution in Syrisch-Kurdistan: Analysen und Stimmen aus Rojava, Mandelbaum, (ISBN 978-3-85476-636-0, lire en ligne)
  8. (en) Radpey, « Kurdish Regional Self-rule Administration in Syria: A new Model of Statehood and its Status in International Law Compared to the Kurdistan Regional Government (KRG) in Iraq », Japanese Journal of Political Science, vol. 17, no 3,‎ , p. 468–488 (ISSN 1468-1099, DOI 10.1017/S1468109916000190, lire en ligne)
  9. (en) Michael M. Gunter, The Kurds: A Modern History, Markus Wiener Publishers, , 89 p. (ISBN 978-1-558766150, lire en ligne)
  10. Basile Nikitine, Les Kurdes, Études sociologique et historique, Imprimerie Nationale, , 39–40 p.
  11. (en) Zeynep N. Kaya, Mapping Kurdistan: Territory, Self-Determination and Nationalism, Cambridge University Press, , 181 p. (ISBN 978-1-108-47469-6, lire en ligne)
  12. (en) Mehrdad Izady, Kurds: A Concise Handbook, Taylor & Francis, , 4 p. (ISBN 978-1-135-84490-5, lire en ligne)
  13. (en) « Kurdistan | History, Religion, & Facts », Encyclopedia Britannica (consulté le 13 novembre 2020)
  14. (en) Lokman I. Meho et Kelly L. Maglaughlin, Kurdish Culture and Society: An Annotated Bibliography, Greenwood Publishing Group, , 3 p. (ISBN 978-0-313-31543-5, lire en ligne)
  15. (de) Fadel Khalil, Kurden heute, Europaverlag, , 5,18-19 p. (ISBN 3-203-51097-9, lire en ligne)
  16. Kurdish Awakening: Nation Building in a Fragmented Homeland, (2014), by Ofra Bengio, University of Texas Press, p. 1.
  17. (tr) « KURDISH POPULATION IN SYRIA », Sahipkıran Stratejik Araştırmalar Merkezi - SASAM, (consulté le 12 novembre 2020)
  18. Tejel (2009), p. 69.
  19. Meri (2006), p. 445.
  20. Vanly (1992), p. 115–116.
  21. Gunter, Michael M. (2016), p.87
  22. Tejel (2009), p. 86.
  23. Tejel (2009), p. 27–28.
  24. Tejel (2009), p. 93–95.
  25. Tejel (2009), p. 93.
  26. Allsopp et van Wilgenburg (2019), p. 28.
  27. Tejel (2009), p. 123.
  28. Kurdish Regional Self-rule Administration in Syria: A new Model of Statehood and its Status in International Law Compared to the Kurdistan Regional Government (KRG) in Iraq
  29. a et b « Flight of Icarus? The PYD’s Precarious Rise in Syria », International Crisis Group: Middle East Report N°151, (consulté le 9 novembre 2020) : « : "The Middle East's present-day borders stem largely from the 1916 Sykes-Picot agreement between France and the UK. Deprived of a state of their own, Kurds found themselves living in four different countries, Turkey, Syria, Iraq and Iran. The term 'rojava' ('west' in Kurdish) refers to the western area of 'Kurdistan'; today in practice it includes non-contiguous Kurdish-populated areas of northern Syria where the PYD proclaimed a transitional administration in November 2013.". »
  30. a b et c {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  31. Allsopp et van Wilgenburg (2019), p. 89, 151–152.
  32. « Turkey's military operation in Syria: All the latest updates », al Jazeera, (consulté le 29 octobre 2019)
  33. Metin Gurcan, « Is the PKK worried by the YPG's growing popularity? », al-Monitor, (consulté le 7 novembre 2019)
  34. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  35. (de) {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  36. The Kurdish Project, « Syria (Rojava or Western Kurdistan) », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2020)
  37. (en) Michael M. Gunter, The Kurds: A Modern History, Princeton, Markus Wiener Publishers, , 88 p. (ISBN 978-1-558766150)
  38. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  39. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, paramètre « périodique » manquant,‎
  40. Fabrice Balance, Sectarianism in Syria's Civil War, Washington, DC, The Washington Institute for Near East Policy, (lire en ligne) In this atlas, French geographer Balanche suggests that "As of 2010, Syria’s population was roughly 65% Sunni Arab, 15% Kurdish, 10% Alawite, 5% Christian, 3% Druze, 1% Ismaili, and 1% Twelver Shia." (page 13) "The number of Kurds in Syria is often underestimated by analysts, who tend to cap them at 10% of the population. In fact, they are closer to 15%."(page 16) The 2018 breakdown is 1% Sunni Arab, 16% Kurdish, 13% Alawite, 3% Christian, 4% Druze, 1% Ismaili, 1% Twelver Shia, 1% Turkmen (page 22) Balanche also refers to his Atlas du ProcheOrient Arabe (Paris: Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011), p. 36."
  41. (en) Diana Darke, Syria, Bradt Travel Guides, (ISBN 978-1-84162-314-6, lire en ligne)
  42. « Who are the Kurds? », BBC News, (consulté le 25 novembre 2017) Kurds make up between 7% and 10% of Syria's population.
  43. « Who are Syria's minority groups? », Special Broadcasting Service, (consulté le 25 novembre 2017) Kurds are the largest ethnic minority in Syria, constituting around 10 per cent of the population - around 2 million of the pre-conflict population of around 22 million.
  44. « Kurdish Population in Syria » [archive du ], (consulté le 25 novembre 2017) Various proportions are predicted for Kurds. For example McDowall[8] and O’shea[9] predict 8%, Bruinessen predicts 8.5%,[10] Chailand predicts 10%[11]. Vanly, Kurdish writer, stated that Kurds must be at least 7% of Syrian population
  45. Jordi Tejel, Syria's Kurds: History, Politics and Society, London, Routledge, (ISBN 0-203-89211-9, lire en ligne), p. 8
  46. translated from the French by Emily Welle Jordi Tejel et Welle, Jane, Syria's Kurds: History, Politics and Society, London, 1. publ., , 10 p. (ISBN 0-203-89211-9, lire en ligne)
  47. David McDowell, A Modern History of the Kurds, London [u.a.], 3. revised and upd. ed., repr., , 469 p. (ISBN 1-85043-416-6)
  48. Philip G. Kreyenbroek et Sperl, Stefan, The Kurds: A Contemporary Overview, London, Routledge, , 147 p. (ISBN 0-415-07265-4, lire en ligne)
  49. Jordi Tejel, Syria's Kurds: History, Politics and Society, London, Routledge, (ISBN 0-203-89211-9, lire en ligne), p. 144
  50. Fevret et Gibert, André, « La Djezireh syrienne et son réveil économique », Revue de géographie de Lyon, no 28,‎ , p. 1–15 (lire en ligne, consulté le 29 mars 2012)
  51. Kerim Yildiz, The Kurds in Syria: The Forgotten People, London [etc.], 1. publ., , 25 p. (ISBN 0-7453-2499-1, lire en ligne)
  52. Youssef M. Choueiri, A Companion to the History of the Middle East, Wiley-Blackwell, (ISBN 1-4051-0681-6, lire en ligne), p. 475
  53. https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/rojavas-sustainability-and-the-pkks-regional-strategy
  54. Hamza Mustapha, 2018 Review: The Issue of the Kurds in Syria: Facts, History and Myth

Ouvrages citésModifier

Liens externesModifier